Flash infos

COMMUNIQUÉ

Notre pays a vécu une longue et douloureuse crise, avant d'entamer, dès 2011, une période de stabilité marquée par des avancées significatives réalisées en termes de développement économique et de stabilité sociale.


Ces acquis précieux, fruits d'un travail acharné du gouvernement et de la résilience de la population ivoirienne, constituent le socle sur lequel repose l'avenir prospère de notre nation.

Cependant, le week-end dernier a été marqué par la résurgence de discours de haine de la part des hommes politiques tendant à remettre en cause ces acquis.


Il est de notre responsabilité collective de veiller à ce que nos actes et nos discours ne viennent pas compromettre les avancées pour lesquelles tant de sacrifices ont été consentis.

Le Ministère encourage donc toutes les formations politiques à faire preuve de retenue et à privilégier le dialogue constructif, dans le respect des principes démocratiques et des lois de la République.

Pour un avenir solidaire, préservons ensemble notre climat social.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Programme de cohésion nationale 2024-2025

LA MINISTRE BELMONDE DOGO LANCE OFFICIELLEMENT LES ACTIVITES

Madame la ministre de la Cohésion Nationale de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, a procédé le 28 mars 2024, à l’Hôtel Pullman, au lancement officiel du Programme de cohésion nationale 2024-2025.


Ce, en présence de plusieurs représentants d’institutions étatiques, de partis politiques, d’organisations de la société civile et de représentations diplomatiques accréditées en Côte d’Ivoire. Ce programme intervient dans le cadre des objectifs assignés au Ministère de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté par le Président de la République Alassane Ouattara. Notamment, le renforcement de la cohésion nationale sur tout le territoire national et la mobilisation de toutes les forces vives de la nation autour des idéaux de la paix.

Selon Madame Myss Belmonde Dogo, malgré les efforts consentis par le Gouvernement à travers des actions pour contribuer à ressouder le tissu social et renforcer le vivre ensemble, matérialisé par des élections locales inclusives et apaisées en 2023, des défis restent à relever pour le maintien de la cohésion nationale.


Il s’agit notamment de la menace sécuritaire liée à l’extrémisme violent dans le nord du pays ; de la persistance des conflits communautaires ; de l’incivisme ; et des crises électorales. C’est pourquoi son Ministère initie le Programme national de cohésion afin d’engager l’ensemble des acteurs impliqués dans la promotion de la cohésion sociale et de la consolidation de la paix autour de thématiques périodiques (annuelles, biannuel etc.).

Ainsi, placé sous le thème ‘‘Agir toutes et tous pour le renforcement de la culture démocratique, la prévention et la gestion pacifique des conflits pour une Côte d’Ivoire solidaire et cohésive dans sa diversité’’, ce programme vise à mobiliser tous les acteurs du domaine pour contribuer ensemble à résoudre une problématique de cohésion sociale identifiée afin d’obtenir des résultats significatifs au cours de la période considérée.


« Notre pays entre dans un nouveau cycle électoral, avec le démarrage très bientôt de la révision de la liste électorale, en vue de l’élection présidentielle de 2025 qui s’annonce très ouverte. Il apparaît dès lors plus que nécessaire d’apporter une réponse adaptée à ces préoccupations afin de préserver les acquis et engager tous les acteurs dans une synergie d’actions pour bâtir une Côte d’Ivoire unie et prospère (…) Le Programme de Cohésion nationale 2024-2025 consiste à mobiliser les acteurs politiques, la société civile et les partenaires techniques et financiers pour la tenue d’élections inclusives et apaisées en 2025 pour la consolidation de la paix », a expliqué Myss Belmonde Dogo.

Lui emboîtant le pas, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), dans une présentation a indiqué que les activités de ce programme seront mises en œuvre par la Direction Générale de la Cohésion Nationale (DGCN), le Programme National de Cohésion Sociale (PNCS) et l’OSCS. Il va s’articuler autour de deux axes d’intervention, à savoir : le renforcement de la culture démocratique et la prévention et la gestion pacifique des conflits.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Solidarité et cohésion sociale

DES EXPERTS REFLECHISSENT SUR LE PROCESSUS DE CALCUL DE L’INSCS

Un atelier sur l’amélioration du processus de calcul de l'Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) a réuni des experts de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS), du Ministère de la Cohésion National de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MCNSLP), de la Direction Générale de l’Administration du Territoire (DGAT) et de l’Institut National de la Statistique (INS), au siège de l’OSCS sis à Cococdy 7ème Tranche les 07 et 08 mars 2024.

Cet atelier a porté entre autres sur les difficultés liées à la collecte des données de sources administratives et de ménages et à la mise en œuvre du transfert de compétences, dans le cadre de l’étude sur l'Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale.

Pour mener à bien cette étude, des groupes ont été constitués. Ceux-ci ont passé en revue le processus de calcul afin de relever les observations et faire des recommandations dans le but de l’améliorer.

Après les éditions 2021 et 2023 de l’étude sur l'Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale., l’Observatoire prépare l’édition de 2025 qui marquera une étape importante pendant la période électorale. Le présent atelier est réalisé en prélude à cette troisième édition. Et ce, afin d’améliorer le processus de calcul de l’INSCS sur la base des écueils constatés lors des éditions précédentes.

Présidant l’atelier, le Directeur Général de l’OSCS, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a salué et remercié les acteurs présents pour leur implication dans le processus d’amélioration de calcul de l’INSCS. Pour rappel, l’OSCS calcule bisannuellement, depuis 2021, la valeur de l’INSCS. Cet indice dont la méthode de calcul a été validée en 2019 au cours d’un processus

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Celebration de l’excellence

LES TROIS MEILLEURS AGENTS DE L’OSCS RECOIVENT LEURS PRIX

Les trois meilleurs agents de l'Observatoire de la Solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) de 2023 ont été désignés le 8 mars 2024 en marge de la célébration de la Journée internationale des Droits des Femmes (JIF)

Ainsi Monsieur Adama DIARRA, Agent au Service administratif et financier a raflé le 1er Prix à la grande satisfaction des agents qui ont unanimement salué ce choix ; le 2ème Prix revient à Monsieur KASSI Moïse Emmanuel, Chef de service des études et de la documentation et le 3ème lauréat est Dr. KOUAME Jean Luc, Agent au service Information, Diffusion et Tic.

Le Directeur Général, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima a salué les heureux pour leur abnégation au travail qui leur a valu cette reconnaissance par la direction et les agents. Il a invité tous agents à retrousser les manches pour que l’OSCS récolte les meilleurs résultats dans son domaine.

Monsieur Adama DIRRA, au nom des lauréats, a exprimé sa gratitude au DG dont le management stimule les agents à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il a pris l’engagement de travailler d’arrache-pied afin de mériter cette distinction.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Journée Internationale des Droits des Femmes (JIF) 2024

LE DG CELEBRE LES FEMMES DE L’OSCS

C’est dans une ambiance bon enfant que le Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a rendu hommage aux femmes de la structure au cours de la 47ème édition de la Journée Internationale des droits des Femmes (JIF).

C’était le 8 mars 2024 à son siège sis à Cocody-Angré, 7ème tranche. A l’occasion de cette édition 2024 de la JIF, il a affiché son ambition de faire la promotion de la gent féminine au sein de l’OSCS dont l’équipe de direction n’est « composée malheureusement que d’hommes ». Il a déclaré que des démarches ont été déjà entreprises pour qu’une femme soit nommée Sous-directeur chargée du patrimoine. Engagé dans la promotion du genre, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima a plaidé pour que les autorités reconnaissent aux femmes tous leurs droits et qu’elles soient nommées à des postes de décision.

Aussi a-t-il exhorté les femmes à se battre pour saisir toutes les opportunités qui s’offre à elles. « Le vœu de voir les femmes promues à des postes de responsabilité en reconnaissance à leurs droits ne peut être réalisé que si les femmes titillent les dirigeants. Alors, battez-vous donnez-vous la chance, créez les opportunités concourant à votre élévation », a insisté le patron de l’OSCS.

Mme Sidibé née Koffi Zimo, porte-parole des femmes de l’OSCS, a fait remarquer que toutes les journées sont pour les femmes car c’est elles qui assurent le bienêtre et la stabilité de la famille. Elle a, au nom de ses pairs, salué les acquis dans la promotion des droits de la femme quand bien même qu’il y a encore du chemin à parcourir. « Si des efforts ont été entrepris par l’Etat pour assurer l’autonomisation de la femme, beaucoup reste à faire car le chemin est long mais nous y parviendrons un jour », espère-t-elle.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Vœux de nouvel an

LE DG DE L’OSCS EXHORTE LES AGENTS A MAINTENIR LE CAP

Le 26 janvier 2024, sacrifiant à la tradition, le personnel de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), a présenté ses vœux de nouvel an à son Directeur Général, Monsieur Tiohozon Ibrahima COULIBALY, à son siège sis à Angré 7ème Tranche dans la commune de Cocody.

Professeur Fato Patrice KACOU, Directeur des Etudes et de la Prospective (DEP), a, au nom du personnel, formulé les vœux de santé, longévité, prospérité et de bonheur à l'endroit du premier responsable de l'OSCS ainsi qu'à sa famille. Il l'a félicité et remercié pour tous les efforts consentis pour assurer au personnel un bien-être, permettant ainsi de bons résultats. Ces efforts traduisent, selon lui, les actions de solidarité et de cohésion du Directeur Général à l’endroit de son personnel.

Pour matérialiser sa reconnaissance envers son premier responsable, le personnel lui a offert un tableau qui est le portrait d’une femme portant sur la tête un canari contenant de l’eau. « Cette image est le signe d’une vie de qualité et d’une longévité en bonne santé que le personnel souhaite au Directeur Général », a expliqué le porte-parole du personnel.

Reconnaissant les actions de son personnel, le Directeur Général a remercié l’ensemble des agents. Pour lui, cela témoigne de leur sens de solidarité, de considération et d’amabilité à son égard. Il a félicité tout le personnel pour le travail abattu au cours de l’année 2023 et a exhorté chacun à ne pas baisser les bras afin que la notoriété de l’OSCS se renforce davantage.

Il a poursuivi en présentant, en retour, ses vœux de santé, de prospérité, de réussite, de succès et de bonheur à tous les agents. Il a terminé en exhortant chaque agent à s’engager et à opter pour une solidarité agissante dans le cadre du travail.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Atelier bilan des activités 2023 de l’OSCS

LE DG COULIBALY TIOHOSON SALUE LE TRAVAIL ABATTU ET EXHORTE LES AGENTS A CONTINUER DE TRAVAILLER AVEC ABNEGATION

L’Atelier bilan des activités 2023 de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) s’est tenu du 21 au 22 décembre 2023 à son siège sis à Cocody Angré 7ème Tranche. Placé sous le thème ‘‘Ensemble, redynamisons le Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS pour une nation plus cohésive’’, cet atelier a été l’occasion pour tout le personnel de l’OSCS avec à sa tête le Directeur Général, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, d’avoir des échanges francs sur le fonctionnement de leur structure et faire des propositions et des recommandations afin de le rendre plus dynamique.

L’objectif de ce cadre de réflexion et d’échanges était de redynamiser le système d’alerte précoce pour une cohésion nationale et aussi présenter le bilan des activités exécutées en 2023 suivi de la validation du Plan de travail annuel (PTA) 2024. Il s’agissait de renforcer le fonctionnement et l’efficacité du MAP en tant qu’outils de prévention et de gestion des crises. Pendant les travaux, les participants ont fait le diagnostic du MAP et le bilan des réalisations au titre de l’année 2023 et abordé les perspectives pour l’année 2024. Selon le Directeur Général, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, cet atelier bilan est importante pour l’OSCS, en ce sens qu’elle a été programmée pour se pencher sur les inquiétudes en lien avec l’efficacité du fonctionnement de son mécanisme d’alerte précoce qui est une question vitale.

En conséquence, il a salué leur implication effective à la recherche de solutions pratiques pour la redynamisation du Mécanisme d’alerte précoce. Aussi a-t-il salué le travail abattu et exhorté les agents à continuer de travailler avec abnégation. « L’OSCS à travers son Mécanisme d’alerte précoce est le leader dans le domaine tant au plan national que sous-régional. Il faudra donc travailler au maintien de la qualité et de l’efficacité du MAP, du leadership et de la renommée qui en découle. A ce titre, le Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS étant national doit servir l’intérêt public et de modèle aux autres structures nationales », a-t-il affirmé. Et de poursuivre : « Nous devons abandonner les pratiques qui nous tirent vers le bas et continuer de travailler à hisser l’OSCS dans son positionnement dans la gouvernance de l’Etat de Côte d’Ivoire ».

À l’issue des deux jours de réflexion et d’échanges, une matrice des réponses liées aux difficultés du MAP a été adoptée. Cette matrice sera suivie par une équipe qui sera mise en place. Et cette équipe sera constituée d’un agent de l’équipe de Direction de l’OSCS, d’un agent du Service Informatique et des Statistiques et de deux responsables de zone du Mécanisme d’alerte précoce.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Gestions des mécanismes d'alerte précoce et de réponse rapide

L’OSCS ET 9 STRUCTURES ADOPTENT UN CADRE DE COLLABORATION

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) a organisé le 20 décembre 2023 à son siège sis à Cocody Angré 7ème Tranche, une rencontre d’échanges entre plusieurs structures intervenant dans le domaine de la sécurité humaine et disposant de mécanisme d’alerte précoce et de réponse rapide.

Cette rencontre intervient dans la perspective de l’adoption de la Stratégie Nationale d’Alerte Précoce et de Réponses Rapides (SNAPRR) élaborée à l’initiative du Ministère de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MCNSLP), à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi de la politique du Gouvernement en matière de solidarité et de cohésion sociale. L’objectif de cette rencontre est d’amener ces structures disposant de mécanisme d’alerte précoce et/ou de réponse rapide à mettre en place un cadre de collaboration.

Selon le Directeur Générale de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, en attendant l’adoption de cette stratégie assortie d’un plan d’action 2023-2027, et sa mise en œuvre, les situations de tension et de crise que connaissent les populations, invitent à une collaboration entre les différents acteurs possédant des mécanismes d’alerte précoce ou de réponse rapide, pour être plus efficaces dans leurs actions.

« Nous organisons cette rencontre dans une dynamique de coordination de la production des données en matière de solidarité et de cohésion sociale. Il y a plusieurs indicatifs en amont et en aval, mais pour ce qui est de la coordination en matière de collecte des données, nous avons jugé nécessaire de vous convier à cette rencontre pour qu’ensemble nous voyons comment cela peut se faire de façon plus efficiente. Nous collaborons déjà avec plusieurs structures mais nous pensons qu’il faut aller vers une formalisation. Donc c’est l’objectif principal de cette rencontre. Il s’agira donc pour nous de voir comment chacun travail, partager des expériences, et voir ensuite, voir comment des synergies d’actions peuvent être créées », a-t-il expliqué.

Ainsi, pendant une séance de travail interactive, les neuf structures invitées ont partagé leurs expériences en matière d’alerte précoce et de réponses rapides, fait des propositions de cadre de collaboration (partage de données, transmission des alertes, réponses, communication sur les réponses apportées et les résultats obtenus) et adopté un cadre de collaboration. Il s’agit notamment de l’Office National de Protection Civile (ONPC), du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), du WANEP Côte d’Ivoire, du Forum des Confessions Religieuses de Côte d’Ivoire, du Groupement des Sapeurs-Pompiers Militaires (GSPM), de la Direction Générale de l’Administration du Territoire (DGAT), de la Gendarmerie Nationale de Côte d’Ivoire, du Centre National de Coordination des Mécanismes de Réponses à l’Alerte Précoce (CNCMR), et de la Commission Nationale de Lutte contre la Circulation et la Prolifération des Armes Légères et de Petits Calibres (COMNAT-ALPC).

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Programme National de Cohésion Sociale (PNCS)

M. COULIBALY TIOHOZON IBRAHIMA, NOUVEAU COORDONNATEUR PAR INTERIM

Le Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, assure depuis le 24 novembre 2023 la fonction de Coordonnateur intérimaire du Programme National de Cohésion Sociale (PNCS).

Il a reçu les charges de cette nouvelle fonction de son prédécesseur, le Professeur Théodore Konimi, Directeur Général sortant. Ces charges composées essentiellement de l’état d’exécution des chantiers et du patrimoine du PNCS ont été réceptionnées par l’Inspecteur Général du Ministère, en présence du Directeur des Ressources Humaines du Ministère M. Houssou François, et remises à M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima.

Le nouveau Coordonnateur par intérim a remercié Madame la Ministre de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté pour la confiance qu'elle lui accorde en le nommant à la tête du PNCS. Aussi a-t-il félicité le DG sortant et ses collaborateurs pour le travail réalisé grâce à leurs compétences, tout en promettant d'apporter sa modeste contribution à la mission assignée au PNCS. « Je voudrais féliciter le Directeur Général pour le travail réalisé en si peu de temps. Je voudrais associer à ces félicitations tout le personnel du PNCS. Les résultats obtenus le sont grâce à la compétence de vos collaborateurs Monsieur le Directeur Général », a déclaré le nouveau Coordonnateur du PNCS. Et de poursuivre : « Le choix de Madame la Ministre de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté s’est porté sur ma modeste personne mais je vais m’atteler à apporter ma contribution à la mission assignée au PNCS ».

Le Directeur Général sortant n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude au Gouvernement à travers Madame la ministre Myss Belmonde Dogo, pour lui avoir confié en mars 2023, la responsabilité de diriger le PNCS. Il a aussi remercié tous les agents pour la confiance et leur franche collaboration, non sans les inviter à continuer dans la même dynamique avec le nouveau patron du PNCS. Lui emboîtant le pas, l’Inspecteur Général a félicité le Directeur Général sortant et invité les agents à travailler en bonne et intelligence collaboration avec le nouveau premier responsable du PNCS, pour faire avancer les dossiers et faire bénéficier les Ivoiriens de leurs expertises.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Ministère de la Cohésion nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté

LE BUDGET 2024 S’ELEVE A PLUS DE 62 MILLIARDS FCFA

Le budget 2024 du Ministère de la Cohésion nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MCNSLP) s’élève à 𝟔𝟐 𝐦𝐢𝐥𝐥𝐢𝐚𝐫𝐝𝐬 𝟒𝟎𝟓 𝐦𝐢𝐥𝐥𝐢𝐨𝐧𝐬 𝟎𝟖𝟗 𝐦𝐢𝐥𝐥𝐞 𝟎𝟎𝟗 𝐅 𝐂𝐅𝐀.

Il a été adopté le mercredi 8 octobre 2023 à l’unanimité par les membres de la Commission des Affaires économiques et Financières de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire à l’issue des discussions. « Je saisis l’occasion pour remercier tous les parlementaires qui ont adopté ce projet du budget-programme qui favorisera davantage une meilleure inclusion sociale de nos populations cibles », s’est réjouie Mme Myss Belmonde DOGO, la titulaire de ce portefeuille ministériel.

Cette enveloppe servira au maintien de la cohésion entre toutes les forces vives de la nation, la réduction de l’extrême pauvreté en renforçant la résilience des populations vulnérables, victimes de sinistres ou de catastrophes naturelles qui sont les actions prioritaires du Ministère de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, a-t-elle précisé.

La prochaine avant l’exécution de ce budget sera le passage devant les Sénateurs à Yamoussoukro qui sans nul doute vont accorder leur quitus à Mme Myss Belmonde DOGO.

Lors du dernier remaniement ministériel, elle a hérité du volet cohésion nationale détenu depuis 2020 par M. Kouadio Konan Bertin (KKB). « Le défi d’une Côte d’Ivoire cohésive commande une synergie d’actions et l’engagement de toutes les filles et fils du pays, de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels en passant par tous les guides religieux, les hommes, les femmes, les jeunes et les politiques », avait-elle fait savoir lors de la passation de charges, le 20 octobre 2023.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Cohésion nationale

MYSS BELMONDE DOGO SOLLICITE L´IMPLICATION DES GUIDES RELIGIEUX

En charge désormais du Ministère de la Cohésion nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO est allée informer les guides religieux sur ses nouvelles charges, et solliciter leur implication dans les activités de cohésion nationale.

« Les premiers qui doivent porter la thématique de la cohésion nationale sont les guides religieux parce qu’ils sont au cœur de la population. Les mosquées et les églises sont des lieux où toutes les ethnies, les communautés et toutes les obédiences politiques se retrouvent », a fait savoir la ministre Myss Belmonde DOGO au clergé catholique et au guide de la communauté musulmane.

La rencontre avec le Cheick Aïma Ousmane Diakité, président du COSIM (Conseil supérieur des Imams, des mosquées et des affaires islamiques) a eu lieu, le mardi 31 octobre 2023 à son siège de Bingerville. Le guide musulman salué sa démarche et s’est réjoui de l’élargissement de son portefeuille ministériel. « Nous sommes prêts à toute sollicitation pour parler de paix et d’union. Selon nous, le religieux doit se comporter comme une aiguille pour coudre le tissu social », a-t-il soutenu avant de souligner que cet engagement entre dans le droit fil des préceptes de l’Islam.

Puis d’ajouter : « En tant que guides religieux, notre raison d’être est de prier pour la paix. Nous sommes pleinement engagés aux côtés de la ministre. Nos prières l’accompagneront dans ses missions et nous serons là chaque fois que le besoin se fera sentir. Car c’est dans la paix et dans la cohésion que nous pouvons vaquer à nos occupations ».

Madame Myss Belmonde DOGO, elle s’est félicitée de l’adhésion de la communauté musulmane, après celle des catholiques. « Nous sommes venus demander la bénédiction du président du COSIM », a-t-elle justifié avant d’indiquer qu’elle part satisfaite, après l’assurance reçue de la part du guide religieux d’accompagner son ministère dans toutes les actions relatives à la cohésion nationale.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Remaniement ministériel/Passation de charges

LA MINISTRE BELMONDE DOGO SUCCEDE A KOUADIO KONAN BERTIN A LA COHESION NATIONALE

La passation de charges entre la ministre de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo et le Ministre en charge de la Cohésion nationale sortant, Kouadio Konan Bertin, a eu lieu le 20 octobre 2023, au Plateau.

Elle s’est engagée à œuvrer pour que la Côte d’Ivoire soit plus cohésive et harmonieuse. « Le défi d’une Côte d’Ivoire cohésive commande une synergie d’actions et l’engagement de toutes les filles et fils du pays, de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels en passant par tous les guides religieux, les hommes, les femmes, les jeunes et les politiques », a fait savoir Mme Belmonde DOGO. Puis d’ajouter : « Je veillerai à ce que chaque structure, chaque cadre, chaque agent, chaque femme et homme ait le plaisir de participer à la noble mission qui nous est confiée ».

Mme Myss Belmonde Dogo a dit sa gratitude au Président de la République, Alassane Ouattara et au Premier ministre, Robert Beugré Mambé pour la confiance témoignée à son endroit, à travers cette nomination à la Cohésion nationale, en plus du portefeuille de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, qu’elle occupait déjà.

Le ministre sortant, Kouadio Konan Bertin a souhaité plein succès à son successeur dans sa nouvelle fonction avant d’exprimer son sentiment de fierté d'avoir travaillé et contribué durant plus de 2 ans à la tête de ce ministère à restaurer un climat de paix et de cohésion nationale. Selon lui, tous ces résultats ont été possible grâce à l’élaboration de la stratégie nationale de la Réconciliation et de la cohésion nationale (2021-2025). ‘’Cette stratégie demeure la boussole pour poursuivre les actions de cohésion nationale, j’ose espérer qu’elle pourra utilement contribuer au pilotage de ce secteur hautement déterminant pour le vivre ensemble’’, a-t-il souhaité.

La cérémonie de passation des charges entre les deux personnalités a été présidée par Roger Charlemagne Dah, Secrétaire Général du Gouvernement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Activités récréatives

LES AGENTS DE L’OSCS EN EXCURSION DANS LA FORET DU BANCO

Les travailleurs de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) avec à leur tête le Directeur Général Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, ont effectué une sortie détente dans la forêt du Banco, le samedi 30 septembre 2023.

Organisée par la Cellule Sociale de l’OSCS, cette sortie détente a permis aux agents de s’offrir des moments de loisirs. Entre marche, découverte sur l’histoire de la forêt du banco, visite du musée des ossements et du lac aux silures, ils ont passé une agréable journée, tout en saluant cette belle randonnée.

Pour la présidente de la CELSO, Melle Mangoua Eudoxie, cette sortie détente qui marque la première activité de son mandat s’inscrit dans la logique de Monsieur le Directeur Général de promouvoir au sein de sa structure des valeurs telles que la solidarité, la paix et la cohésion sociale.

« Il est important pour nous en tant qu’agents d’une structure qui prône la solidarité et la cohésion sociale de nous retrouver de temps en temps dans ce genre d’activité sportive, éducative et récréative. J’ai été agréablement surprise par le nombre et l’enthousiasme de collègues et responsables de l’OSCS présents », a-t-elle déclaré.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prévention des crises et stabilité sociale au nord du pays

LE CNJCI REÇOIT DU MATERIEL DE COMMUNICATION, DES CHAISES ET DES CREDITS DE COMMUNICATION

Madame la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, a procédé ce mercredi 13 septembre 2023, à la remise de matériels de communication, de chaises et de crédits de communication aux 16 délégations départementales du Conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI) des régions du nord de la côte d’ivoire (Bagoué, Bounkani, Folon, Tchologo et Poro). C’était au siège de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) sis à Cocody, en présence de la Représentante Résidente du PNUD, Mme Carol Flore-Smereczniak et du Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima.

Cet appui d’une valeur de 10 560 000 F CFA intervient dans le cadre du projet PNUD relatif à l’ ‘‘Engagement des jeunes et des femmes pour la prévention des crises, la stabilité sociale, la consolidation de la paix et la réduction de la violence communautaire au nord de la Côte d’Ivoire’’. Il est composé de 16 sonos portables, 384 cartes de crédits de communication pour rechargement internet et 240 chaises malaga.

Madame la Ministre Myss Belmonde Dogo n’a pas manqué d’appeler l’attention des bénéficiaires sur la destination et l’usage de ce don. L’objectif selon elle, est de contribuer au travail de l’OSCS, l’organe de veille et d’alerte de son département ministériel qui lui permet de savoir tout ce qui se passe sur le territoire national en matière de solidarité et de cohésion social. « Cet appui devra permettre aux 16 délégations de tenir leurs réunions, leurs sessions de formation, leurs campagnes de sensibilisation et faire l’alerte précoce, en vue de contribuer efficacement à la réduction de la violence communautaire et à la consolidation de la paix dans le nord de notre pays », a-t-elle déclaré.

Dans le même ordre d’idée, M. Tiohozon Ibrahima Coulibaly a indiqué que le Projet d’engagement des jeunes et des femmes pour la prévention des crises, la stabilité sociale, la consolidation de la paix et la réduction de la violence communautaire dans le nord de la Côte d’Ivoire permet au Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’OSCS de renforcer les capacités des jeunes du CNJCI conformément à la convention qui lie l’OSCS et le CNJCI. « Ce partenariat permet de mieux outiller les jeunes pour leur implication efficace dans les actions de renforcement de la cohésion sociale et dans la lutte contre l’extrémisme violent dans le nord de la Côte d’Ivoire. Une jeunesse mieux outillée, plus responsable et bien engagée pour la consolidation de la paix et le développement durable en Côte d’Ivoire », a-t-il soutenu dans sa communication.

Quant au Président du CNJCI, M. Diabaté Ibrahim, très heureux de recevoir cet appui, il a, au nom de l’organisation, remercié Madame la Ministre, la Représentante du PNUD et le Directeur Général de l’OSCS pour leur engagement au côté de la jeunesse, tout en les rassurant que les 16 délégations bénéficiaires vont les utiliser à bon escient. « L’action des présidents de délégation sera encore plus renforcée sur le terrain dans les régions du nord mais également sur tout le territoire national », a-t-il indiqué.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Mission d’Observation Electorale Proactive de l’OSCS

50 OBSERVATEURS RECRUTES DANS LE DISTRICT D’ABIDJAN EN FORMATION

Cinquante observateurs de la Mission d’Observation Electorale Proactive (MOEP) des élections législatives et municipales du 2 septembre 2023, recrutés dans les circonscriptions électorales du district d’Abidjan, ont été formés, du 24 au 25 août 2023, dans le cadre d’un atelier de formation pour des élections apaisées, au siège de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), à Cocody. Cette session de formation intervient après le lancement de la mission d’observation dite proactive de l’OSCS sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté. Elle marque la première étape d’une série d’ateliers de formation des 250 observateurs de l’OSCS qui seront déployés dans les 31 régions et les deux districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro.

Selon M. Kakou Fato Parice qui, au nom du Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, qui a procédé à l’ouverture des travaux de l’atelier, au regard des enjeux de la Mission d’Observation Electorale Proactive, il est important de renforcer les capacités des observateurs qui seront déployés sur le terrain pour suivre le processus. Il s’agit donc d’outiller les participants sur les élections en général et l’observation électorale proactive des élections municipales et régionales 2023. « Au regard des violences qui ont émaillé les élections passées, nous avons décidé d’organiser une mission d’observation électorale. Vous avez sûrement participé déjà à des activités similaires. Mais ici, il y a une spécificité parce qu’il s’agit d’une mission d’observation proactive basée sur la recherche de la solidarité et de la cohésion sociale. Vous verrez avec les formateurs qu’il y a une différence entre ce que nous faisons et ce que les autres font. Nous vous exhortons donc à suivre avec beaucoup d’attention les différents modules afin d’être mieux outillés pour la réussite de notre mission d’observation électorale et atteindre les résultats que nous attendons », a-t-il expliqué.

Les travaux de l’atelier ont porté sur trois modules de formation. Le premier module (‘‘Comprendre les élections et les opérations du vote’’) a permis de présenter aux observateurs le cycle électoral qui détermine les principales activités électorales (les inscriptions sur la liste électorale, les affichages, le dépôt des candidatures, la campagne électorale, le scrutin, la post élection, etc.) et les risques de violence et de conflits y afférents. Il a également questions dans ce module de montrer aux participants le mode opératoire du vote de ces élections locales couplées ainsi que les matériels électoraux qui doivent être présents dans un bureau de vote.

S’agissant du deuxième module (‘‘Observation électorale proactive comme outil de prévention des violences et de conflits électoraux’’), il a permis de présenter aux participants la spécificité de l’observation électorale dynamique par rapport à l’observation classique. Ce, à travers la présentation de son but et ses principes et du rôle et des qualités de l’observateur.

Quant au troisième module (‘‘Outils de l’observation électorale proactive’’), il a consisté à montrer aux participants, comment renseigner les grilles d’observation des campagnes et du scrutin et rédiger des rapports d’incidents et de mission.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Mission d’observation électorale des municipales et régionales 2023

L’OSCS DEPLOIE 250 OBSERVATEURS POUR LE BON DEROULEMENT DU PROCESSUS ET LE RENFORCEMENT DE LA COHESION SOCIALE

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte Contre la Pauvreté (MSLP) à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), a procédé ce 22 août 2023, au siège de l’OSCS sis à Cocody, au lancement officiel de sa Mission d’observation électorale proactive (MOEP) des élections régionales et municipales du 2 septembre 2023.

Cette mission à en croire le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, va consister à déployer 250 observateurs dans 31 régions et 165 communes du pays, en vue de contribuer au bon déroulement du processus électoral et renforcer la cohésion sociale.

« Il s’agira pour nous de contribuer au renforcement de la cohésion sociale à travers la réduction des violences, des conflits et des tensions liés aux élections, en sensibilisant les populations à participer de manière pacifique et citoyenne au processus électoral ; en faisant le monitoring du processus électoral notamment les activités des partis politiques et des candidats pendant la période de campagne ; en déployant une mission d’Observateurs électoraux dans les 31 régions du pays et les 2 districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro notamment dans les localités dites chaudes ; et en alertant la CEI et les acteurs de réponses sur les situations susceptibles de mettre à mal le bon déroulement du processus électoral, en vue de les résoudre», a expliqué le premier responsable de l’OSCS, par ailleurs, coordonnateur de la MOEP. Et de poursuivre : « Contrairement à l’observation classique, l’Observation électorale proactive consiste pour l’observateur à interagir avec l’Observation générale des élections (OGE) et d’autres acteurs du processus afin de corriger en temps réel les dysfonctionnements. L’observation électorale proactive exige de disposer des contacts des personnes clés pouvant répondre et résoudre les problèmes qui surviennent au fur et à mesure. Il exige aussi d’entretenir de bonnes relations avec les acteurs de réponses et de s’assurer que l’information remontée est juste. Elle présente plus d’avantages pour nos démocraties où les processus électoraux sont généralement émaillés de violence ».

La Directrice de cabinet, Madame Paule Marlène Dogbo prenant la parole au nom de Madame la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Bellemonde Dogo, a saisi l’opportunité pour lancer un appel à toutes les populations en les exhortant à aller voter dans la paix et à éviter toute situation qui pourrait menacer la cohésion sociale. « Pour des élections apaisées, la mission recommande à la CEI, de continuer à faire preuve de professionnalisme, de courtoisie et d’ouverture ; aux acteurs politiques et aux populations, de renoncer à tout recours à la violence dans le cadre du processus électoral et de participer pleinement audit processus électoral dans le calme, la discipline, la tolérance et solidarité ; aux jeunes à qui 2023 a été dédiée, d’éviter d’être les auteurs ou les victimes des actes de violence en cette période électorale ; aux médias, de respecter la déontologie dans le traitement de l´information et à éviter de relayer les propos discourtois et haineux de nature à mettre à mal la solidarité et la cohésion sociale », a-t-elle déclaré.

Cette conférence de presse de lancement de la Mission d’observation électorale proactive s’est tenue en présence des partenaires de l’OSCS ; notamment la Commission Electorale Indépendante (CEI), la Direction Générale de l’Administration du Territoire (DGAT), le Conseil National de la Jeunesse de Côte d’Ivoire (CNJCI), le WANEP-CI, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Concertation Interpartis pour des Elections Démocratiques (CIED), etc.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Actualisation des indicateurs de la Solidarité et de la Cohésion Sociale

194 ENQUTEURS MIS EN MISSION POUR COLLECTER DES DONNEES FIABLES

194 enquêteurs ont été outillés du 31 juillet au 5 août 2023 au cours d’un atelier de formation dans le cadre de la 2ème édition de l’Etude sur l’Indice National de Solidarité et de cohésion sociale, au Centre National de Matériels Scientifiques de Cocody.

Initiée par l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, avec l’appui de l’Institut National de la Statistique (INS), cette étude a pour objectif d’avoir des indicateurs actualisés, et surtout, d’apprécier une progression ou une régression du niveau global de la solidarité et de la cohésion sociale à partir de la production de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS). A l’issue de cette formation, ces 194 enquêteurs ont été déployés dans 31 régions, les districts de Yamoussoukro et d’Abidjan, pour collecter des données dans les ménages, du 8 au 30 août 2023.

Pour la Directrice de cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Paule Marlène Dogbo, représentant Madame la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, les attentes de cette étude sont très grandes. C’est pourquoi, procédant au lancement officiel de l’étude, elle n’a pas manqué d’exhorter les enquêteurs à faire bon usage des connaissances acquises pendant l’atelier de formation, en allant sur le terrain pour collecter des informations fiables afin que le Gouvernement ait des indicateurs actualisés et mieux apprécier le niveau de la solidarité et de la cohésion sociale dans notre pays.

Lui emboîtant le pas, le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a pour sa part, rappelé aux enquêteurs les enjeux de cette étude, qui intervient quelques semaines après l’adoption par le Gouvernement des 126 nouveaux indicateurs de solidarité et de cohésion sociale. « Cette 2ème édition de l’Etude sur l’Indice National de Solidarité et de cohésion sociale après celle de 2021, permettra d’apprécier et de mesurer les progrès et les insuffisances dans le cadre du renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale, en vue de la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire » , a-t-il indiqué.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Indice national de solidarité et de cohésion Sociale

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DES SUPERVISEURS DE L’ETUDE 2023

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) a organisé du 18 au 19 juillet 2023, à l’hôtel Manhattan Suites d’Abidjan-Cocody, un atelier de formation à l’endroit de 21 superviseurs de l’étude sur le calcul de l’Indice national de solidarité et de cohésion sociale (INSCS).

Cet atelier a permis à travers la présentation de plusieurs modules de renforcer les capacités des superviseurs que sont les Directeurs régionaux du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté dans la collecte des données nécessaires pour déterminer l’INSCS.

Ils ont été instruits sur le contexte et la méthodologie de l’étude, la connaissance des questionnaires, la méthodologie du dénombrement et la sélection des ménages, le suivi des équipes et leur rôle au cours de l’étude. Ces modules ont été présentés avec des cas pratiques animés par les équipes techniques de l’OSCS et de l’Institut national de la statistique (INS).

L’INSCS permettra à terme de mesurer objectivement l’état de la solidarité et de la cohésion sociale. Ainsi l’on pourra apprécier une progression ou une régression du niveau global de la solidarité et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

Cette formation sera suivie de celle des agents enquêteurs qui travailleront sous la supervision des Directeurs régionaux. Ces derniers joueront un rôle de facilitateur administratif et feront le suivi des équipes ainsi que des visites de terrain.

A la clôture de l’atelier, le Directeur Général de l’OSCS, M.Tiohozon Ibrahima COULIBALY, a exprimé sa gratitude et celle de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à l’ensemble des superviseurs pour leur engagement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Actions humanitaires et gestion des catastrophes

LE PLAN NATIONAL DE CONTINGENCES EN VOIE DE FINALISATION

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) à travers la Direction de l’action humanitaire veut renforcer la planification des interventions en cas de catastrophes en vue de réduire les pertes et les risques.

C’est pour cette raison que les acteurs nationaux et internationaux se sont réunis du 13 au 14 juillet 2023 à Abidjan. L'objet de cette rencontre d’échanges est de présenter le draft du plan national de contingences multirisque en vue de recueillir les observations et contributions pour sa validation.

Ce plan prend en compte les risques d’inondation, de débordement de la crise sahélienne, de conflits communautaires, les épidémies et autres chocs. Sa mise en route exige une action concertée de tous les acteurs impliqués dans le processus d’élaboration du plan national de contingences. D’où la tenue de cette séance de travail entre les participants issus du Comité de coordination élargi (CCE).

« Ce cadre de partage d’expériences permettra de toute évidence à mieux outiller le mécanisme mis en place pour protéger les victimes et les populations à risque impactées par les catastrophes », a affirmé Anka Kouléon, conseillère technique, à l’ouverture des travaux de l’atelier.

Dans le même élan, Grace Kpohazoundé, conseillère paix et développement du bureau du coordonnateur résident du système des Nations-Unies en Côte d’Ivoire, a réaffirmé l’accompagnement de l’agence dans le processus d’élaboration de ce plan ainsi que dans sa mise en œuvre.

Cet atelier de finalisation de l’élaboration du plan national de contingence humanitaire multirisque sera aussi l’occasion pour les participants de renforcer leurs capacités sur l’évaluation rapide des besoins en cas de catastrophe.

Le plan national de contingence multirisque est un document cadre qui comprend l’analyse et le suivi des risques, leur impact ainsi que la programmation sectorielle pour pouvoir répondre de façon conjointe et rapide à tous types d’aléas pour le pays.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Mission d’observation électorale

LE PERSONNEL ET LES SECRETAIRES TECHNOQUES DE L’OSCS FORMES

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) veut contribuer à l’organisation des élections locales apaisées le 2 septembre 2023. Pour réussir ce pari, l’OSCS va conduire une mission d’observation proactive de ces élections dans plusieurs localités à risque du pays.

C’est ainsi qu’a été organisé le jeudi 13 juillet 2023 un atelier de renforcement des capacités des agents de l’OSCS et des Secrétaires Techniques (ST) sur les élections en Côte d’Ivoire en général et en particulier sur la Mission d’observation électorale (MOE) que l’Observatoire compte déployer lors des élections locales.

La tâche est revenue à l’expert maison des questions électorales, Monsieur Fofana Mamadou, Sous-directeur des études techniques, de mener cette formation qui a été suivie par visioconférence par les ST.

Le module 1 intitulé : « Comprendre les élections et le processus électoral en Côte d’Ivoire », a permis de visiter les dispositions générales communes à tous les types d’élection en Côte d’Ivoire ainsi que les dispositions particulières liées aux élections locales. Il s’est agi de présenter le cycle électoral afin de déterminer les principales activités du processus électoral ainsi que les risques de violence et de conflits.

Le module portant sur l’observation électorale proactive pratiquée par l’OSCS a permis de savoir qu’elle fonctionne comme le Mécanisme d’alerte précoce qui se charge d’apporter des réponses à tous les faits susceptibles de troubler le processus électoral. Enfin le module 3 a porté sur la manière de renseigner les grilles d’observation des campagnes et du scrutin et comment rédiger des rapports d’incidents et de mission.

La séance de formation a pris fin par les mots de d’encouragement du chef du Département des études et de la prospective (DEP), Professeur Kacou Fatoh, qui a invité tous les participants à être de bons agents électoraux.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Dimanche de la Solidarité à San Pedro

DE L’AIDE DU GOUVERNEMENT A PLUS D’UN MILLIER DE MENAGES DEFAVORISES

La caravane du « Dimanche de la Solidarité » a atterri en ce début du mois de juillet à San-Pedroplus de 1000 ménages défavorisés ont bénéficié de l'assistance du Gouvernement.

Quatre d'entre eux ont reçu la visite surprise de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Mme Myss Belmonde Dogo dans le but de leur apporter de la joie.

Adou Antoinette, âgée de 22 ans, déscolarisée en classe de seconde et mère célibataire d'une fillette de 9 mois, a reçu la visite de Mme la Ministre qui lui a remis un appui financier pour lui permettre d'entreprendre une activité génératrice de revenus et s'occuper décemment de son enfant. Le bienfaiteur d’Antoinette, Néké Bernard a à sa charge 13 autres personnes dont certaines sont vulnérables et défavorisées, a reçu un appui financier afin de l'encourager à continuer d'assister ces personnes qui sont dans le besoin

Au quartier Digboué, Keh Alphonsine, âgée de 27 ans, veuve et mère de 3 enfants qui vit dans des conditions précaires, a obtenu un appui financier pour monter un commerce de son choix. La délégation a poursuivi la tournée au quartier Belleville pour rencontre Konaté Djénéba, chef de ménage, handicapée à la suite d’un accident, vit dans une baraque avec 8 enfants dont 3 élèves et son époux souffrant d’un malaise au ventre depuis près de 30 ans. Un appui financier lui a été remis pour réaliser une activité génératrice de revenus.

Même geste de solidarité à l’endroit de Gborou Jacqueline, veuve âgée d’environ 75 ans vivant dans une petite maison en terre avec ses trois petits fils orphelins sur une portion de son terrain qu’elle a perdue. Abusée par un acheteur de terrain, elle a vendu la parcelle à 100 000 FCFA pour s'occuper de ses petits-enfants. L’acheteur a été sommé de passer à la mairie récupérer la somme à laquelle il dit avoir acheté le terrain.

Tous les ménages visités ont reçu des vivres (Riz, pâtes alimentaires, huile, tomate concentrée), des non vivres (matelas, seaux, bassines, chaises).A l'issue des visites surprises à domicile, 1000 ménages vulnérables de San Pedro ont perçu des dons d’un montant plus de 54 millions de Fcfa.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement de la cohésion sociale

L’OSCS S’INSTALLE DANS LE BERE

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), a procédé ce 22 Juin 2023 à Mankono à l’installation de la Commission régionale du Béré avec l’appui technique du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Ce qui porte à 27 le nombre de Commissions régionales de l’Observatoire.

Le Directeur général de L’OSCS, Monsieur Tiohozon Ibrahima Coulibaly, a remercié les membres qui ont accepté de faire partie de cette commission tout en expliquant le rôle que chacun d’eux devra jouer. « Les Commissions régionales sont le prolongement du travail que fait l’OSCS au niveau d’Abidjan. Elles doivent veiller et surveiller les indicateurs nationaux de solidarité et de cohésion sociale et tous les faits en lien avec ces thématiques », a-t-il précisé.

Pour sa part, le Secrétaire général 1 de la préfecture, Monsieur Kouadio Brou Benoit, a invité les membres de la commission à animer efficacement cet organe de veille. « L’Observatoire vient à point nommé pour contribuer, consolider et préserver la paix sociale, gage de tout développement durable. Je vous invite donc à soutenir l’OSCS », a-t-il insisté.

Représentant le PNUD, Monsieur Soumahoro Laciné est allé dans le même sens. « Le PNUD continuera d’apporter sa contribution à l’OSCS dans cette noble mission (…) Nous saluons le Directeur général de l’OSCS pour tous les résultats très satisfaisants que nous avons enregistrés dans le cadre du partenariat avec la structure », a-t-il soutenu.

Il s’en est suivi le renforcement des capacités des membres de la commission chargés entre autres d’assurer la veille communautaire en vue de la préservation de la paix au niveau régional. Composée de 15 membres, elle est présidée par le préfet de région et le secrétariat technique est assuré par le directeur régional en charge de la solidarité.

Les commissions régionales de l’OSCS sont chargées entre autres de contribuer à la prévention des conflits, faire l’état des lieux de la solidarité et de la cohésion sociale, coordonner les activités des mécanismes communautaires d'alerte précoce et faire le suivi des indicateurs nationaux de solidarité et de cohésion sociale au niveau régional.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement de la cohésion sociale

L’OSCS INSTALLE LA COMMISSION REGIONALE DU FOLON

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), vient d’accroître le nombre de ses commissions régionales avec l’installation le mardi 20 Juin 2023 de celle du Folon. L’installation de cette structure qui s’est faite avec l’appui technique du Programme des nations unis pour le développement (PNUD), fait passer à 26 le nombre des Commissions régionales de l’OSCS.

Le Directeur général de la structure, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, représentant la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), a conduit la cérémonie qui s’est tenue dans la salle de conférence de la mairie de Minignan, en présence du Secrétaire général 1, représentant le Préfet de région du Folon.

Selon Coulibaly Tiohozon Ibrahima, la Commission doit autres surveiller et guetter tous les faits qui pourraient mettre à mal la solidarité et la cohésion sociale dans cette région située aux frontières du Mali et de la Guinée. « Je remercie et félicite au nom de la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo les membres de cette Commission régionale pour avoir accepté d’être au service du Folon », a-t-il dit.

Pour le secrétaire général 1 de la préfecture, Irié Bi Zika Guillaume, « la mise en place de cette Commission nous donne beaucoup d’espoir à nous et à nos populations. Nous sommes donc prêts à mettre tout en œuvre pour accompagner cette commission pour mener à bien sa mission ».

Soumahoro Laciné, représentant le PNUD, a rappelé l’engagement de l’agence onusienne qui s’est donnée pour mission de garantir la stabilité sociale en Côte d’Ivoire à travers le renforcement de la cohésion sociale, d’où son accompagnement à la présente initiative. Les capacités des 15 membres de la Commission ont été renforcées pour qu’ils s’imprègnent de leur rôle dans cette entité chargée de veiller à la préservation de la cohésion sociale.

La Commission régionale est présidée par le Préfet et animée par le Directeur régional du MSLP qui en est son secrétaire technique. Composée de 15 membres issus de certains ministères, des structures techniques et de la société civile, elle a pour missions de contribuer à la prévention des conflits en animant et coordonnant le Mécanisme d’alerte précoce (MAP) de l’OSCS. En outre, elle est chargée de faire le suivi des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale au niveau régional et de faire l’état des lieux de la solidarité et de la cohésion sociale dans la région du Folon.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Saison des pluies

LA MINISTRE BELMONDE DOGO INVITE LES POPULATIONS A QUITTER LES ZONES A RISQUES

Dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 juin 2023, un glissement de terrain provoqué par des pluies diluviennes, a entrainé l’effondrement d’une baraque habitée par la famille Toh-Bi dans le sous quartier de Mossikro, commune d’Attécoubé. Le père, la mère, une adolescente de 11 ans et deux enfants de 2 ans et 4 mois ont péri dans ce sinistre.

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO, s’est rendue le lundi 12 juin 2023 à Mossikro pour exprimer la compassion et apporter le soutien du Gouvernement aux familles endeuillées. Pour éviter un autre drame de ce genre en cette saison de fortes pluies, elle a réitéré l’appel du Gouvernement aux populations invitées à quitter les zones à risques. « Nous réitérons l’appel du Gouvernement. Que les populations quittent les zones à risques ne serait-ce que pour la saison des pluies pour éviter que de tels drames ne se reproduisent », a insisté la Ministre Belmonde DOGO.

« Nous savons tous que la grande saison des pluies ne fait que commencer, alors pour éviter d’autres drames, nous demandons aux populations de quitter les zones à risques car en principe, ce ne sont pas des lieux adéquats d’habitations », a-t-elle ajouté.

Devant le triste bilan de 25 morts depuis le début de la saison des pluies, elle a fait savoir que « la solidarité, c’est aussi pour les vivants et pas seulement pour les morts et le Président de la République veut avoir des ivoiriens en vie ».

Après Mossikro, la Directrice de Cabinet Paule Marlène DOGBO s’est rendue à Yopougon-Niangon où un éboulement de terre qui a cassé le mur de la chambre principale d'une maison a tué son propriétaire, Alavi Joseph. Un soutien moral et financier a été apporté à la femme du défunt au nom du Gouvernement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale

LE DG ECHANGE AVEC LES MONITEURS

Le Directeur Général de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), Monsieur Tiohozon Ibrahima COULIBALY, a échangé le mercredi 7 juin 2023 avec plusieurs moniteurs par visioconférence. Cette première rencontre, a-t-il souligné, est une prise de contact avec ceux qui animent au quotidien le Mécanisme d’alerte précoce (MAP) de l’OSCS.

Le DG a tenu à féliciter les moniteurs pour leur abnégation dans l’animation du MAP. « Nous vous félicitons pour l’immense travail que nous ne pouvons pas réénumérer. Nous sommes conscient du travail que vous faites pour une meilleure expression de la solidarité. Votre rôle est déterminant », a reconnu M.COULIBALY avant de laisser la parole aux moniteurs pour exprimer leurs préoccupations.

Après avoir salué unanimement cet échange par visioconférence, les animateurs du MAP ont soulevé des difficultés rencontrées sur le terrain. Notamment l’absence de badge qui constitue parfois un frein dans le monitoring des faits, le manque de réponse face aux sinistres signalés, l’ignorance du nord dans les actes de solidarité du gouvernement etc.

Les moniteurs ont formulé quelques doléances qui portent sur le renforcement de leurs capacités, leur participation à l’observation des élections locales du 2 septembre 2023 etc.

Le DG a rassuré les moniteurs sur la question du badge qui sera traité en interne avant de les exhorter à continuer à faire le monitoring des faits même s’il n’y pas de réponse dans l’immédiat. Quelque soit la bonne volonté du Gouvernement, il n’y aura pas de ressources suffisantes pour la prise en charge de tous les sinistrés, a fait savoir M.COULIBALY. Tous les faits collectés sont stockés dans une base de données qui peut être consulté à tout moment au cas où des ONG ou des partenaires financiers décident d’apporter un soutien aux populations vulnérables.

C’est une note d’encouragement du DG de l’OSCS aux moniteurs que cette première rencontre s’est achevée. Rendez-vous a été pris dans trois mois pour la prochaine réunion par visioconférence.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Cohésion sociale

LE DG DE L’OSCS ECHANGE AVEC LES SECRETAIRES TECHNIQUES

Le Directeur Général de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), Monsieur Tiohozon Ibrahima COULIBALY, a eu un échange par visioconférence le vendredi 2 juin 2023 avec les Directeurs régionaux du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Secrétaires techniques (ST) des Commissions régionales (CR).

Pour cette première rencontre, le DG a tenu à féliciter tous les ST qui ont organisé la première réunion statutaire des Commissions régionales (CR) pour cette année tout en les invitant à maintenir la cadence.

Poursuivant les échanges, Monsieur COULIBALY a fait savoir que l’OSCS participe à l’observation des élections locales du 2 septembre 2023. Cette observation est fondée sur la résolution de tous les problèmes liés au vote afin d’éviter des crises qui mettraient à mal la cohésion sociale. Des séances de renforcement des capacités vont se tenir afin que tous les acteurs impliqués dans le processus électoral soient capables de relever les défis. Les ST doivent choisir des moniteurs afin que le travail d’accompagnement de la CEI par l’OSCS soit une réussite, a-t-il conseillé.

Les ST ont soulevé les difficultés rencontrées sur le terrain ; notamment l’usure des outils de communication, la réticence de certaines structures à renseigner les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, les hésitations de certains leaders communautaires à fournir des moniteurs...

M. COULIBALY a tenu à rassurer ses interlocuteurs que tous les problèmes matériels seront réglés au cas par cas. Concernant les difficultés de fonctionnement des Commissions régionales, il suggère un partage d’expériences entre les ST afin que les cas de réussite servent de modèles aux autres.

Les ST ont affiché leur satisfaction et salué le DG pour l’initiative d’organiser chaque mois une visioconférence qui leur offre l’occasion d’échanger directement avec la hiérarchie. Le prochain rendez-vous a été fixé au mois de juillet.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Solidarité et Cohésion sociale

L’OSCS et la DGAT mettent en route leur partenariat stratégique

Une délégation de la Direction Générale de l’Administration du Territoire (DGAT) conduite par son Directeur général, Ibrahima BAYO, a participé à une séance de travail le 24 mai 2023 au siège de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) situé à Cocody-Angré 7ème Tranche. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en route du partenariat stratégique scellé entre les deux structures en vue du renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

Les deux parties ont passé en revue les engagements et les propositions d’activités communes pour renforcer la solidarité et la cohésion sociale. Ainsi l’OSCS s’engage à mettre à la disposition de la DGAT toutes les informations en lien avec la solidarité et la cohésion sociale, notamment les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, les travaux et études diligentées …

Quant à la DGAT, elle s’est engagée à contribuer au bon fonctionnement des Commissions Régionales de l’OSCS et à exhorter les autorités des différentes circonscriptions administratives à participer à l’animation du mécanisme national d’alerte précoce et apporter la réponse aux alertes ainsi qu’au recrutement des moniteurs.

Les deux entités administratives ont convenu de renforcer les capacités des autorités préfectorales sur les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, en commençant par le personnel de la DGAT, d’engager les préfets et sous-préfets pour un bon déroulement de l’étude devant permettre la définition de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale -2023 et la Mission d’Observation Electorale dynamique de l’OSCS.

A la fin de la séance, le Directeur général de la DGAT, Ibrahima BAYO s’est réjoui des travaux du jour qui marquent le démarrage effectif de ce partenariat. Le premier responsable de l’OSCS, Ibrahima Tiohozon COULIBALY a souhaité une suite heureuse à cette collaboration entre leurs deux structures pour le bonheur et le bien-être des populations.

Pour rappel, les deux structures ont signé le 17 mars 2023 une convention de partenariat stratégique pour le renforcement de la solidarité et la cohésion sociale en vue de la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Dimanche de la solidarité

54 MILLIONS DE DONS OFFERTS A 508 MENAGES VULNERABLES DE COCODY

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté (MSLP), Myss Belmonde DOGO était l’après-midi du 15 mai 2023, au complexe de la Riviera-Palmeraie, à Cocody, ou elle a apporté la solidarité du Gouvernement aux ménages vulnérables de cette commune.

La ministre a offert des dons en vivres (riz, pâte alimentaire, tomate concentrée, huile et de savons), non vivres et en numéraires d’une valeur de 54 millions de FCFA à 500 ménages vulnérables issues des quartiers défavorisés de Abatta, Alakro, Palmeraie, Colombie, Gobelet, Petit Bouaké, Cocody centre et Bonoumin. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la caravane du Dimanche de la solidarité initié par ledit ministère.

Plutôt dans la matinée, la ministre Belmonde DOGO, avec sa délégation a visité cinq familles à domicile toujours à Cocody dans les sous-quartiers Colombie, Bonoumin et Palmeraie pour les soulager et les aider pour un recasement.

«La solidarité est un levier du vivre ensemble et cette journée vise à visiter les familles vulnérables enfin de transformer la solidarité verbale à une solidarité agissante (…) partager le bonheur c’est donner un sourire au plus petit que soi », s’est-elle réjouie.

A l’issue de cette tournée, en présence d’une délégation de l’Agence Emploi Jeunes, 12 jeunes, âgés entre 15 et 40 ans ont été recensés. Ceux-ci seront accompagnés afin, à terme, de pouvoir être insérés dans le tissu socioprofessionnel et se prendre en charge.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Observation électorale

L’OSCS ECHANGE AVEC LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE

Une délégation de l’Observatoire de la Solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) conduite par son Directeur général, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a été reçue le 22 mai 2023 par le 1er et 3ème Vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI) à son siège de Cocody.

Au cœur des échanges entre le DG de l’OSCS et ses hôtes, Monsieur Koné Sourou et Mme Salimata Porquet, le renforcement de la collaboration entre les deux structures. Selon lui, cette collaboration pourra permettre une utilisation efficiente du Mécanisme d’alerte précoce (MAP) de l’Observatoire qui dispose de plus de 11. 300 moniteurs et 25 Commissions régionales couvrant toutes les sous-préfectures du pays.

M.Coulibaly a informé les Vice-présidents de la CEI de l’observation électorale proactive qu’organise l’OSCS depuis 2016 afin de contribuer au renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale à travers la réduction des violences, des tensions et des conflits liés aux scrutins.

Dans ce sens, il a souhaité la participation de l’OSCS à la plateforme électorale de la CEI. Le 1er Vice-président de la CEI a quant à lui, apprécié la démarche de l’OSCS et s’est réjoui de l’installation d’une telle structure. M. Koné Sourou a indiqué que la collaboration avec l’Observatoire vient à point nommée car la CEI a besoin de travailler avec une structure qui donne les alertes vraies pour susciter la réponse rapide.

La 3e Vice-présidente, Madame Salimata Porquet a indiqué que la CEI dispose d’une commission en charge de l’alerte précoce. Elle a recommandé une séance de travail entre l’OSCS et cette commission pour l’organisation d’élections apaisées lors des régionales et municipales prévues le 2 septembre 2023.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Saison des pluies

LE GOUVERNEMENT ANNONCE DES MESURES URGENTES DANS LES ZONES A RISQUES

Le ministre de l'Hydraulique, de l'Assainissement et de la Salubrité, Bouaké Fofana, a annoncé des mesures urgentes dans les zones à risques pour éviter des pertes en vies humaines pendant la saison des pluies. Il a fait cette annonce au cours de la cérémonie de lancement des activités de présaison dans le cadre de la lutte contre les inondations et les pertes en vies humaines, ce jeudi 27 avril 2023 à Abidjan-Plateau.

Rappelant les efforts fournis par le gouvernement en termes de constructions d’ouvrages de drainage et de curage préventif des caniveaux et canalisations d’eau pluviales au cours des dernières années, le ministre a annoncé des actions urgentes pour éviter des pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels.
Il s’agit, notamment, de la destruction de toutes les constructions réalisées dans les bassins d’orage, dans les talwegs et sur les ouvrages d’assainissement et de drainage ; du curage des ouvrages d’assainissement et de drainage identifiés par les mairies en collaboration avec le ministère, et de la sécurisation et de l’embellissement des zones déguerpies pour éviter leur recolonisation.

Dans cette veine, Boiké Fofana a invité les populations installées dans les zones à risque à les libérer avant les grosses pluies annoncées par la SODEXAM.

« Je voudrais encore renouveler l’appel pressant du gouvernement à toutes les populations vivant dans les zones à risques, de les quitter immédiatement et volontairement, de façon ordonnée et maîtrisée », a lancé le ministre.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Mise en œuvre du Projet COSO

DES EXPERTS REFLECHISSENT SUR LA THEMATIQUE DE LA COHESION SOCIALE

Un atelier sur la thématique de la cohésion sociale a réuni des experts de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) et d’autres ministères et structures techniques, à Yamoussoukro, les 25 et 26 avril 2023, dans le cadre du Projet de Cohésion Sociale des Régions Nord du Golfe de Guinée (COSO).
Après le lancement officiel de ce projet le 4 novembre 2022 à Korhogo, sa mise en œuvre se poursuit ainsi avec l’exécution des différentes étapes.

Cet atelier co-organisé par l’Unité de coordination du projet COSO (UPC-COSO) et l’OSCS, avait pour objectif de mener des réflexions et de disposer de données indispensables pour orienter sa mise en œuvre. Il intervient dans le cadre des travaux de la Composante 3 de ce projet intitulé : « Plateforme de collaboration régionale et dialogue ».

Une trentaine de points focaux de structures ayant l’expérience en matière de travaux, d’analyse et de détention de documentation sur les questions de cohésion sociale sur le plan national et dans la zone du Projet y ont pris part. Des groupes de travail ont été constitués sur la base des domaines d’intervention des structures invitées afin de recueillir les contributions des participants sur l’analyse de la cohésion sociale. Ce, à travers l’exploitation de différents documents et les orientations sur la conduite des activités à venir dans le cadre dudit projet.

Mme Doho Patricia, Conseillère technique au Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, représentant Mme la Ministre Myss Belmonde Dogo, a salué et félicité les participants pour leur engagement et leur implication dans les travaux.
« Avec un tel acharnement au travail, je suis certaine, que les résultats ainsi obtenus, bien exploités, permettront d’enrichir les activités à mener dans le cadre du projet COSO. Ainsi, je pu affirmer que nous n’avions pas eu tort d’escompter à l’ouverture de l’atelier que les résultats de celui-ci contribueraient à soutenir les activités de l’atelier pour la consolidation de la paix dans les 10 régions du projet », S’est-elle réjouie.

Le directeur général du Conseil Coton-Anacarde, Coordonnateur du projet, Dr Adama Coulibaly quant à lui, a indiqué que les résultats des travaux devraient faire école et inspirer les autres pays à emprunter cette même voie. « C’est le sens du partage d’expérience et des bonnes pratiques prônées dans le cadre du Comité de Coordination Régional (CCR) qui réunit les 4 pays impliqués dans le Projet COSO», a-t-il déclaré.
Pour sa part, le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a exprimé sa reconnaissance aux experts présents et sa joie devant la qualité du travail réalisé pour ce premier atelier. « C’est avec beaucoup de satisfaction que je salue l’expertise des uns et des autres. J’ai été convaincu par la qualité des interventions et la maîtrise des sujets », a-t-il avoué.

Le Projet COSO est un projet sous régional qui prend en compte la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana et le Togo, avec l’appui technique et financier de la Banque Mondiale.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Insécurité

LE MEURTRIER DE LA JEUNE FILLE A KOKOUBO INTERPELLE GRACE A LA CELERITE DE LA GENDARMERIE

La Gendarmerie de Yamoussoukro et de Kokoubo ont finalement réussi à mettre la main sur le présumé assassin de la jeune fille Ago Adjoua Florence, retrouvée morte et abandonnée par son compagnon, le 16 avril dans un hôtel. Il a été interpellé par la Gendarmerie le 19 avril.

Les enquêtes de nos braves forces de l'ordre ont permis ainsi de mettre hors d'état de nuire son meurtrier. Traqué par les gendarmes, il a fini par se rendre, après seulement trois jours de cavale.
C’est un ouf de soulagement pour les parents de la jeune fille, originaire d'Akroukro, et surtout, pour les populations en général.

C'est le lieu de saluer la Gendarmerie pour la célérité et l'efficacité avec lesquelles, ses hommes traquent les bandits, afin de garantir aux populations la sécurité et la tranquillité, contribuant ainsi au renforcement de la cohésion sociale.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Projet SWEDD

BELMONDE DOGO ET NASSENEBA TOURE VEULENT MUTUALISER LEURS FORCES

S'enquérir du fonctionnement du projet SWEDD (Le projet d’Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel) et échanger sur l’une de ses composantes, à savoir les questions liées au genre.
Tel est l’objectif de la visite de courtoisie effectuée le jeudi 20 avril 2023 par la Ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, Mme Nasseneba Touré, chez la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo.

La Ministre de la Femme, de la Famille, et de l’Enfant a mis en avant la synergie d’actions dans le cadre du projet SWEDD. Les deux ministères doivent travailler ensemble afin de toucher la majorité des jeunes filles fin 2023 pour que le SWEDD soit le projet qui s'exécute dans sa totalité. « Il Faut qu’à la conférence budgétaire en décembre prochain, le SWEDD soit applaudi dans son exécution et dans l’obtention de résultats positifs », s’est engagée Mme Nasseneba Touré.

Mme Myss Belmonde Dogo s’est réjouie de la démarche entreprise par sa collègue. « Je suis heureuse que nous puissions nous parler et nous accorder pour atteindre cet objectif commun en termes d’autonomisation de la jeune fille. Nous avons la haute responsabilité de permettre aux femmes et aux jeunes filles d’être autonomes et en travaillant en synergie cela sera une réalité », a-t-elle fait savoir.
Puis d’ajouter : « Notre souhait est que tout se passe au mieux dans la composante genre car c’est elle qui tire le projet SWEDD. Nous voulons être les premiers dans la sous-région en termes d’exécution et surtout de résultats de la composante ».

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Région du Gôh

LA COMMISSION REGIONALE DE L’OSCS VEUT RENFORCER LES CAPACITES DES MONITEURS

La vulgarisation de l’alerte précoce était au cœur des échanges lors de la tenue de la première réunion de la Commission régionale de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) organisée le vendredi 14 avril 2023 au siège de la direction régionale de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté à Gagnoa.

Cette activité fait partie du Plan de travail annuel (PTA) dont l’élaboration a fait l’objet d’échanges au cours de cette session trimestrielle. « Il nous faut renforcer les capacités des moniteurs sur le fonctionnement d’alerte précoce », a insisté la directrice régionale de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté du Gôh, Mme Tio Alice.
Outre la mise à jour des connaissances des moniteurs, elle envisage la formation des membres de la Commission régionale de l’OSCS (CROSCS) sur son fonctionnement et le mécanisme d’alerte précoce.

Pour le bon fonctionnement du mécanisme d’alerte précoce, la direction régionale identifie « régulièrement » les points moniteurs inactifs dans les différents villages de la région du Gôh, afin d’actualiser, identifier et enregistrer les nouveaux points focaux désignés.

Les membres de la commission ont recommandé que soit organisée une autre réunion en quinzaine, afin d’étoffer le PTA, par des propositions des autres ministères membres de la commission régionale de l’OSCS composée de 15 membres et présidée par le préfet de région du Gôh.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Ramadan 2023

LE MINISTERE DE LA SOLIDARITE FAIT DES DONS A PLUS DE 40 ONG ET ASSOCIATIONS ISLAMIQUES

Plusieurs associations et ONG religieuses œuvrant en faveur des familles vulnérables ont reçu des vivres de la part du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP). Les dons ont été remis ce vendredi 14 avril 2023 dans les locaux du Fonds National de Solidarité (FNS).

Ces dons sont composés de 658 sacs de riz de 25 kg, 60 sacs de sucre de 25 Kg et 250 cartons de boites de lait pour un montant estimé à plus de 50 millions de FCFA.

Les récipiendaires n’ont eu que des mots de remerciement à l’endroit du MSLP qui n’est pas à son premier geste à la faveur du mois de jeûne musulman. Koua Madeleine, secrétaire générale de l’ONG Abobo Maracana Solidarité, une structure œuvrant en faveur des familles monoparentales vulnérables et des orphelins et El Hadj Ibrahima Doumbia, président du Comité d’action sociale et humanitaire de Côte d’Ivoire (CASHCI) ont salué Mme la Ministre Myss Belmonde DOGO pour sa générosité en faveur des personnes démunies pendant cette période de jeûne.

Dans le même élan, des associations issues des régions du Gôh, Poro, Haut-Sassandra, de la Bagoué et de la Marahoué ont aussi bénéficié de la chaîne de la solidarité Ramadan initiée par la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Dimanche de la Solidarité dans le Haut-Sassandra

LE GOUVERNEMENT SOULAGE PLUS DE 1000 MENAGES

La caravane du « Dimanche de la Solidarité » était le 7 avril 2023 dans la région du Haut Sassandra où plus d’un millier de ménages extrêmement pauvres issus des localités de Daloa, Issia, Vavoua et Zoukougbeu ont été assistées par le Gouvernement.

Dans le but de s’imprégner des réalités quotidiennes que vivent ces ménages, quatre d’entre elles, ont été visitées par la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde DOGO et de son collègue Mamadou TOURE, de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique.

A Tazibouo, dans la ville de Daloa, les deux ministres ont visité la famille TODJOU composée de 6 enfants mineurs vivant depuis longtemps dans une maison inachevée. Elle a reçu les clés d’une nouvelle maison entièrement équipée avec le loyer pris en charge sur une durée d’un an, d’un appui financier pour la réalisation d’une activité génératrice de revenus en plus de la prise en charge de l’aîné de la famille.
Même geste de générosité au quartier « Abattoir 1 » où Kéita Massandjé, veuve depuis 30 ans et mère de 7 enfants, a obtenu une prise en charge médicale, un appui financier et des vivres et non vivres pour satisfaire ses besoins primaires.
A Madoguhé (S/P de Daloa), Mimi Delphine, veuve depuis 13 ans, victime d’un polyhandicap psychomoteur, a reçu un fauteuil roulant ainsi que des vivres et non vivres. Gozé Angeline, veuve qui a perdu tous ses enfants, vit dans une dépression. Elle a reçu des non vivres et du numéraire pour la réalisation d’une activité génératrice de revenus. Dans cette veine, 7 autres familles ont été assistées par les services de la Direction régionale de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté dans le Haut-Sassandra.

La Ministre Belmonde DOGO a procédé à la remise de dons de vivres et non vivres à 1000 ménages vivant dans l’extrême pauvreté dans la région du Haut-Sassandra.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

NOTE D’ALERTE RELATIVE A LA SAISON DES PLUIES 2023

Saison des pluies : l’OSCS invite les populations à la prudence

Les prévisions de la Société d’Exploitation et de Développement Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM) annoncent de fortes précipitations sur toute l’étendue du territoire national, sur la période de mars à juillet 2023.
Devant les risques d’inondation que pourraient provoquer ces fortes pluies, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, invite les populations à la prudence et au respect des mesures de sécurité annoncées par les autorités.

Pour éviter les inondations, les écroulements d’habitations, les glissements de terrain, les noyades et leurs conséquences en termes de pertes en vies humaines et de dégâts matériels, l’OSCS demande :
- aux populations installées dans les zones à risque, de quitter ces lieux afin de préserver leur vie ;
- aux parents, de ne pas laisser les enfants jouer ou sortir sous la pluie (même pour se rendre à l’école) et de renforcer leur surveillance ;
- aux populations dans leur ensemble, d’éviter :
• de se déplacer en voiture ou à pied pendant ou après de fortes pluies, alors que les voies sont encore submergées par les eaux pluviales ou de tenter de traverser des basfonds d’écoulement des eaux,
• de se mettre sous des abris métalliques, des arbres, sous tout récepteur d’onde ou de manipuler les téléphones au risque d’être victimes de la foudre,
• de rester dans les voitures prises au piège des eaux de ruissellement,
• d’utiliser tout appareil électrique et de couper l’électricité si l’eau monte dans la maison.

Aussi invite-t-il les populations à s’abstenir de jeter les ordures dans les caniveaux et autres canaux d’écoulement des eaux pluviales et à curer au besoin les caniveaux devant leurs habitations afin d’éviter tout débordement et des inondations souvent dramatiques.

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale recommande donc la plus grande prudence à toutes les populations avant, pendant et après les pluies et un engagement citoyen de tous pour éviter les dégâts et drames liés aux pluies.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Pour tous faits et questions relatifs à la solidarité et à la cohésion sociale,
contactez l’OSCS aux 07 88 47 46 03 / 05 65 40 76 92 / 01 01 49 52 79

Solidarité et cohésion sociale en Côte d’Ivoire

126 INDICATEURS NATIONAUX VALIDES EN CONSEIL DE MINISTRE

Le Gouvernement a adopté hier, 5 avril 2023 en Conseil des ministres, 126 indicateurs nationaux de solidarité et de cohésion sociale. La Côte d’Ivoire dispose ainsi d’indicateurs actualisés qui seront utilisés pour le calcul de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) 2023.

L’institution de ces indicateurs nationaux vise à doter notre pays d’outil opérationnel pour l’évaluation de l’état de la solidarité et de la cohésion sociale afin d’orienter efficacement la prise de décision en la matière.
Il faut noter qu’en 2019, dans le cadre de l’élaboration des indicateurs nationaux de solidarité et de cohésion sociale suivant le contexte socio-politique du pays, le processus participatif et inclusif conduit par l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, auquel avait participé des experts de l’administration publique et du privé, des partenaires au développement, de la société civile, avait abouti à l’adoption de 151 indicateurs.

Suivant le même processus participatif, ces indicateurs ont été, sous la houlette de l’OSCS, actualisés en 2022 par les mêmes experts au regard des données relevées à la pratique et de certaines contingences socio-politiques et économiques.

Ces indicateurs de solidarité et de cohésion sociale actualisés, au nombre de 126, seront utilisés pour le calcul de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale 2023, correspondant à la valeur de référence des progrès réalisés dans le domaine de la consolidation de la paix.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Soutien aux victimes de la tornade

LE GOUVERNEMENT FAIT DES DONS DE 50 MILLIONS A ZOKOLILIE

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde DOGO, a apporté au nom du Gouvernement ce vendredi 31 mars 2023 des dons en vivres, non vivres et en numéraire aux familles sinistrées de Zokolilié (S/P de Lakota). Il s’agit de dons en vivres et non vivres composés de sacs de riz, de cartons d'huile, cartons de spaghetti , cartons de tomate, de nattes de 2 places, de cartons de savons, de ciment, de feuilles de tôle et du numéraire le tout d’un montant de plus de 50 millions de FCFA.

La Ministre en charge de la Solidarité a saisi la perche pour remercier les populations de Zokolilié pour l’élan de solidarité exprimé durant ce drame. « Je tenais à vous dire yako et de manière spéciale je voudrais dire merci aux fils et aux filles de Zokolilié pour cette chaîne de solidarité dès les premières heures du sinistre. Que cet élan de solidarité puisse continuer et être ancré dans nos habitudes », conseille-t-elle.

Devant la célérité et le soutien du gouvernement, Abdoulaye Kouyaté, député de Lakota a traduit la gratitude et la reconnaissance des populations au Président de la République pour ce qu’il a fait et continue de faire pour les populations en les sortant de la précarité.

Sam Wakouboué, porte-parole des populations, exprime les sentiments de reconnaissance des familles qui ont vu accourir vers eux la République toute entière. « Toutes les populations se joignent à moi pour exprimer leur reconnaissance à la plus haute autorité de cette Côte d’Ivoire solidaire et pleine d’empathie. Votre présence Mme la Ministre nous rassure quant à l’attention que le chef de l’Etat porte aux populations. », s’est satisfait Sam Wakouboué.

La violente tornade survenue le 4 mars 2023 dans ces localités, a impacté des centaines d’édifices dont 354 habitations à Zokolilié. Un don de 2.750.000 FCFA avait été remis aux populations dès les premières heures du sinistre par la ministre Belmonde Dogo au nom du Gouvernement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Assistance aux victimes d’inondation et de tornades

LA CEDEAO APPORTE SA CONTRIBUTION

La représentante-résidente de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), Mme Fanta CISSE, a offert plusieurs sacs de riz destinés aux populations victimes d’inondations et de tornades.

Le don a été réceptionné le 20 mars 2023 par la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Mme Myss Belmonde DOGO qui a exprimé sa gratitude pour cette énième contribution. « La Côte d’Ivoire a besoin de la CEDEAO pour nous accompagner davantage dans les actions d’assistance aux personnes victimes de sinistres et catastrophes naturelles », a-t-elle fait savoir.

A ses yeux, une meilleure synergie d’actions entre les ministres en charge de la Solidarité de l’espace CEDEAO pour apporter assistance aux personnes vulnérables réduirait la dépendance des pays de la sous-région vis-à-vis de l’aide extérieure. En 2021, 800 ménages sinistrés issus de 10 villes de la Côte d’Ivoire ont reçu de la part de la CEDEAO, un appui financier à titre d’indemnisation, a rappelé Mme la Ministre.

Pour Mme Fanta Cissé, CEDEAO apprécie les actions de la MSLP sur le terrain en faveur des personnes sinistrées d’où ce geste de solidarité à l’endroit du Gouvernement ivoirien.

Ces dons en vivres offerts par la CEDEAO sont destinés aux ménages impactés par des vents violents dans la localité de Gohitafla située dans la région de la Marahoué.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Cohésion sociale

La DGAT et l’OSCS signent un partenariat

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) et la Direction Générale de l’Administration du territoire (DGAT) sont désormais officiellement des partenaires dans le renforcement de la solidarité et la cohésion sociale pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

La convention de partenariat stratégique a été scellée le vendredi 17 mars 2023 entre le Directeur Général de l’Oscs, Coulibaly Tiohozon Ibrahima, et le patron de la DGAT, Bayo Ibrahima, au siège de la DGAT à Cocody-Lycée technique.

Pour le premier responsable de l’OSCS, cette convention vient formaliser la bonne relation qui existe depuis plusieurs années entre les deux structures à travers ses Commissions régionales qui sont présidées par les Préfets de région. Ce partenariat, reste-t-il convaincu, augure des lendemains meilleurs pour le bien-être des populations ivoiriennes car il permettra au ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté d’être plus efficace en cas de situation de crise.

« La synergie des actions entre l’Oscs et la Dgat voulue par ce partenariat permettra au gouvernement d’être très bien informé des situations que vivent nos populations afin d’apporter des réponses adéquates à leurs préoccupations », soutient M. Coulibaly. Puis d’ajouter : « Notre partenariat contribuera à entretenir tous ces efforts de préservation de la paix et du bien-être des populations car il permettra au ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté d’être de plus en plus actif sur le terrain avec l’amélioration des performances de l’OSCS pour exprimer la solidarité de l’Etat ».

Pour Monsieur Bayo Ibrahima, les préfets, les secrétaires généraux de préfecture et les sous-préfets vont jouer efficacement leur partition pour la réussite de ce partenariat pour que « la Côte d’Ivoire solidaire prônée » par le président de la République, Monsieur Alassane Ouattara, soit une réalité tangible. La complémentarité entre les deux entités administratives contribuera au renforcement de la cohésion sociale et à la satisfaction des besoins des populations en situation de vulnérabilité, a-t-il rassuré.

Pour rappel, l’Oscs est un organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision en matière de solidarité et de cohésion sociale placé sous la tutelle du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté. La Dgat quant à elle, est chargée de veiller à l’administration des circonscriptions administratives et au bon fonctionnement des circonscriptions d’état civil; de l’organisation des chefferies traditionnelles et des relations avec les autorités des dites chefferies etc.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Sécurité incendie, secourisme et évacuation

Les agents de l’OSCS initiés aux techniques d’assistance

Les agents de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) ont bénéficié le 16 mars, d’une formation sur les premiers gestes en sécurité incendie, secourisme et évacuation.

Il s’est agi pour des experts du Groupement des Sapeurs-pompiers, dont l’adjudant KOUASSI Kan et le sergent-chef YAPO Serge d’expliquer à l’ensemble de ces acteurs de collecte des données, les méthodes pratiques et des techniques thérapeutiques mises en œuvres pour porter assistance à des personnes victime de sinistre (accidents, incendies, inondations, écroulements de bâtiments, tempêtes et l’évacuation des personnes sinistrées) et de procéder à la réduction des incidents dans les ménages.

Selon lui, les femmes ne doivent pas se mettre dans une posture d’antagonisme avec les hommes mais adopter la position de la complémentarité qui doit exister entre les deux genres humains. « Nous sommes à vos côtés pour vous permettre de jouir de vos droits », a rassuré M.Coulibaly.

Le directeur général de l’OSCS, Coulibaly Tiohozon Ibrahima a exprimé sa reconnaissance au Chef de corps du GSPM pour la disponibilité de ses agents. Puis a indiqué que « ce renforcement de capacité de nos équipes, nous l’avons souhaité et nous espérons que nos équipes vont s’enrichir (…). Nous allons en tirer au maximum profit et nous espérons surtout que nos interventions sur le terrain seront plus efficaces », s’est-il réjouie.

Après la formation théorique, un cas pratique animé par les experts du GSPM en collaboration avec les participants a mis fin à la séance. Pour rappel, l’OSCS produit régulièrement des rapports relatifs aux incidents impactant négativement et positivement la solidarité et la cohésion sociale et propose des recommandations d’assistance au Gouvernement. Ainsi la production de données de qualité nécessite le renforcement des capacités des différents acteurs intervenants dans la chaîne de collecte sur le terrain pendant les sinistres.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

JIF 2023

LES FEMMES DE L’OSCS A L’HONNEUR

Les femmes de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) étaient à l’honneur ce mercredi 8 mars 2023 à l’occasion de la journée dédiée à la défense de leurs droits.

Comme chaque, le Directeur général de l’OSCS, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a tenu à leur rendre hommage en cette journée internationale des droits de la femme (JIF) pour leur abnégation au travail. « C’est un jour spécial pas parce qu’on ne s’arrête pas pour faire le bilan mais pour faire davantage d’effort pour améliorer les droits de la femme ; c’est tout le sens du 8 mars », a-t-il indiqué. Le patron de l’OSCS a invité les femmes à poursuivre le combat pour que tous leurs droits soient reconnus dans la société, au travail, dans les sphères de décision. « Les droits sont quérables ; ils doivent être arrachés et il faut se battre pour en jouir. Je félicite toutes les femmes de l’OSCS pour le combat que chacune mène à son niveau pour disposer de ses droits », a-t-il dit.

Selon lui, les femmes ne doivent pas se mettre dans une posture d’antagonisme avec les hommes mais adopter la position de la complémentarité qui doit exister entre les deux genres humains. « Nous sommes à vos côtés pour vous permettre de jouir de vos droits », a rassuré M.Coulibaly.

Mme Kossa Sati Léontine, a remercié le DG pour l’organisation au sein de l’OSCS de cette journée dédiée aux droits de la femme. Elle a salué la considération accordée aux femmes au sein de l’OSCS où quatre d’entre elles sont chefs de service sur les sept postes existants. Une femme figure parmi les trois meilleurs agents désignés en 2022, a rappelé la porte-parole des femmes. Puis de prendre l’engagement de s’appliquer davantage dans l’exécution des différentes tâches qui leur sont confiées. Elle a conclu ses propos en mettant en exergue l’inséparabilité des liens entre les deux genres humains. « C’est grâce à nous que vous existez et c’est grâce à vous que nous sommes », a conclu Mme Kossa.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Plan jeunesse 2023

LES MINISTRES MAMADOU TOURE ET BELMONDE DOGO S’ENGAGENT POUR UNE SYNERGIE D’ACTIONS

Créer une synergie d’actions entre le Ministère de la Promotion de la Jeunesse et celui de la Solidarité, de la Lutte contre la Pauvreté en vue d’impacter les jeunes à travers les différents programmes. Tel est l’objectif de la visite effectuée par le Ministre Mamadou Touré chez la Ministre Myss Belmonde Dogo ce 1er mars 2023.

« Nous sommes venus en ce jour pour cibler tous les domaines, les actions du ministère en relation avec les jeunes. La contribution du Ministère de la Solidarité à l’appui à la jeunesse car il y a des choses sur lesquelles les deux Ministères peuvent étroitement travailler et voir les points de convergence », a fait savoir Mamadou Touré.

Dans le cadre de « l’année de la jeunesse » décrétée par le chef de l’Etat , M. Mamadou Touré a travaillé avec une quinzaine de ministères sectoriels en vue de l’élaboration d’un document, un plan jeunesse 2023. Il a relevé que cette séance de travail rendra plus efficace la collaboration des deux ministères pour le plan jeunesse en cours d’élaboration sous l’autorité du Premier Ministre.
« Il est important que nous partagions nos données afin d’éviter des doublons dans le traitement des personnes sur l’ensemble du territoire national et permettre au maximum de jeunes de bénéficier de ces programmes. L'objectif est que nous soyons complémentaires », ajoute-t-il.

Mme Belmonde Dogo a fait savoir que les deux Ministères se trouvent dans une synergie d’actions en termse de vulnérabilité des jeunes, en terme de volontariat et de bénévolat, et sur le domaine des Associations de Valorisation d'Entraide Communautaire (AVEC) où le Ministère de la Jeunesse mène des actions dans la zone frontalière nord du pays.
« La décision a été prise pour que les deux Ministères se parlent en ayant des activités communes et que toutes les actions menées par les Ministères aient une synergie d'actions pour un impact réel sur les populations surtout au niveau de la jeunesse quand nous savons que nous avons un programme qui met en œuvre tout ce qui est vulnérabilité des jeunes et tout ce qui est santé sexuelle des jeunes, activité génératrice de revenus pour la jeune fille déscolarisée et non scolarisée et le maintien de la jeune fille dans le secondaire.»

La Ministre de la Solidarité a mentionné que les résultats seront reversés au Ministère de la Jeunesse qui a le lead sur tout ce qui se fait au niveau de la jeunesse pour ne pas aller individuellement sur ces thématiques car 2023 c’est l’année de la jeunesse et ces actions seront accompagnées par ce ministère.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Méthodologie de la recherche, collecte des données

LES AGENTS DE L’OSCS PASSENT A LA PRATIQUE

Former des agents capables de collecter des données, les traiter et fournir des résultats répondant aux normes scientifiques dans le cadre des études en lien avec la solidarité et la cohésion sociale. Tel est l’objectif de la séance de renforcement des capacités organisée ce jeudi 23 février 2023 au siège de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion (OSCS) à l’endroit des agents des Départements des études et de la prospective (DEP) et de la Communication des relations extérieures (DCRE).

Une formation sur la méthodologie de la recherche et de la collecte des données avait été organisée en 2022. C’est dans veine qu’est organisée cette séance qui vient allier à la théorie à la pratique.

Monsieur Eugène BILE, le chef du DCRE qui représentait le Directeur Général de l’OSCS, M.Tiohozon Ibrahima Coulibaly, a situé les enjeux de cette formation. « Cette formation tombe à pic car mener des études fait partie des missions de l’OSCS. Il faut que les agents s’approprient des techniques de collecte afin qu’ils soient capables de mener des études sans avoir recours aux compétences extérieures », a-t-il fait savoir.

De manière interactive, le formateur a mis l’accent sur la participation inclusive des participants à travers des exemples et des exercices d’application, alliant ainsi théorie et pratique. Il a mis l’accent sur deux outils importants que sont le focus group et le guide d’entretien. Ces exercices d’application ont permis aux participants de mieux comprendre ces outils et de savoir bien les utiliser.

Au total, les sous-directeurs, chefs de service et les agents ont pu mettre à jour leurs connaissances sur la méthodologie de la recherche et de la collecte des données.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

OSCS Prix d’excellence 2022

FOFANA MAMADOU DESIGNE MEILLEUR AGENT

Monsieur Fofana Mamadou, sous-directeur des Etudes techniques a été désigné meilleur agent de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) pour l’année 2022. C’était le 28 février 2023 dans les locaux de l’OSCS, à l’occasion de la célébration des 15 ans de création de la structure.
Par ailleurs, Monsieur Angaman Youssouf, sous-directeur de la Production a été désigné deuxième meilleur agent et Mademoiselle Sanogo Fanta Alice, agent au service Etudes et documentation, troisième. .

Le Directeur général de l’OSCS, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima les a félicités pour leur engagement dans la quête permanente du travail bien et a invité les autres agents à leur emboîter le pas.

Sanogo Fanta Alice a, au nom des lauréats, exprimé sa reconnaissance et a indiqué que le mérite revenait à tous. Car, c’est un travail collectif qui leur a permis d’être distingués parmi les meilleurs.
Une coupure du gâteau marquant les 15 années d’existence de l’OSCS a mis fin à la cérémonie.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

24ème édition de la Soirée des Ebony

BRIGITTE GUIRATHE DE FRATERNITE REMPORTE LE PRIX SPECIAL EBONY DE LA PROMOTION DE LA SOLIDARITE ET DE LA COHESION SOCIALE

La 24ème édition de la Soirée des Ebony s’est tenue le samedi 25 février 2023, à la Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Au cours de ce grand rendez-vous de célébration de l’excellence dans le secteur des médias, à laquelle le journaliste Raphaël Tanoh du site web www.nordsud.info, a été sacré meilleur journaliste de l’année (Super Ebony), le jury a décerné le Prix spécial Ebony de la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale à la journaliste Brigitte Guirathé du quotidien Fraternité Matin. Elle a reçu son prix des mains de M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS).

Selon le jury, son article a été choisi pour son originalité et l’importance du sujet traité : les alliances interethniques. Cet article publié le 14 septembre 2022 dans les colonnes du journal Fraternité Matin est intitulé ‘‘Alliances interethniques : un bel outil pour consolider la cohésion sociale’’

Le Prix spécial Ebony de la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale est parrainé par l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, en vue de mettre à contribution les médias dans la promotion de la solidarité, de la cohésion sociale et de la consolidation de la paix. Il a été institué par une convention signée le 9 septembre 2021 entre l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale et l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI). Le premier Prix spécial Ebony de la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale a été décerné en 2021 au journaliste Adama Bakayoko de Radio Côte d’Ivoire, à l’occasion de la 23ème édition de la Soirée des Ebony.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre la pauvreté

LA MINISTRE BELMONDE DOGO SOULAGE LES VICTIMES DES CRISES SOCIOPOLITIQUES

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO a procédé le 15 février 2023 à la remise de bons médicaux et de chèques aux victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire pour des activités génératrices de revenus (AGR).

C’est au total 92 kits prêts AGR, d’un montant de 34 500 000 FCFA et 35 bons médicaux qui ont été remis à ces populations vulnérables. Les bénéficiaires sont issues des régions des du Poro, du Gbeke, du Cavally, du Tonkpi, du Guemon, du Nawa, du Haut Sassandra, du Hambol et du Gôh.

La ministre de la solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO a indiqué que cette cérémonie vise la consolidation de la solidarité et de la cohésion sociale qui constitue une des priorités du Président de la république. Le Gouvernement, soucieux d’une Côte d’Ivoire unie, solidaire et prospère, veut créer les conditions de l’autonomisation des victimes des différentes crises. « Chers parents, vous devez désormais regarder de l’avant en vous tournant résolument vers les opportunités que vous offre le Gouvernement afin d’assurer votre autonomie. Il vous faut sortir du système des éternels assistés en prenant votre vie en main », a-t-elle fait savoir.

Aux bénéficiaires des bons médicaux, notamment les victimes de violences physiques, psychologiques ou de blessures, Myss Belmonde a rassuré sur la totale gratuité des frais. Les bons médicaux prennent en compte la consultation à l’hôpital et les médicaments à la pharmacie. « Vous ne payez rien ! Avec ces bons, vous êtes totalement pris en charge par le ministère de la Solidarité », a-t-elle insisté.

Pour rappel, mis en œuvre depuis 2O17, ce sont 110 personnes qui ont bénéficié du prêt AGR durant la période de 2017 à 2021. De 2021 à ce jour, ce sont 132 nouveaux bénéficiaires qui ont recouru à ce prêt. Le taux de remboursement est désormais à 0%.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Filets Sociaux productifs

100.000 NOUVEAUX MENAGES CIBLES DANS 14 REGIONS EN 2023

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO, veut étendre les filets sociaux productifs pour cette année.

Ce sont à terme 100.000 nouveaux ménages issus de 700 villages et villes de 14 régions du pays qui sont ciblés afin bénéficier du programme social. C’est ce qui ressort de l’atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités des acteurs locaux pour l’identification des nouveaux ménages bénéficiaires des filets sociaux productifs tenu ce jeudi 2 février à Yamoussoukro.

Ces 100.000 nouveaux ménages sont ciblés dans les régions que sont : le Cavally, le Guemon, la Nawa, le San-Pedro, le Haut-Sassandra, l’Agneby-tiassa, le Gôh, le Lôh-Djiboua, le Hambol, le N'zi, La Me, le Bafing, le Tchologo et le Tonkpi. Le choix de ces régions se justifie par le niveau élevé de la pauvreté des populations par rapport aux autres régions. « Le ciblage des ménages bénéficiaires des filets sociaux productifs est l’aboutissement d’un process tenant compte du taux de précarité dans les localités », a fait remarquer la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, à l’ouverture de l’atelier qui a réuni les autorités préfectorales et chefs coutumiers.

En plus du volet monétaire, le programme prend en compte des mesures d’accompagnement telles que la sensibilisation et la formation des bénéficiaires afin de renforcer leur capacité de résilience, a-t-elle souligné.

A ses yeux, la lutte contre la pauvreté, est un perpétuel combat qui engage les autorités administratives et coutumières, plus proches des populations vulnérables. Elle les exhorte à communiquer davantage sur les protocoles de ciblage auprès des communautés pour une meilleure appropriation des principes de sélection des bénéficiaires.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Indenié-Djuablin

LA DIRECTION REGIONALE DE LA SOLIDARITE S’INSTALLE

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a procédé jeudi 9 février 2023, à l’ouverture officielle de sa Direction Régionale (DR) à Abengourou pour mieux répondre aux défis humanitaires dans la région de l’Indénié-Djuablin.

« Nous sommes bel et bien présents au nom du Gouvernement pour répondre à toutes les préoccupations humanitaires d’actions sociales et de développement communautaire », a précisé devant la presse le directeur régional de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Monsieur Okeu Charlemagne.

M. Okeu a fait savoir que la direction régionale de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté est déterminée à exécuter ses missions, selon ses moyens et en fonction de la situation et du contexte.

La mission consiste à coordonner toutes les activités de solidarité, d’action humanitaire ; de lutte contre la pauvreté, la traite des personnes et toutes les activités en lien avec le développement communautaire dans l’Indénié-Djuablin.

« En ce qui concerne les actions de développement communautaire et lutte de traite de personnes, nous allons rencontrer toutes les couches sociales surtout les associations féminines, de jeunesse pour orienter leurs actions et répondre à leurs préoccupations », a-t-il promis.

Il a remercié ses collègues de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, et de l’Emploi et de la Protection sociale qui avaient mené avant son arrivée, des projets et des programmes d’aide aux populations.

Okeu Charlemagne avait accompagné le 29 octobre 2022, une délégation de la ministre Myss Belmonde Dogo pour présenter la compassion du Gouvernement à la famille Yoboua suite au décès de leur fillette de quatre ans, tuée par les eaux de ruissellement issues d’une averse tombée le 19 octobre.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Projet de Cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (COSO)

L’OSCS ET DEUX AUTRES STRUCTURES SIGNENT UNE CONVENTION

Le Conseil Coton-Anacarde, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), l’Université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo (UPGC) et la Commission Nationale des Frontières de Côte d’Ivoire (CNF-CI) ont signé le 10 février 2022 à Cocody une convention, dans le cadre du Projet de Cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (COSO).

Cette convention s’inscrit dans le cadre de l’exécution de la Composante 3 de ce projet. Intitulée ‘‘Plateforme de coordination régionale et dialogue’’, cette composante s’articule autour de la collecte de données, de la conduite de recherches et le dialogue en vue d’améliorer la production et la diffusion de connaissance en lien avec le projet. « La collaboration entre les structures partenaires va traduire la cohérence des actions dans le cadre de la politique gouvernemental en matière de cohésion sociale, la gouvernance locale et la résilience au dérèglement climatique », a expliqué le Directeur général du Conseil Coton-Anacarde, Coordonnateur du projet, M. Adama Coulibaly.

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) est chargé dans l’exécution de ce projet, de la formation des bénéficiaires, de la gestion des données et de la réalisation des études « Nous aurons cette année une grande étude sur l’Indice National de Solidarité et Cohésion Sociale (INSCS). Cette étude nous permettra d’avoir des données de référence qui permettront à la fin du projet de voir quels ont été les acquis réalisés dans le cadre de l’amélioration de la cohésion sociale dans les différentes zones ciblées. Nous nous engageons à jouer toute notre partition dans le cadre de la mise en œuvre du projet », a déclaré M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, Directeur Général de l’OSCS.

Initié par la Banque Mondiale, le Projet de Cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (COSO) a pour objectif d’améliorer la collaboration régionale et la résilience socio-économique des communautés frontières dans les régions cibles des pays du Golfe de Guinée exposées aux conflits et aux risques climatiques. Il est placé sous la tutelle du Cabinet du Premier Ministre et financé par la Banque Mondiale et l’État de Côte d’Ivoire à hauteur de 87 milliards de FCFA sur cinq ans. Ce projet concerne 4 pays de la sous-région qui sont : la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo et le Ghana.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Célébration des 25 ans de la Chaire Unesco

Le DG de l’OSCS distingué Ambassadeur de la paix

Le Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), M. Tiohozon Ibrahima Coulibaly, a été distingué le 3 février 2023 ‘‘Ambassadeur de la paix’’ pour son engagement dans la promotion de la cohésion nationale, la prévention des conflits et la consolidation de la paix. C’était à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, dans le cadre de la célébration des 25 ans de la Chaire Unesco pour la culture de la paix.

Aussi, cette distinction des Ambassadeurs de la paix initiée par la Chaire Unesco, est à sa 4ème édition. Le Directeur Général de l’OSCS a été distingué au même titre que 11 autres personnalités qui excellent dans leur domaine d’activités. Il s’agit du Président de l’Assemblée Nationale Adama Bictogo (lauréat du Prix spécial) ; du Cheick Aïma Diakité (Président du COSIM) ; de Mme Kouakou Kalidja (Préfet de Tabou) ; du Professeur Amoa Urbain ; des comédiennes Akissi Delta et Dan de Man ; du Professeur Guidi Wandja Josephine…

Pour lui, cette distinction est la récompense de la contribution de l’OSCS au renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale entre les composantes de la nation. « Nous associons à cette distinction toute l’équipe de l’Observatoire, des Chefs de département au agents en passant par les Sous-directeurs et les Chefs de service. Et cela nous engage à faire mieux car la paix est une construction perpétuelle, la paix n’est jamais définitivement acquise. Donc lorsque vous êtes distingués ‘‘Ambassadeur de la paix’’, cela veut dire que vous devez continuer de travailler davantage pour la paix pour que les Ivoiriens puissent vivre tranquillement et s’épanouir dans leur environnement respectif », a-t-il déclaré à la presse.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Solidarité, lutte contre la pauvreté

Belmonde DOGO veut plus de proximité avec les populations

« Nous devons être le Ministère le plus proche des populations », a exhorté le 29 janvier 2023 le Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Myss Belmonde DOGO ses collaborateurs au cours de la cérémonie de présentation de la feuille de route du Ministère au titre de l’année 2023. Le MSLP est considéré comme la main sociale du Gouvernement et toutes les actions menées doivent toucher le maximum de populations cibles, a-t-elle insisté.

Pour Belmonde DOGO, cette feuille de route devra permettre à son Ministère d’atteindre les objectifs et les résultats fixés cette année en matière de solidarité et de lutte contre la pauvreté. Elle demande plus d’engagement et de responsabilité dans la mise en œuvre de cette feuille de route de la part de tous les agents, quel que soit leur niveau de responsabilité. « Chacun doit jouer son rôle dans l’atteinte des objectifs assignés par le Ministère en 2023 vu que nos performances liées à nos actions envers les populations seront évaluées par le Gouvernement », rappelle-t-elle.

Selon la Ministre, la solidarité ne se limite pas qu’aux dons de vivres et non vivres aux personnes vulnérables, victimes de sinistres et / ou de catastrophes naturelles, mais elle doit être une valeur ancrée dans le quotidien des populations. « La solidarité doit garder cette valeur sacrée qui a permis à nos ancêtres de faire de la Côte d’Ivoire une terre d’hospitalité (…) Il faut que l’ivoirien soit à mesure de poser un acte de solidarité partout où il se trouve », souhaite-t-elle.

Selon la Ministre, la solidarité ne se limite pas qu’aux dons de vivres et non vivres aux personnes vulnérables, victimes de sinistres et / ou de catastrophes naturelles, mais elle doit être une valeur ancrée dans le quotidien des populations. « La solidarité doit garder cette valeur sacrée qui a permis à nos ancêtres de faire de la Côte d’Ivoire une terre d’hospitalité (…) Il faut que l’ivoirien soit à mesure de poser un acte de solidarité partout où il se trouve », souhaite-t-elle.

Quant au volet de la lutte contre la pauvreté, Myss Belmonde DOGO attend une large visibilité de toutes les actions qui vont être menées à l’endroit des personnes vulnérables. D’où la tenue dans les semaines à venir des assises des bénéficiaires des programmes de lutte contre la pauvreté, notamment les filets sociaux productifs. Ce sera l’occasion d’informer les populations sur les impacts des filets sociaux sur les populations cibles et aussi de toucher les potentiels bénéficiaires.

Tous les responsables du Ministère doivent être encore plus opérationnels afin de relever tous les défis dans leurs domaines respectifs, a-t-elle insisté.

Joignant l’utile à l’agréable, elle a convié tout ce beau monde à une sortie-détente sur l’île Boulay.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Vœux de nouvel an / Le DG Coulibaly Tiohozon Ibrahima à ses collaborateurs

« JE SUIS CONTENT ET FIER DE TRAVAILLER AVEC VOUS »

Les travailleurs de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) ont sacrifié ce lundi 16 janvier 2023 à la tradition des vœux de nouvel an des travailleurs aux patrons. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est tenue au siège de l’OSCS sis à Cocody-Angré 7ème Tranche.

Il s’agissait pour ces travailleurs de féliciter leur patron pour son acharnement au travail et prendre avec lui l’engagement d’aller plus loin dans cette dynamique. « Monsieur le Directeur Général, tout le personnel dont vous avez la lourde responsabilité de la gestion, me charge de vous dire merci pour toutes nos réalisations et pour votre sens paternel. Il me charge aussi de former pour vous et votre famille des vœux sincères de santé, de succès, de prospérité et de bonheur à tout égard. Puisse Dieu vous bénir abondamment et vous accorde la longévité afin que vous puissiez continuer votre dynamique management à la tête de l’OSCS », a déclaré Mme Rachel Yapo épouse Sombo, Chef du Service Politiques Sectorielles et Organes rattachés au nom du personnel.

Ces mots pleins de reconnaissance et d’engagement ont été reçus avec beaucoup d’émotion par M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima qui n’a pas manqué de féliciter tous ses collaborateurs et leur exprimer sa gratitude pour le bilan reluisant de l’année 2022 à l’OSCS. « Je vous souhaite une année de prospérité et de santé dans vos familles respectives. Une santé qui vous permet de vaquer quotidiennement à vos occupations utiles. C’est vrai qu’on pourrait avoir des incompréhensions au cours de l’année, mais ma prière c’est que ces incompréhensions puissent être surmontées et ne puissent pas vous empêcher de vaquer tranquillement à vos occupations », a-t-il dit. Et d’ajouter : «Je voudrais également former des vœux d’amour profond dans vos familles, dans votre environnement familial, mais aussi dans votre environnement professionnel et social de façon générale, pour que le cœur apaisé, la tête libre vous puissiez vaquer à vos occupations. Que le Seigneur vous accorde toute sa bénédiction à chaque jour de cette année 2023. Que vos maisons et vos familles soient des lieux de repos paisibles pour vous après les durs moments de labeurs à l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale », a déclaré Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima qui, à travers ses conseils avisés, engage pour l’année 2023, les agents au travail par objectif basé sur la responsabilité individuelle. Et de conclure : « Je suis content et fier de travailler avec vous. C’est vrai que souvent il y a des tensions et des pressions dans l’accomplissement de certaines tâches. C’est tout à fait normal. N’oublions pas que ce qui nous réunit ici c’est le travail. Et nous devons toujours nous mettre à la tâche pour bien faire ce travail pour lequel nous sommes là.»

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prise en charge des populations vulnérables

LA STRATEGIE NATIONALE D’ALERTE PRECOCE ADOPTEE AU 1er TRIMESTRE 2023

Le Plan de travail annuel du Gouvernement adopté lors d’un séminaire à Yamoussoukro, a adopté des reformes et des projets majeurs du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) pour 2023.

Ainsi au titre des reformes, MSLP envisage l’adoption de la Stratégie nationale d’alerte précoce et de réponse rapide (SNAPRR) pilotée par l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS). Elle sera transmise au Secrétariat Général du Gouvernement au premier trimestre 2023 pour adoption.

Le projet de la SNAPRR a été initié par l’OSCS qui a élaboré un draft ayant servi de boussole à tous les acteurs intervenant dans le domaine. Réunis du 16 au 18 novembre 2022 à Dabou, des experts en planification stratégique et des acteurs clés de l’alerte précoce et de réponse, ont consolidé le document de base de la SNAPRR. Il a été passé au crible du 5 au 6 décembre 2023 par un panel d’experts au cours de l’atelier organisé à l’hôtel Blue Bay de la Riviera-Palmeraie.

La SNAPRR revêt un enjeu capital pour la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde Dogo. « L’avènement de la SNAPRR devrait permettre d’améliorer ce qui existe déjà ; car nous apprécions le travail réalisé par l’OSCS et les différents mécanismes d’alerte précoce mais une meilleure coordination de tous les efforts permettra de renforcer l’efficacité de la réponse dont l’assistance du MSLP », a soutenu sa directrice de cabinet, Mme Marlène Dogbo à l’ouverture de l’atelier de validation.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Yamoussoukro/ Grave accident de la circulation

LE GOUVERNEMENT APPORTE SA COMPASSION AUX VICTIMES

Sur instruction du Président de la République, une délégation de six ministres s’est rendue ce vendredi 6 janvier 2023 à Yamoussoukro au chevet des victimes du grave accident de la route survenu la veille à l’entrée de la capitale administrative qui a fait 14 morts.

Cette délégation conduite par le Ministre des Transports, Amadou Koné qui avait à ses côtés Pierre Dimba (Santé), Myss Belmonde Dogo (Solidarité et Lutte contre la Pauvreté), Souleymane Diarrassouba (Commerce), Bouaké Fofana (Assainissement), Augustin Thiam ( Gouverneur du District autonome de Yamoussoukro), a traduit la compassion du Président de la République, Alassane Ouattara. Elle a exprimé ses vœux de prompt rétablissement aux blessés internés au CHR et à l’hôpital international catholique St Joseph Moscati et présenté les condoléances aux familles endeuillées.

Dans la foulée, le ministre des Transports a pris des sanctions contre la compagnie dont le chauffeur est à l’origine du drame. Il a décidé de la suspension de tous les titres de transport et l’immobilisation des véhicules de la compagnie de transport ; tous les chauffeurs de cette société retournent au centre de la Sotra pour une formation de trois mois. Tous les dommages liés à cet accident doivent être réparés par l’assureur du véhicule à l’origine du drame, notamment les décès, les blessés, les destructions de matériel etc.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Plafonnement des prix, revalorisation salariale…

LES MESURES FORTES POUR LUTTER CONTRE LA CHERTE DE LA VIE

Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a, dans son discours à la nation prononcé le 31 décembre 2022, rappelé les mesures prises pour lutter contre la cherté de la vie. « A cet égard, nous avons pris des mesures fortes, notamment le plafonnement temporaire du prix de plusieurs denrées de première nécessité telles que l’huile, le sucre, la viande de bœuf ainsi que les subventions de l’Etat pour contenir les prix du carburant et du pain », a expliqué le chef de l’Etat.

« Nous sommes allés plus loin, en augmentant le pouvoir d’achat de nos fonctionnaires, y compris les forces de défense et de sécurité, à travers une revalorisation salariale qui est effective depuis le mois d’août 2022. Comme promis, ces agents, recevront également, dès la première semaine de janvier 2023, une prime exceptionnelle de fin d’année. Les retraités des secteurs publics et privés ont bénéficié aussi de mesures d’augmentation de leurs pensions », a-t-il ajouté.

Pour les paysans, le Gouvernement a procédé à une hausse des prix du cacao et un maintien de celui de la noix de cajou « malgré le contexte difficile des marchés mondiaux ». Pour les travailleurs du privé, le SMIG est passé de 60 000 F CFA à 75 000 F CFA à compter de janvier 2023.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Monitoring, alerte précoce, observation électorale…

L’OSCS PRESENTE SES ACQUIS ET SES PERSPECTIVES

Présenter ses acquis et ses perspectives 2021-2025 à des structures susceptibles de contribuer à l’atteinte de ses objectifs. Tels sont les objectifs de la cérémonie organisée par l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) le jeudi 15 décembre 2022 à l’hôtel Tiama, au Plateau en présence de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde DOGO.

Pour son Directeur Général, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, l’OSCS a parcouru du chemin depuis sa création en 2012. Il dispose d’un Mécanisme d’alerte précoce (MAP) animé par plus de 9000 moniteurs bénévoles qui rapportent tous les faits en lien avec la solidarité et la cohésion sociale. Dans cette veine, l’OSCS a rendu possible le calcul de l’Indice national de solidarité et de cohésion sociale (INSCS) grâce à des indicateurs validés par le gouvernement. Une première en Afrique de l’Ouest. Il faut ajouter à cette liste une étude réalisée sur l’incivisme et l’élaboration de la Stratégie nationale d’alerte précoce et de réponse rapide (SNAPRR) en cours de validation, a fait savoir Monsieur Coulibaly.

Il a levé un coin du voile sur les perspectives envisagées qui sont contenues dans le plan stratégique 2021-2025. L’OSCS compte réaliser les études pour le calcul de la valeur de l’INSCS en 2023 et 2025, organiser l’observation proactive des élections locales de 2023 et la présidentielle d’octobre 2025 pour la prévention des conflits, doter toutes les régions de Commissions régionales fonctionnelles, couvrir tous les villages en moniteurs et monitrices, améliorer l’opérationnalisation du SIPGIS-SCS, renforcer les capacités techniques des acteurs pour une amélioration de l’efficacité du mécanisme national d’alerte précoce. Tous ces projets ne peuvent être réalisés qu’avec le soutien budgétaire de l’Etat et des partenaires techniques et financiers, a plaidé le patron de l’Observatoire.

Mme Myss Belmonde DOGO a salué le rôle joué par l’OSCS qui fait le monitoring des cas de sinistres pour une prise en charge des populations rendues vulnérables. « L’OSCS avec son mécanisme d’alerte, nous permet déjà d’être proactif, efficace et équitable dans l’expression de la solidarité de l’Etat lors de crises ou de sinistres, mais aussi d’évaluer nos actions de solidarité et de faire des planifications de l’assistance », a-t-elle savoir avec une pointe de satisfaction.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Suivi des faits, andragogie, rédaction administrative

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DU PERSONNEL

Le renforcement des capacités du personnel de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) se poursuit selon le programme établi. Trois séances ont eu lieu le 9 décembre 2022 dans la salle de réunion de l’OSCS et la dernière s’est déroulée le 14 décembre 2022, le tout sous le regard du Directeur Général de l’OSCS, Coulibaly Tiohozon Ibrahima.

Selon le DG, ces renforcements de capacités doivent permettre au personnel d’être efficace à 100% dans l’exécution des tâches quotidiennes. « La formation est toujours importante, quel que soit le niveau, car elle permet de faire la jonction entre la théorie et la pratique », a fait remarquer M.Coulibaly.

L’OSCS évolue dans un environnement qui exige un personnel efficace, capable de relever tous les défis dans son domaine de prédilection. L’Observatoire qui a réussi à s’imposer grâce à la qualité de son travail, ne doit pas s’arrêter en si bon chemin en dormant sur ses lauriers, a insisté M.Coulibaly.

Le DG est intervenu sur les mécanismes et techniques de suivi et d’évaluation de la solidarité et de la cohésion sociale. Grâce à une méthode dynamique, il a donné des astuces permettant d’améliorer le travail du personnel.

M. Emmanuel Kassi du département des études et de la prospective (DEP) est revenu sur les bonnes pratiques à observer dans l’élaboration des rapports hebdomadaires destinés à la hiérarchie.

M.Kouakou Kouamé du département de la communication et des relations extérieures (DCRE) a fait découvrir les techniques de formation des personnes adultes, c’est-à-dire l’andragogie. Cette méthodologie utilise des astuces que doit maitriser le formateur pour faire passer son message à des adultes qui ne peuvent pas suivre les cours comme les élèves.

M. Attamah Coffi Alain Michel, Administrateur en chef civil, est intervenu sur les techniques de rédaction administrative. Il a distingué neuf caractéristiques du style administratif qui sont : la dignité, le respect de la hiérarchie, le sens de la responsabilité, l’objectivité, la courtoisie, la prudence, la précision et l’exactitude ; la clarté, la concision, l’efficacité et enfin l’homogénéité. Il a poursuivi sur les formules consacrées du vocabulaire administratif en mettant en exergue les formules d’appel, de courtoisie, d’introduction et de conclusion.

Le dernier volet de cette séance a été consacré aux documents de correspondance que sont la lettre avec ses différentes mentions obligatoires et facultatives ; les documents de liaison (le bordereau et la note) ; les documents d’information interne (le compte-rendu, le rapport, le procès-verbal) et externe ( la convocation, l’avis, l’avis, le communiqué, l’attestation et le certificat) ; les documents d’injonction ou d’instruction ( la note de service, la circulaire, l’instruction, l’ordre).

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Préservation de la cohésion sociale

L’OSCS PRESENTE LES RESULTATS DE SON ENQUETE SUR L’INCIVISME

L’enquête sur l’incivisme réalisée par l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) a été rendue publique le jeudi 1er décembre 2022 au Palm club de Cocody devant plusieurs structures étatiques et non étatiques. Intitulée : « Contribution à la réduction des actes d'incivisme pour le renforcement de la Solidarité et de la cohésion sociale en côte d'Ivoire », cette étude a consisté à vérifier l’état d’application des recommandations faites par le Conseil national de sécurité (CNS) et l’Office national du service civique (ONSC) à plusieurs entités concernées par la lutte contre l’incivisme.

La directrice de Cabinet adjointe du ministère de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté, Madame Marie Koné Kouadio, a fait observer qu’une « petite violation » du Code de la route, une intolérance traduite par un refus de céder le passage sont des gestes courants qui peuvent à priori paraître anonymes, mais dont les effets à grande échelle pourront causer des embouteillages empêchant un médecin urgentiste d'arriver à l'heure pour sauver un malade dans le besoin de l'intervention du médecin.

« Il s'agit là de la réalité de l'impact de certains cas d'incivisme sur nos vies » et « plus généralement sur le bien-être de l'ensemble de la communauté», a souligné la représentante de la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté.

Ces travaux, selon le directeur général de l’OSCS, Ibrahima Coulibaly Tiohozon, cette étude a été réalisée après le constat de la recrudescence des actes d’incivisme. L'objectif principal de ces travaux de l'Observatoire est de contribuer à combattre l'incivisme en Côte d'Ivoire. « Notre monde, notre environnement immédiat enregistrent au quotidien des effets d'actes d'incivisme émanant soit des citoyens ordinaires, de nos proches, de nos voisins et parfois de nous-mêmes », a-t-il regretté.

L’étude présentée par le chef du Departement des études et de la prospective (DEP), Pr Kacou Fato, fait des recommandations susceptibles de changer les mauvais comportements des populations. La sensibilisation des chauffeurs des véhicules de transport par leurs syndicats au respect du code la route figure entre autres parmi ces recommandations.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Animation du mécanisme d’alerte précoce

L’OSCS REDYNAMISE SES COMMISSIONS REGIONALES

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) veut apporter du sang neuf au fonctionnement des commissions régionales qui sont ses démembrements sur l’ensemble du territoire. Pour relever ce défi, un atelier de renforcement des capacités se tient du 12 au 13 décembre 2022 à l’hôtel Blue Bay situé à la Riviera-Palmeraie à l’intention des secrétaires techniques qui sont les premiers animateurs de ces commissions régionales.

A l’ouverture des travaux, le chef de cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté ( MSLP), Monsieur Yves Joel Kouadio, a salué l’organisation de cet atelier qui vient combler un vide. « Cette session est d’autant plus importante que de nombreux directeurs régionaux ont été nommés récemment et occupent les fonctions de secrétaires techniques sans avoir bénéficié de renforcement de capacités en la matière », a-t-il fait remarquer.

Le chef de cabinet a exhorté les secrétaires techniques à l’efficacité sur le terrain afin de permettre à la solidarité gouvernementale de toucher le maximum des populations rendues vulnérables par les crises et les catastrophes. « L’OSCS et les commissions régionales doivent toujours rester très opérationnels et alertes afin de communiquer au MSLP, en temps opportun toutes les situations, touchant à la solidarité et à la cohésion sociale et mettre à disposition les informations utiles pour une assistance appropriée ou des actions préventives », a souligné le chef de cabinet.

Le DG de l’OSCS, Coulibaly Tihozon Ibrahima, a situé les enjeux de cet atelier de renforcement des capacités rendu nécessaire au regard des nombreux défis à relever sur le terrain. Comment animer efficacement les commissions régionales, expliquer aux nouveaux directeurs régionaux le fonctionnement du MAP, faire des propositions pour redynamiser certaines commissions régionales confrontées à des difficultés sont entre autres les objectifs de cette rencontre, a-t-il indiqué.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prévention des conflits, gestion des catastrophes…

LA STRATEGIE NATIONALE D’ALERTE PRECOCE ENTRE DANS LA PHASE DE VALIDATION

La Stratégie nationale d’alerte précoce et de réponse rapide (SNAPRR) est entrée dans sa phase de validation avec l’atelier organisé les 5 et 6 décembre 2022 par l’Observation de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) à l’hôtel Blue Bay situé à la Riviera-Palmeraie.

A l’ouverture des travaux, la directrice de cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Paule Marlène Dogbo, parlant au nom de Madame Myss Belmonde Dogo, a situé les enjeux de la SNAPRR. « Une stratégie bien élaborée permettra, à terme, à la Côte d’Ivoire non seulement de mieux anticiper les conflits et les crises, mais aussi et surtout de déclencher en temps opportun les réponses nécessaires », a-t-elle affirmé. Puis d’ajouter : « L’avènement de la SNAPRR devrait permettre d’améliorer ce qui existe déjà ; car nous apprécions le travail réalisé par l’OSCS et les différents mécanismes d’alerte précoce mais une meilleure coordination de tous les efforts permettra de renforcer l’efficacité de la réponse dont l’assistance du MSLP ».

Le DG de l’OSCS, Coulibaly Tiohozon Ibrahima, dit attendre des 52 participants issus des structures étatiques, des Organisations internationales et des Ong nationales des propositions concrètes, pertinentes afin que le document final soit consensuel et surtout de qualité irréprochable.

Cet atelier intervient après celui qui a réuni du 16 au 18 novembre 2022 à Dabou, des experts en planification stratégique et des acteurs clés de l’alerte précoce et de réponse qui ont produit un document consolidé de la SNAPRR.

Les efforts conjugués de l’Etat de Côte d’Ivoire et de ses partenaires ont permis de mettre en place différentes structures de gestion et/ou de prévention des conflits, des violences et des sinistres. Ces structures ont développé des mécanismes d’alerte et de réponse. Toutefois, les résultats de ces mécanismes sont restés mitigés. Afin de les rendre plus efficaces, il est apparu nécessaire de mieux structurer le fonctionnement de ces mécanismes d’alerte précoce et de réponse rapide à travers une stratégie nationale d’alerte précoce et de réponse rapide. D’où l’organisation de cet atelier qui vise à valider le document de la SNAPRR 2022-2026 en matière de solidarité et de cohésion sociale.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Abobo

MYSS BELMONDE VEUT ACCROITRE LES SOURCES DE FINANCEMENT DES « AVEC »

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, veut accélérer la mise à échelle nationale des Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC). Cette volonté a été affichée au cours de la rencontre organisée ce mercredi 23 novembre 2022 à son cabinet en présence des différents acteurs de la mise en œuvre des AVEC.

Myss Belmonde Dogo a demandé à ses hôtes de se mettre ensemble afin de capitaliser les efforts et de permettre aux AVEC d’avoir une valeur légale afin de bénéficier d’accompagnements par les institutions financières. « Aujourd’hui nous sommes à près de 1600 AVEC… Il est donc temps de marquer un arrêt pour réfléchir ensemble et arriver à une synergie d’actions afin de porter les AVEC à échelle nationale», a-t-elle indiqué. L’impact positive des AVEC sur les populations peut stopper les phénomènes des tontines qui font actuellement de nombreuses victimes. Ainsi pour la ministre, c’est le moment de former un comité scientifique qui élaborera des textes afin de structurer ces associations. « Pour faire en sorte que les AVEC ne soient pas que de volet monétaire, mais qu’elles soient accompagnées de formations et de sensibilisation », a ajouté Myss Belmonde Dogo. A ses yeux, ces Associations sont en « même temps un outil de solidarité, de cohésion mais surtout de lutte contre la pauvreté».

Koffi Kevine représentante de l’Ong Internatinal Rescue Committee (IRC) a signifié que les AVEC, sont devenues une pratique transversale, que ce soit les projets de santé, de relance économique, ou de cohésion sociale. « On travaille également à la pérennisation des AVEC quand nous nous retirons de la zone, en mettant en place le réseau des facilitateurs. Ce sont des membres instruits de la communauté qui accompagnent les bénéficiaires lorsque le projet est terminé. Nous serons donc ravis d’apporter notre expérience à ce comité », a-t-elle précisé.

Mamadou Traoré représentant de CARE international, a indiqué que les AVEC ne sont pas que pour les personnes vulnérables, « tout le monde peut y adhérer car au travers de ces associations, on cultive de nombreuses valeurs humaines…».

Le ministère de la Solidarité et de Lutte contre la Pauvreté vise la création de 25.000 d’ici 2025.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Abobo

UNE ONG OFFRE DES KITS ALIMENTAIARES AUX VICTIMES DES INONDATIONS

L’ONG ivoiro-turque AIDE (Association Ihsan pour le développement et l’éducation) a remis ce lundi 21 novembre 2022 des kits alimentaires et du savon aux populations victimes des inondations des mois de juin, juillet et août de la commune d’Abobo.

Pour le secrétaire général de l’Ong AIDE, M. Keita Makama Ibrahime, ces dons constituent une réponse à l’appel à la solidarité lancé par Mme la Ministre MYSS Belmonde DOGO en faveur des personnes rendues vulnérables par les grandes pluies qui se sont abattues sur Abidjan. Sollicitées, des institutions de bienfaisance turques ont débloqué les moyens qui ont permis à l’Ong AIDE de réaliser cette opération destinée à soulager les populations d’Abobo qui ont subi des dégâts matériels provoqués par les pluies diluviennes, a expliqué M. Keita. Son organisation, a-t-il dit, ne cherche que l’agrément d’Allah à travers ces dons.

Le Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima représentant Mme la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, a remercié l’Ong AIDE qui traduit dans les faits l’appel à la solidarité communautaire lancé par le Gouvernement. « En plus du soutien du Gouvernement qui apporte de l’aide et de l’assistance aux populations sinistrées, il est souhaitable que plusieurs Ong vous emboitent le pas. Cela ne fait que renforcer la résilience des populations. La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté fait la promotion de la solidarité horizontale qui nous réunit aujourd’hui », a fait savoir le DG de l’OSCS. Cette année, a-t-il rappelé, la Côte d’Ivoire a été éprouvée par les pluies diluviennes provoquées par les changements climatiques qui ont rendu des populations vulnérables.

Pour rappel, le 6 octobre 2022, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a offert des vivres d’une valeur de 17.500.000 FCFA (300 sacs de riz, 200 cartons de pate alimentaire, 200 sachets de tomate en pâte et 100 cartons d’huile) et 1.500.000 FCFA aux 552 ménages victimes des inondations suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur Abidjan dans la période du 24 mai au 18 juillet 2022.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Solidarité et cohésion sociale

DES EXPERTS ELABORENT LA STRATEGIE NATIONALE D’ALERTE PRECOCE

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), a entamé ce mercredi 16 novembre 2022 à Dabou un atelier sur l’élaboration de la Stratégie nationale d'alerte précoce et de réponse rapide (SNAPRR) 2022-2026 en matière de solidarité et de cohésion sociale. Cet atelier qui vise à consolider le document projet de ladite Stratégie, s’inscrit dans le cadre du renforcement du suivi régulier de l’état de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire comme stipulé par le Programme National de Développement 2021-2025.

Les participants issus de différents ministères et structures, des organisations de la Société Civile et du MSLP, sont expérimentés dans l’élaboration de stratégie nationale et des animateurs des principaux mécanismes d’alerte d’envergure nationale. Il s’agit pour les 21 experts, pendant trois jours, d’analyser la structuration du projet de la SNAPRR, définir sa vision de manière consensuelle, renforcer les axes stratégiques et la matrice d’actions puis valider le document final. En prélude à cet atelier, des séances de révision interne portant sur la forme et le fond du projet de SNAPRR ont eu lieu à l’OSCS. Le projet de document SNAPRR consolidé en interne ou document de base a été mis à disposition des participants afin qu’ils s’en imprègnent avant l’atelier.

Répondant à la doléance quant à la prise en charge scolaire du 1er fils du couple Adiadi, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a demandé à la famille de se diriger vers la direction de la solidarité afin de donner toutes les informations relatives à ce sujet. En plus le gouvernement prendra en charge les frais des autopsies sur les corps qui s’élèvent à 1million 400 mille francs CFA, s’est engagée la Ministre de la Solidarité.

Le Directeur général de l’OSCS, Coulibaly Tiohozon Ibrahima, par ailleurs président de séance a, à l’ouverture de l’atelier salué l’expertise des participants. Puis, il les a remerciés pour leur engagement et leur disponibilité dans l’élaboration de la présente stratégie.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Région du Folon et de la Bagoué / Animation du mécanisme d’alerte précoce

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DES JEUNES DU CNJCI AU MONITORING DE LA COHESION SOCIALE

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a entamé le 7 novembre 2022, une session de formations à l’endroit des membres du Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI) des régions du Folon et de la Bagoué sur le monitoring de la cohésion sociale, la prévention des conflits, la citoyenneté et le civisme. La première étape de cette série de formations s’est tenue les 7 et 8 novembre, dans la commune de Boundiali.

En effet, dans sa volonté d’étendre la zone de couverture de son Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) dans les villages et hameaux et impliquer la jeunesse dans la prévention des crises et autres conflits, l’OSCS a signé en juin 2022, un partenariat avec le CNJCI. Et pour permettre une implication plus importante de ces jeunes dans l’animation du MAP en tant que moniteurs et acteurs de réponses, l’Observatoire avec l’appui financier du PNUD a initié ce cadre de renforcement de capacité. Et ce, afin de permettre à ces jeunes de collecter et de rapporter de manière efficace des données en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale mais aussi d’apporter efficacement la réponse.

Pendant deux jours de travaux, les participants, au nombre de 32, ont été outillés entre autres sur l’éducation à la citoyenneté et au civisme ; l’animation du Mécanisme d’Alerte Précoce de l’OSCS ; et les techniques de collecte et de rapportage des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale. A terme, ces enseignements permettront à ces jeunes de collecter et rapporter de manière efficace les données en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale mais aussi d’apporter efficacement la réponse.

A l’ouverture des travaux, le Directeur général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, a présenté les objectifs de l’atelier et exprimé sa gratitude au partenaire financier PNUD, pour son appui au renforcement de la Paix en Côte d’Ivoire. Il a aussi remercié les participants pour leur engagement. « Nous sommes conscients de la menace qui est à la frontière nord de notre pays. Et c’est l’objet de ce projet et plusieurs autres qui visent à endiguer son évolution. Merci donc à tous les délégués d’avoir compris l’essence de la collaboration entre l’OSCS et le CNJCI qui est de vous engager dans l’animation du Mécanisme d’alerte précoce », a-t-il déclaré. Le représentant du PNUD, Aimé Robeya Minangbé a, quant à lui, salué le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, et particulièrement, l’OSCS pour la tenue de cet atelier. Il a aussi présenté le contexte du projet et ses attentes aux participants. « De telles sessions ont pour objectif de nous rappeler en tant que jeunes citoyens et leaders ou futurs leaders de ce pays, notre rôle à la protection de notre communauté et de notre pays, en vue de barrer la route à toutes formes d’extrémismes mais surtout de prévenir tous les actes pouvant mettre à mal notre vivre ensemble dans le respect de nos différences », a-t-il souhaité. Lui emboitant le pas, le vice-président national du CNJCI a indiqué que cet atelier est la concrétisation de toutes les actions suscitées par le partenariat OSCS-UNJCI. « Je voudrais encourager les participants à cette formation à être assidu et attentif afin de pouvoir capter le maximum d’informations en vue d’une restitution parfaite dans leurs localités », a-t-il exhorté. Les prochaines étapes de cette série de formations vont se tenir à Korhogo et à Bouna.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Décès d’une famille à Koumassi

BELMONDE DOGO EXPRIME LE « YAKO » DU GOUVERNEMENT

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, MYSS Belmonde Dogo, s’est rendue ce lundi 31 octobre 202 au quartier Divo à Koumassi, pour exprimer la compassion du gouvernement aux membres de la famille de Diamal Adiadi, mort avec son épouse et deux de leurs enfants le vendredi 28 octobre 2022.

Belmonde Dogo a exprimé le « Yako » du gouvernement pour ce drame qui a presque décimé toute une famille. L’Etat de Côte d’Ivoire se tient à leurs côtés dans ces moments très difficiles et douloureux. « Le gouvernement tient à exprimer toute sa compassion et son soutien. Mais sachez que le Ministère sera là et reviendra quand les dates des obsèques seront communiquées », a-t-elle promis. 1million 300mille FCFA a été remis à la famille pour les préparatifs des obsèques.

Répondant à la doléance quant à la prise en charge scolaire du 1er fils du couple Adiadi, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a demandé à la famille de se diriger vers la direction de la solidarité afin de donner toutes les informations relatives à ce sujet. En plus le gouvernement prendra en charge les frais des autopsies sur les corps qui s’élèvent à 1million 400 mille francs CFA, s’est engagée la Ministre de la Solidarité.

Pour rappel, Adiadi Diamal 39 ans, son épouse Ogunmola Islamiya Aduke 28 ans et les deux garçons Adiadi Rayan, Adiadi Ishaam âgés respectivement de 2ans et 08 mois, ont tous été retrouvés morts, le vendredi 28 octobre 2022 à leur domicile au quartier Campement, dans la commune de Koumassi. Des enquêtes sont en cours pour élucider les circonstances de ce drame.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Port-Bouët

LE GOUVERNEMENT APPORTE DE L’AIDE AUX SINISTRES DES INONDATIONS

Le ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) à travers la Directrice de cabinet Madame DOGBO Marlène, était le 25 octobre 2022, au terrain du centre pilote des jeunes de Port-bouet, où elle a apporté la solidarité du Gouvernement aux familles sinistrées de cette commune.

Au nom du Gouvernement, la Directrice de cabinet, représentant la ministre Belmonde DOGO a fait des dons en vivres, non vivres et numéraires d’une valeur de 22,5 millions FCFA aux victimes des inondations provoquées par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la commune il y a quelques semaines.

Le 3e adjoint au Maire de Port-Bouët, Madame Baley Elisabeth a exprimé sa reconnaissance à la délégation pour le don et le soutien apportés aux populations de la cité balnéaire. La Directrice de cabinet du MSLP, s’est réjouie de cette remise de dons aux ménages sinistrés, qui « je l’espère, les soulagera en cette période de rentrée scolaire (…) je me félicite de la cohésion sociale qui règne entre les fils et les filles de la commune tout en vous encourageant de prôner les valeurs du vivre ensemble, de la fraternité et de la solidarité ». Port-Bouët a été résilient parce que la solidarité a été exprimée entre voisins, familles et quartiers. Merci à port-bouet pour votre fraternité », a salué Mme DOGBO Marlène.

Pour rappel, ce sont 1252 familles sinistrées qui ont bénéficié de la compassion et du soutien de l’Etat.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre la pauvreté, prise en charge des victimes…

MME BELMONDE DOGO RASSURE

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Mme LOGBOH MYSS BELMONDE DOGO, était ce jeudi 20 octobre 2022 l’invitée de "Gouv’Talk", une tribune d’échanges du Centre d’Information et de Communication gouvernementale (CICG) retransmise en direct sur la page Facebook officielle du gouvernement. Très à l’aise face aux questions des internautes, elle a rassuré les Ivoiriens qui l’attendaient sur plusieurs sujets touchant à leur vie quotidienne.

Baisse du taux de pauvreté

« Le taux de pauvreté en Côte d’Ivoire est passé de 39,4% en 2018 à 35% en 2020 », a soutenu la ministre MYSS BELMONDE DOGO. Selon elle, les critères de la pauvreté qui ne sont pas que monétaires, tiennent compte de plusieurs mécanismes, tels que les infrastructures. « En zone rurale, une population peut arriver à se nourrir, mais si les infrastructures ne sont pas présentes dans cette localité, elle rentre dans nos critères de pauvreté. Si dans une zone bien définie, vous n’avez pas l’eau courante, l’électricité, des pistes reprofilées, etc… vous rentrez dans le critère de pauvreté », a-t-elle expliqué. En Côte d’Ivoire, le seuil de pauvreté est situé à 750 FCFA et celui de l’extrême pauvreté à 350 FCFA par jour, a fait savoir la Ministre de la Lutte contre la pauvreté. Le rôle de son ministère, a-t-elle dit, est de « permettre à celui qui est dans l’extrême pauvreté ou dans la pauvreté de pouvoir mener à bien une activité ».

Couverture maladie universelle

L’État prend en charge les 1000 FCFA de cotisation mensuelle de la Couverture maladie universelle (CMU) pour les populations pauvres bénéficiaires des programmes de son département ministériel, a-t-elle révélé. « Les populations pauvres qui bénéficient des programmes du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté ne paient pas les 1000 FCFA de cotisation mensuelle de la Couverture maladie universelle (CMU). Le gouvernement aide les plus vulnérables à faire face à cette exigence financière », a déclaré MYSS BELMONDE DOGO. Son ministère travaille à ce que tous les bénéficiaires de ses programmes aient leurs cartes CMU pour profiter des efforts du gouvernement permettant aux populations d’avoir accès aux soins de santé à des coûts réduits.

Filets sociaux

Les Filets Sociaux Productifs, a expliqué la ministre, concernent les ménages qui sont dans l’extrême pauvreté. « Les populations qui y sont admises sont désignées par la communauté et non par le ministère. Le ministère ne retient que les plus pauvres », a-t-elle précisé. Dans le cadre du programme des Filets Sociaux Productifs (FSP), ce sont plus de 227 000 bénéficiaires à qui il est transféré chaque trimestre la somme de 36 000 FCFA. En outre, il y a le Projet SWEDD pour l’autonomisation de la jeune fille et le dividende démographique dans le Sahel, dont les actions menées étaient planifiées pour toucher, cette année, 800 000 adolescentes et jeunes filles dans le pays,

Le rôle de l’OSCS

Elle a expliqué comment entrer en contact avec le Ministère de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté et ses démembrements pour une personne vivant à l'intérieur du pays. « Nous avons en notre sein l'Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) qui est notre organe d'alerte et de veille qui nous permet d'être informé de tout ce qui se passe sur l'étendue du territoire national. Les agents de l'OSCS remontent les informations collectées sur tout le territoire national », a-t-elle dit. Puis d’ajouter : « Toute personne peut saisir le MSLP à travers les directions régionales qui sont présentes dans les capitales des régions à l'intérieur du pays, l'OSCS, l’adresse mail du MSLP ».

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Inondations dans la région du N’Zi

LE GOUVERNEMENT APPORTE UNE AIDE DE PLUS DE 20 MILLIONS FCFA AUX SINISTRES

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, s’est rendue ce lundi 24 octobre 2022 à Dimbokro et dans le village de Assika N’Ziblekro (Département de Bocanda) pour apporter une assistance aux familles victimes des inondations.

Ce sont 592 familles sinistrées qui ont reçu des vivres composés de sacs de riz, de cartons d’huile, de tomate, de produits de premières nécessités et, du numéraire pour un montant de plus de 20 millions de FCFA comme soutien d’urgence, en attendant le retrait de l’eau des habitations.

« Face aux difficultés que vous vivez, nous ne pouvons pas rester insensibles à cette situation. Le Premier Ministre nous a dépêché à vos côtés pour vous apporter cette assistance d’urgence afin de vous permettre de pouvoir gérer le quotidien », a déclaré Myss Belmonde Dogo. Puis d’ajouter : « Le gouvernement se tenait d’être à vos côtés et venir vous dire Yako. Nous voulons dire Yako au nom du Chef de l’Etat qui a bien voulu prêter une oreille attentive aux cris et aux pleures des fils et filles de Dimbokro».

Elle a exhorté les familles à quitter les zones ciblées à risque, afin d’éviter des drames en cette saison de pluie. « Je demande aux ménages de quitter ces zones à risques pour votre propre sécurité en évitant des drames. Si ces zones ont été déclaré à risque il faudrait que vous quittiez de peur que nous ayons à compter des morts », a insisté la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

Les bénéficiaires ont remercié la Ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté, pour sa promptitude. « Je prends la parole pour traduire la reconnaissance de la population de Dimbokro, particulièrement les récipiendaires pour cet acte combien de fois salutaire. Nous voulons vous demander de bien vouloir transmettre au Président de la République nos sincèrement remerciement. Nous sommes heureux d’être assistés », a souligné Nanan Kouassi Koffi Kotio.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Centre Est de la Côte d’Ivoire ont été désastreuses pour des localités situées dans la région du N’Zi. Le 8 août dernier, plusieurs habitations dans six quartiers de Dimbokro et le village Assika N’Ziblekro (Département de Bocanda) ont été inondées, mettant ainsi des centaines de familles dans une situation de vulnérabilité.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Oumé/Victime d’un incendie

LE MINISTERE DE LA SOLIDAROTE SOULAGE LA FAMILLE DOUKOURE

Le ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) a soulagé ce mercredi 19 octobre 2022 à Oumé, une famille victime d’un incendie survenu le 12 août 2022. Le don a été remis au domicile de Harouna Doukouré et de sa femme Gramoté Masseta vivant au quartier Dallas à Oumé par le Préfet d’Oumé, KOUACOU Yao, en présence de la directrice régionale du MSLP, Tio Alice.

« Dieu nous éprouve souvent pour parvenir à une meilleure situation », a déclaré le Préfet KOUACOU, lors de la remise de l’enveloppe de 500 000 FCFA, au chef de la famille Doukouré. Il a exhorté la famille à surmonter cette épreuve, avant de les assurer de la consolation du président de la République et de l’ensemble du Gouvernement. Au nom de toute la famille, M. Doukouré Cheick Oumar, a exprimé toute sa gratitude au Président de la République et à Madame la ministre MYSS Belmonde DOGO ainsi qu’à toutes les autorités présentes.

M. Doukouré Oumarou un handicapé, marié et père de sept enfants sans activité, a tout perdu dans cet incendie. Au regard de sa situation déplorable, madame la ministre de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté a voulu apporter une contribution financière et morale pour permettre à cette famille de survivre après ce sinistre.

Ce geste vient en appui aux dons en numéraire et matériels reçus de la Vice-présidente du Conseil économique, social, culturel et environnemental (CESEC), Touré Aya Virginie, cadre d’Oumé, qui avait assuré la famille, dès les premières heures ayant suivi l’incendie, que le gouvernement apporterait un soutien.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Abobo/Solidarité

552 MENAGES VICTIMES DES INONDATIONS RECOIVENT DES VIVRES

Lors de la grande saison des pluies, des inondations d’habitations ont été enregistrées à Abobo dans la période du 24 mai au 18 juillet 2022. Au total, 552 ménages sinistrés, deux hangars d’Attiéké et deux mosquées ont été enregistrés par l’équipe de l’Observatoire de la Solidarité et de la cohésion sociale (OSCS).

Fidèle à sa mission d’aider les personnes en détresse, le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), a apporté la compassion du Gouvernement aux sinistrés de sept quartiers d’Abobo touchés par les inondations. Au nom de Mme la Ministre MYSS Belmonde Dogo, sa directrice de cabinet, Mme Dogbo Marlène a remis ce jeudi 6 octobre 2022 des vivres d’une valeur de 17.500.000 (300 sacs de riz, 200 cartons de pate alimentaire, 200 sachets de tomate en pate et 100 cartons d’huile) et 1.500.000 Fcfa aux sinistrés réunis au sein de la mairie d’Abobo.

Selon la directrice de cabinet, le Gouvernement apporte sa compassion aux populations rendues vulnérables par les catastrophes naturelles. « Devant cet acharnement de la nature, le Gouvernement intervient toujours pour essuyer les larmes des familles impactées par ces catastrophes. Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté vous dit « Yako » parce que vous avez vécu des moment difficiles », a souligné Mme Dogo. Elle a exhorté les personnes installées dans les zones à risque à les libérer afin d’éviter les situations tragiques qui pourraient mettre en péril leur vie. « Nous invitons toutes les familles à quitter les zones dangereuses pour préserver leur vie. Parce qu’une vie n’a pas de prix, il faut donc la préserver », a insisté Mme Dogo Marlène.

Le 6è adjoint au Maire, Dr Kpan Georges a salué ce geste du Gouvernement qui vient soulager des ménages en détresse. Il a salué l’engagement de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté qui parcourt le pays pour venir en aide aux victimes des accidents et des catastrophes naturelles. Gnagbo Elodie qui parlait au nom des victimes, n’a eu que des mots de remerciement à l’endroit de Mme MYSS Belmonde Dogo appelée affectueusement « la vagabonde de la solidarité ».

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Démarrage de l’Etude de l’OSCS sur l’incivisme

Des agents enquêteurs formés aux techniques de collectes des données

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a initié un atelier de formation des agents enquêteurs relative à la contribution au renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale par la réduction des actes d’incivisme en Côte d’Ivoire. Les travaux de cet atelier qui ont démarré ce mardi 4 octobre 2022, à l’Hôtel Manhattan sis à la Riviera Attoban dans la commune de Cocody, prennent fin le mercredi 5 octobre. La formation porte sur quatre modules : ‘‘Techniques de collectes des données’’, ‘‘Présentation du questionnaire’’, ‘‘Méthodologie de la collecte des données’’ et ‘‘L’utilisation de la tablette avec l’outil Kobocollect dans la collecte des données collectées’’. Selon l’un des formateurs, le Professeur Fatoh Kakou, Chef du Département des Etudes et de la perspective, cette étude sur l’incivisme a été suscitée par les données collectées ces dernières années par les moniteurs de l’OSCS. « Il ressort des données de nos moniteurs que toute la Côte d’Ivoire, à Abidjan comme à l’intérieur, est gagnée par l’incivisme. Et cela est perceptible par plusieurs actes auxquels s’adonnent les populations», a-t-il expliqué.

Pour le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, les attentes de cet atelier sont grandes au regard des enjeux de cette étude. « Nous allons essayer d’appréhender à travers cette étude le phénomène de l’incivisme. C’est une tâche lourde que nous avons à travers cette étude. Des études ont été déjà réalisées sur cette problématique. Il faut que les résultats de notre enquête apportent quelque chose de nouveau à ce qui existe déjà. Notre travail doit être utile à la Côte d’Ivoire. Pour cela, il nous faut des enquêteurs bien formés, bien outillés et bien aguerris, en vue d’une réussite de l’opération de collecte des données sur le terrain», a-t-il déclaré M, non sans remercier les participants pour leur engagement au côté de l’Observatoire pour leurs communautés.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Minfla (Zuenoula)

PLUS DE de 27 MILLIONS DE FCFA DE VIVRES AUX VICTIMES DE LA TORNADE

Les familles sinistrées de la tornade du 19 août 2022 qui a causé la destruction de plus 200 habitations à Minfla, une localité située à 15 km de Zuénoula dans la région de la Marahoué, ont reçu la compassion et le réconfort du Gouvernement. Le 19 septembre 2022, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, accompagnée de son collègue de la Promotion de la Bonne Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption, a, au nom de l’Etat ivoirien, remis aux familles, des vivres et non vivres de plus de 27 millions de FCFA.

« En venant ici, je pensais trouver des parents tristes, mais votre accueil chaleureux, m’a démontré que vous avez su développer une grande capacité de résilience face aux caractères imprévisibles de la nature », a fait remarquetr Belmonde Dogo. Puis d’ajouter : « vous avez démontré que les valeurs ancestrales d’entraide, partagées par nos aïeux, n’ont pas disparu en ces temps modernes. Des valeurs de solidarité chers au Président de la République, Alassane OUATTARA, sont une réalité à Minfla ».

L’attente d’un mois ne devrait pas être perçue comme une négligence de l’Etat. "Soyez-en rassurés que l’Etat ne vous a pas oubliés. Malgré les contraintes qui ont été les nôtres ces derniers temps, je tenais moi-même à être présente à vos côtés pour vous présenter la compassion du Gouvernement », a-t-elle insisté.

Les familles sinistrées ont reçu des dons composés de sacs de riz, de ciments, de feuilles de toile, de cartons de pâte alimentaire, tomate et de savons, d’une valeur de plus de 27 millions FCFA.

Les bénéficiaires n’ont pas caché leur joie devant ce geste du Gouvernement. « Pour nous, c’est une immense joie de vous recevoir dans notre village Madame la Ministre. Quand vous vivez une situation difficile comme la nôtre, le soutien de l’autorité apporte plus de réconfort. Et Madame, vous êtes venue les bras chargés, cela ne peut que nous soulager davantage », a salué le porte-parole des familles sinistrées.

Épiphane Zoro Bi Ballo, a salué l’engagement et les actions de proximité auprès des couches vulnérables de la Ministre Belmonde Dogo qui, à ses yeux, représente, « le visage de Solidarité du gouvernement », car, précise-t-il, « nous apprécions sa réactivité et son efficacité face à chaque situation nécessitant le soutien du Gouvernement, population de Minfla, je vous demande de la saluer ».

La délégation ministérielle est allée toucher du doigt en se rendant aux domiciles de deux familles durement touchées par la tornade. Ces visites de réconfort qui ont fait apparaitre des sourires sur les visages des familles visitées, signe d’un espoir retrouvé.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Célébration de la Journée Nationale de la Solidarité à Aboisso

L’OSCS EXPLIQUE LE MECANISME D’ASSISTANCE DU MINISTERE DE LA SOLIDARITE ET DE LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AUX POPULATIONS SINISTREES

Les festivités de la célébration de l’édition 2022 de la Journée Nationale de la Solidarité se sont déroulées à Aboisso, dans la région du Sud Comoé, du 15 au 17 septembre 2022. La première journée a été marquée par une conférence sur le thème ‘‘La solidarité pour une inclusion sociale’’, une table ronde sur l’expérience des Associations Villageoises d'Epargne et de Crédit (AVEC) et une communication de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) sur le mécanisme d’assistance du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté aux victimes des sinistres. Et ce, en présence du Préfet et de bien d’autres autorités de la ville.

La communication de l’OSCS a été animée par le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures, M. Eugène Bilé. Il a expliqué le processus d’assistance du Gouvernement aux populations sinistrées. Pour ce faire, il a d’abord insisté sur l’importance de la solidarité communautaire et son rôle dans le renforcement de la cohésion sociale. Il a ainsi exhorté les populations à cultiver dans leur entourage les valeurs de solidarité, de fraternité, d’union et de cohésion pour une société harmonieuse. Il a ensuite expliqué comment sa structure en tant qu’organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision, collecte à travers son Mécanisme d’alerte précoce (MAP) des informations en cas de sinistres ou incidents, pour les acheminer aux acteurs de réponse (les pouvoir publics) en vue d’apporter des solutions aux problèmes auxquels sont confrontés les populations en cas de sinistres (accidents, inondations, incendies, catastrophes humanitaires, tempêtes…).

Le premier responsable de la Communication de l’OSCS a aussi sensibiliser les populations d’Aboisso sur le bienfondé de la solidarité et de la cohésion au cours d’une émission sur la Radio Bia FM. Aussi a-t-il saisi l’opportunité pour inviter les habitants de toutes les contrées du Sud Comoé à contribuer à l’animation du Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS, en rejoignant l’équipe de ses moniteurs d’alerte précoce, composée de plus de 6 000 bénévoles répartis sur tout le territoire national.

Outre la première journée du 15 septembre, celles du 16 et 17 ont été meublées par des activités sportives (fitness, Maracana, jeux…) et une opération de planting d’arbre avant la clôture de la célébration, marquée par des dons en vivres et en non vivres, en présence du Président du Conseil Régional du Sud Comoé, M. Aka Aouélé, par ailleurs Président Conseil Economique Social Environnemental et Culturel et de Madame la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre Pauvreté, Myss Belmonde Dogo.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Journée nationale de la solidarité

UNE MAISON DE 8 MILLIONS OFFERTE A UNE FAMILLE DEMUNIE

La famille de Kouamé Koffi Paterne se souviendra longtemps de la célébration de la Journée nationale de la solidarité (JNS) organisée à Aboisso le samedi 17 septembre 2022. La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo, a sortie cette famille de la précarité en offrant au père les clés d’un appartement de trois pièces, loué et équipé pour un an par son département ministériel à l’occasion des festivités de la 16éme édition de la Journée Nationale de la Solidarité (JNS), placées sous le thème : « solidarité facteur d'inclusion sociale ».

« Il aura une maison construite d’une valeur de 08 millions de francs CFA au terme de la période locative. Personne ne mérite de vivre dans un poulailler avec sa famille », a-t-elle promis. Puis d’ajouter : « De plus, nous y avons ajouté un fonds de commerce à l'épouse, afin de lui permettre d'être autonome et aider sa famille».

À Aboisso, la famille Kouamé Koffi, éprouvée plusieurs fois dans la vie, vivait depuis 5 ans avec 5 enfants, dans le dénuement total au quartier Lycée. L’homme et sa progéniture dormaient dans un poulailler qui leur servait de lieu d’élevage de volaille construit grâce à une connaissance. L’endroit était marécageux et la maison en terre battue qui leur servait de logis, s’était écroulée. Si bien qu’ils se sont retrouvés dans une partie de la ferme. En décembre 2022, leur fille cadette meurt par noyade dans la marre qui jouxte leur habitation.

M.Koffi, qui n’a pas pu contenir ses larmes, a exprimé sa reconnaissance au Président Alassane Ouattara pour sa politique sociale qui permet de venir en aide aux personnes indigentes. Emu par ce geste, il a également remercié la Ministre Belmonde Dogo et tous ceux qui ont rendu possible “cette action humanitaire.”

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a fait également des dons en vivre de plus de 38 millions FCFA destinés aux personnes vulnérables de la région du Sud-Comoé.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prise en charge des victimes de traite des personnes

LE GOUVERNEMENT ADOPTE UN MECANISME DE REFERENCEMENT

Le Conseil des ministres du 14 septembre 2022 a adopté une communication relative à l’adoption du Mécanisme national de référencement et des procédures opérationnelles standards de prise en charge des victimes de traite des personnes. Cette communication émane du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

Notre pays, comme bien d’autres, est touché par les fléaux de la traite des personnes, la migration irrégulière et le trafic illicite de migrants. Face à cette situation, l’Etat a ratifié en octobre 2012 le protocole de Palerme, en vue de prévenir et de réprimer, de concert avec les autres Etats, la traite des personnes et les infractions assimilées. Conformément à ses engagements internationaux, la Côte d’Ivoire a également adopté plusieurs lois dont la loi n°2016-1111 du 8 décembre 2016 portant création du Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP).

Il a précisé que les priorités de cette rencontre sont essentiellement portées dans le domaine de la santé à savoir « Le système d’approvisionnement en médicament et le système de distribution de médicament ». Puis d’ajouter : « La collaboration SWEDD Côte d’Ivoire et SWEDD Mauritanie doit servir d’exemple pour les autres pays du SWEDD et pourquoi pas pour toute l’Afrique et peut-être tisser des partenariats », a souhaité Abass SYLLA.

Dans cette même dynamique, le Conseil a adopté, avec l’appui des partenaires techniques et financiers dont l’ONUDC, un nouveau système de coordination de toutes les activités de la lutte contre la traite des personnes afin d’assurer une bonne identification et une meilleure prise en charge des victimes. Ce dispositif dénommé Mécanisme National de Référencement et des Procédures Opérationnelles Standards de prise en charge des victimes de traite des personnes permettra de renforcer et d’orienter au mieux les efforts et les actions du Gouvernement en matière de lutte contre la traite des personnes et spécifiquement dans le domaine de la protection et de la prise en charge des victimes.

Fait à Abidjan, le 14 septembre 2022
M. Amadou COULIBALY
Ministre de la Communication et de l’Economie Numérique, Porte-parole du Gouvernement

Déclaration l’OSCS relative aux élections législatives et sénatoriale partielles

LA MAURITANIE S’IMPREGNE DU MODELE IVOIRIEN

En mars dernier, en Mauritanie, le Comité régional de pilotage du projet SWEDD avait recommandé aux participants de procéder aux partages des expériences sur les bonnes pratiques en lien avec les thématiques du projet. C’est dans cette veine qu'une délégation de la Mauritanie, conduite par Abass Sylla, coordonnateur pays du projet, a séjourné du 4 au 11 septembre 2022 à Abidjan pour échanger et partager sur les acquis et les échecs au titre de la distribution au dernier kilomètre de médicaments.

L’audience accordée par la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde DOGO, lundi 8 septembre 2022, au sein du cabinet, a porté sur le renforcement de la coopération entre la Côte d’Ivoire et la Mauritanie dans le cadre du projet SWEDD. « C’est une deuxième visite bâtie sur ce genre d’échanges avec la cote d’ivoire. On revient cette fois pour voir les meilleures pratiques appliquées en côte d’ivoire afin de pouvoir les dupliquer en Mauritanie », a signifié, Abass SYLLA.

Il a précisé que les priorités de cette rencontre sont essentiellement portées dans le domaine de la santé à savoir « Le système d’approvisionnement en médicament et le système de distribution de médicament ». Puis d’ajouter : « La collaboration SWEDD Côte d’Ivoire et SWEDD Mauritanie doit servir d’exemple pour les autres pays du SWEDD et pourquoi pas pour toute l’Afrique et peut-être tisser des partenariats », a souhaité Abass SYLLA.

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a salué la démarche de la Mauritanie qui vise à renforcer la collaboration entre les pays africains mais à surtout pérenniser les acquis du projet. Elle a ajouté que les prochaines rencontres de partages d’expériences prennent en compte les autres composantes du projet au-delà du système de santé notamment l’appui alimentaire.

En Côte d’Ivoire le Gouvernement a inscrit le projet dans l'axe 4 du Plan National de Développement (PND) 2021-2025 et son plan social psgouv2.

Pour rappel, l’objectif principal du le projet SWEDD est de favoriser l'autonomisation de la jeune fille et de la femme pour atteindre le dividende démographique, en contribuant au capital humain et au développement durable de des pays du sahel.

Au terme de ces échanges, le coordonnateur de l’UCP SWEDD Mauritanie compte élaborer avec la partie ivoirienne une feuille de route qui pourrait mettre en place tout ce qui a été tiré comme enseignements et bonnes pratiques en Côte d’Ivoire et les appliquer en Mauritanie.

Fait à Abidjan le 03 Septembre 2022Le Superviseur Général
M. COULIBALY Tiohozon Ibrahima
Directeur Général de l’OSCS

DECLARATION DE l’OSCS relative aux élections législatives et sénatoriale partielles

DECLARATION SUR LES ELECTIONS LEGISLATIVES ET SENATORIALE PARTIELLES 2022 A LA FERMETURE DES BUREAUX DE VOTE

Les dernières élections sénatoriales pour le choix des 2/3 des sénateurs par les grands électeurs (Conseillers municipaux et régionaux) et législatives pour le renouvellement des 255 membres de l’assemblée nationale en Côte d’Ivoire, ont eu lieu respectivement le 24 mars 2018 et le 6 mars 2021.

En raison de la vacance de 03 sièges de députés et d’un siège de sénateur due à des décès, des élections législatives et sénatoriale partielles ont été prévues pour le 3 septembre 2022 dans les circonscriptions électorales :
- N°057 : Bodokro, Lolobo et N’guessankro communes et sous-préfectures, Marabadiassa Sous-Préfecture.
- N°150 : Gnamangui, Méagui et Oupoyo communes et Sous-préfectures,
- N°202 : Bobi, Diarabana, commune et Sous-Préfecture, Séguéla Sous-Préfecture
- du Haut Sassandra pour la sénatoriale.

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), organe de veille et d’alerte, conduit une mission d’observation dans les 10 localités des 04 circonscriptions électorales concernées.
36 observateurs ont donc été déployés dans ces localités pour le monitoring de la campagne et l’observation proactive du vote pour contribuer au bon déroulement du processus électoral afin de renforcer la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

I. Monitoring de la campagne : Du 26 août au 1 er septembre 2022

Au cours de la campagne électorale qui s’est déroulée du 26 Août au 1 er Septembre 2022, aucun incident n’a été constaté. Les discours des candidats étaient courtois et invitaient les populations à participer au vote de manière pacifique, dans la quasi-totalité des localités observées. Par exemple à Daloa, pour la sénatoriale, les candidats ont animé des émissions radio pour sensibiliser les populations à la tenue d’élections apaisées.

Dans la circonscription N°202, le candidat indépendant, Fofana Vatiécoumba s’est rallié à celui du RHDP aux côtés de qui il a battu campagne. Et dans les circonscriptions N°057 et N°150, les candidats indépendants Sahouré N’guessan Patrice et Kato Judicaël se sont retirés de la compétition pour se rallier aux candidats du PDCI de leurs circonscriptions. La campagne s’est déroulée dans une atmosphère de convivialité et de saine compétition.

II. Jour scrutin : 03/09/2022

 2.1 Ouverture du scrutin

Dans les circonscriptions N°057 (Gbêkè), N°20 (Haut-Sassandra, Daloa), N°150 (Nawa), N°202 (Worodougou), la plupart des Bureaux de vote (BV) dans les 32 Lieux de vote (LV) visités ont ouvert entre 8h00 et 8h50, sauf dans le village de Niongonon dans la S/Préfecture de Diarabana (N°202) où le BV a ouvert 9h08 faute de stickers : le BV 39 s’est résolu à commencer le vote en acceptant les signatures des agents du BV pour authentifier les bulletins de vote. Tout s’est passé dans le calme. Aucun incident n’a été signalé.

 2.2 Déroulement du scrutin

Dans la quasi-totalité des LV visités par les observateurs, des actes de civisme ont été observés par les électeurs durant le scrutin. Il s’agit :
- du respect de l’ordre et de la discipline devant les BV ;
- de l’existence d’une atmosphère apaisée dans les LV avec la présence des forces de l’ordre ;
- de la solidarité envers des personnes vulnérables (personnes âgées, handicapées et femmes enceintes) : cas constaté au Groupe Scolaire Oupoyo 3 ; 4 et 1 ; 2 Cependant un dysfonctionnement des tablettes a été observé dans certains BV.
- A Oupoyo, dans le LV Robert Porte, les électeurs disposant de la nouvelle CNI n’ont pu être identifiés par la tablette. Le Président du centre informé par les agents des BV, a autorisé le vote des électeurs concernés, inscrits sur la liste électorale.
- Dans la sous-préfecture de Diarabana, à l’EPP Forona, BV1, les électeurs disposant de la nouvelle CNI, ont été invités à défaut d’avoir leurs cartes d’électeurs, à aller chercher leurs anciennes CNI pour pouvoir voter.
- Dans la Sous-préfecture de Bobi, à l’EPP Sangana (BV1 et BV2), les tablettes se sont plantées à deux reprises entrainant l’arrêt momentané du vote. Alerté par notre observateur, le président du centre a demandé aux présidents des BV de redémarrer les tablettes. Ce qui a permis aux tablettes de fonctionner et ce avec beaucoup de lenteur.

Outre ces dysfonctionnements, deux incidents ont éclaté dans le BV6 du LV Groupe Scolaire EPP CAFOP Annexe 2 de Daloa et dans le BV4 au Groupe Scolaire Oupoyo 1 et 2. A Daloa, un électeur, au cours de son vote, a fait une photographie de son bulletin de vote. Cette situation a amené le représentant du candidat du PDCI à protester et les agents du BV à saisir le téléphone portable dont il s’est servi pour faire la photographie. Des policiers présents dans le LV ont été alertés et ont procédé à la suppression de l’image du téléphone de l’électeur. Le vote a repris son cours normal.

A Oupoyo, une dispute a éclaté entre les superviseurs du RHDP et du PDCI devant le BV parce que le superviseur RHDP a bien voulu demander aux agents du bureau de vote s’ils avaient pris leur déjeuner. Ce qui a provoqué la colère du superviseur PDCI qui a vu en cette question une tentative de corruption des agents du BV par le superviseur RHDP.

 2.3 Clôture du scrutin

Dans l’ensemble, les BV observés ont fermé entre 17h50 et 18h50 pour faire place au dépouillement. Au cours des dépouillements, aucun acte d’incivisme ni de violences n’a été observé.
Cependant les observateurs notamment ceux de l’OSCS ont été interdits d’assister au dépouillement dans les Bureaux de vote du Groupe Scolaire CAFOP Annexe 1 et 2 à Daloa.

Conclusion

Les élections législatives et sénatoriale partielles se sont déroulées sans incident majeur de la campagne au dépouillement des voix. Cependant, certains dysfonctionnements sans incidence sur le bon déroulement du scrutin ont été observés puis rapportés en temps réel par les observateurs de l’OSCS et sa cellule de coordination, aux acteurs de réponse, notamment la CEI, pour une prise en charge.
Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté salue le sens de civisme des candidats et des électeurs qui a permis un déroulement sans violence du scrutin jusqu’à la proclamation des résultats dans les bureaux de vote. Il les exhorte à poursuivre dans cette lancée et à user en cas de contentieux des voies de recours légales.

Fait à Abidjan le 03 Septembre 2022
Le Superviseur Général
M. COULIBALY Tiohozon Ibrahima
Directeur Général de l’OSCS

Accident de KONONFLA

LE GOUVERNEMENT OFFRE 16 MILLIONS AUX FAMILLES ENDEUILLEES

Le Gouvernement a traduit sa compassion aux familles des 16 personnes qui ont perdu la vie le lundi 1er aout 2022 dans un accident de la circulation survenu à Kononfla, sur l'axe Yamoussoukro-Sinfra.

Ce vendredi 12 août 2022, à la salle des fêtes de la Mairie d’Issia, dans la région du Haut Sassandra, le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) a offert 16 millions de FCFA aux familles des défunts, soit un million pour chaque défunt.

Pour la Directrice de cabinet du MSLP, Paule Marlène Dogbo, la solidarité est un devoir pour le gouvernement qui en a fait un pilier de sa politique. Au nom de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, elle a exprimé aux populations endeuillées ses condoléances et aux blessées sa compassion. Le Chef de l’Etat qui a décidé d’ériger la solidarité au rang de priorité nationale, suit avec beaucoup d’attention tout ce qui touche à l’équilibre social du pays, a fait savoir la Directrice de cabinet du MSLP.

Elle a saisi la perche pour sensibiliser les automobilistes en les invitant à la prudence et à la vigilance à travers la limitation des vitesses eu égard à la recrudescence des accidents de la circulation ces dernières semaines.

Le geste du Gouvernement a été salué par les familles endeuillées qui ont exprimé leur gratitude au chef de l’Etat. « Quoi que ces dons ne puissent pas remplacer les parents décédés et blessés, ils constituent un motif de soulagement pour les différentes familles encore sous le poids de ce drame », a traduit Traoré Siaka au nom des familles.

Le 1er août 2022, un grave accident survenu sur l’axe Kononfla-Yamoussoukro a tué 16 personnes et fait 8 blessés qui ont été évacués au Centre de santé urbain (CSU) de Kononfla quand d’autres ont été transportés au Centre hospitalier régional (CHR) de Yamoussoukro.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Législatives et sénatoriales partielles partielles

L’OSCS DEPLOIE 34 OBSERVATEURS SUR LE TERRAIN

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) déploie 34 observateurs pour suivre les élections législatives et sénatoriales partielles du 3 septembre 2022. Les populations de Séguela, Méagui et Béoumi sont appelées aux urnes désigner pour leurs députés tandis que les « grands électeurs » de Daloa désigneront leur sénateur.

Cette observation essentiellement axée sur les questions en lien avec la cohésion sociale, vise à contribuer à l’organisation des élections paisibles concernant ces partielles.

La Mission d’observation électorale (MOE) exercée par l’OSCS est différente de l’observation « classique » qui consiste à déployer dans les bureaux de vote (BV) des observateurs qui y restent de façon permanente jusqu’à la fin du processus.

En effet, l’OSCS déploie les observateurs dans les lieux de vote sur la base d’une répartition préalablement élaborée. Ils sillonnent les bureaux de vote afin d’identifier les faits susceptibles de menacer ou qui renforcent la solidarité et la cohésion sociale. Cette opération vise à préciser si le déroulement des procédures de vote et de décompte des voix sont effectués selon les principes établis par la CEI. Les observateurs doivent s’assurer que le vote s’exerce dans l’ordre et dans le calme. En cas d’irrégularités ou d’incidents constatés, tels que les actes d’incivisme, les difficultés d’accès aux BV par les personnes vulnérables, l’ouverture tardive des urnes, la défaillance du matériel électoral, les observateurs sont tenus d’informer les superviseurs de la zone de déploiement en question dans les plus brefs délais. Ceux-ci transmettront l’information à la coordination centrale de l’OSCS ou doivent attirer l’attention des responsables de la CEI sur les irrégularités, mais s’abstiennent de leur donner des conseils ou des instructions ou encore moins d’aller à l’encontre de leurs décisions.

En cas de violence ou de menaces de violence, les observateurs doivent quitter immédiatement la zone. Ils ne doivent en aucun cas mettre en danger leur vie. Pour la réalisation de leur tâche, les observateurs disposeront d’un formulaire spécial qui leur permettra de faire le suivi.

L’OSC a déjà observé la présidentielle d’octobre 2020 ; les élections législatives de 2016 et de 2021 ainsi que les municipales et les régionales couplées de 2018.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

DECLARATION DE l’OSCS relative aux élections législatives et sénatoriale partielles

Elections partielles du 3 septembre 2022 : l’OSCS exhorte les candidats et leurs partisans à un processus électoral apaisé

Conformément à sa mission de veille, d’alerte et d’aide à la décision en matière de solidarité et de cohésion sociale, le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS), conduira une mission d’observation des élections législatives et sénatoriale partielles du 03 septembre 2022, de la période des campagnes aux scrutins.

Cette observation dynamique essentiellement axée sur les questions en lien avec la cohésion sociale, vise à contribuer à l’organisation d’élections paisibles dans les circonscriptions électorales N°57, Bodokro, Lolobo, Nguessankro communes et sous-préfectures, Marabadiassa sous-prefecture; N°150, Gnamangui, Meagui, Oupoya communes et sous-préfectures ; N°202, Bobi Diarabana, commune et sous-préfecture et Séguéla sous-préfecture en ce qui concerne les législatives et à Daloa pour l’élection d’un sénateur de la Région du haut-Sassandra.

A la faveur de ces scrutins, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale exhorte tous les candidats et leurs partisans à un processus électoral apaisé, empreint de tolérance, de respect et de convivialité, en vue de renforcer la cohésion sociale et consolider la paix en Côte d’Ivoire.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Journée nationale de la solidarité

MYSS BELMONDE DOGO MET EN VALEUR L’INCLUSION SOCIALE

A l'occasion de la Journée Nationale de la Solidarité (JNS), commémorée le 25 août de chaque année, la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, a exhorté, le 25 août 2022 à Abidjan, les populations à cultiver davantage les valeurs fondatrices des principes de solidarité.

Selon la ministre, les festivités officielles de l'édition 2022 de la JNS se dérouleront le 17 septembre 2022, dans la ville d’Aboisso, à travers « La quinzaine de la solidarité » autour du thème : « Solidarité, facteur d’inclusion sociale ». Le choix d’Aboisso, chef-lieu de la région du Sud Comoé, se justifie par le fait qu’elle est une ville cosmopolite qui accueille une population fortement hétérogène vivant en parfaite symbiose donnant ainsi l’exemple d’un brassage socio-culturel, d’un vivre-ensemble, d’un esprit de solidarité et d’une hospitalité légendaire.

« Je voudrais, à l’occasion de cette 16e édition de la Journée Nationale de la Solidarité, vous exhorter à cultiver davantage les valeurs fondatrices des principes de solidarité afin de traduire dans nos actes, au quotidien, la volonté du Président de la République, celle de bâtir une Côte d’Ivoire davantage Solidaire », a affirmé Myss Belmonde Dogo.

Myss Belmonde Dogo a rappelé que le gouvernement ivoirien a renforcé sa présence auprès des familles, à travers des actes de solidarité de plus en plus accrus, manifestés au moyen de dons en vivres, non-vivres, des prises en charge médicales et psychologiques, ainsi que des appuis financiers.

Elle a relevé la prise en charge de malades indigents, notamment ceux du cancer, l’assistance aux populations rendues vulnérables du fait des inondations dans le District d’Abidjan et à l’intérieur du pays, le soutien aux victimes d’accidents de la route, le renforcement de la solidarité communautaire à travers la mise à échelle des Associations villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) sur toute l’étendue du territoire.

L’on note également l’adoption du Programme d’Appui aux filets sociaux (PAFS), l’assistance aux familles sinistrées suite aux effondrements d’immeubles (à Treichville et Angré dans la ville d’Abidjan, l’assistance aux populations victimes de tornades de plusieurs localités (Man, Korhogo, Agnibilékro, Séguélon, Kodiossou, Kouto, Daloa, Séguéla…) et le projet d’assistance aux personnes les plus défavorisées, dénommé « « Le Dimanche de la Solidarité ».

La JNS qui est à sa 16è édition, enregistrera des activités axées sur la promotion de la solidarité et de la mobilisation sociale.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

N’Douci/Cohabitation pacifique

UN COMITE DE PAIX ET DE COHESION MIS EN PLACE

Apprendre aux populations de N’Douci à vivre ensemble après les affrontements entre les jeunes autochtones et allogènes qui ont secoué cette ville-carrefour. Tel est l’objectif du comité de paix et de cohésion sociale installé ce jeudi 18 août 2022, à N’douci.

Pour le sous-préfet de N’douci, Sandrine Bessikoi Danho-Oka, il s’agit de renouer les fils du dialogue social entre les différentes communautés de la ville en vue de faire revenir la confiance dans le “vivre ensemble”. La cohabitation pacifique de toutes les composantes sociales est le préalable à tout développement, a-t-elle fait savoir. A ses yeux, les communautés autochtones Abbey et celles qu’elles ont acceptées sur leurs terres, doivent réapprendre à vivre ensemble.

Le comité de paix et de cohésion sociale dirigé par un chef de village, Yao Boka, est chargé entre autres, d’établir la communication entre les communautés, d’identifier les foyers de tension tout en dénonçant toute situation conflictuelle afin de prévenir toute situation susceptible de provoquer des affrontements interethniques. Cet organe doit aussi prendre des initiatives allant dans le sens de la prévention et du règlement pacifique des conflits communautaires et organiser des séances de sensibilisation au renforcement de la paix.

Au regard de l’importance de ses missions et du caractère sensible de la situation à N’douci, le sous-préfet a instruit les membres du comité à se mettre au travail « immédiatement » et de lui rendre compte de façon régulière.

La mise en place de ce comité composé de différentes couches sociales et religieuses de N’douci est une recommandation du commandant supérieur de la gendarmerie nationale, le général Apalo Touré et soutenue par le préfet de la région de l’Agneby-Tiassa, Sihindou Coulibaly. Elle fait suite aux événements tragiques qui ont secoué la ville de N’douci dans la première moitié du mois d’août.

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2022, des affrontements entre jeunes Abbey et les jeunes Malinké ont fait trois morts et un blessé. Contre toute attente, ces violences interethniques ont repris dans la nuit du 12 au 13 août. Bilan : un mort, de nombreux blessés par balle et à l’arme blanche, deux maisons et 24 magasins incendiés.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Gagnoa/Solidarité

L’OSCS DU GOH FAIT DES DONS A UNE FAMILLE DIABETIQUE

Madame Kéïta Awa, diabétique et drépanocytaire vivant à Gagnoa, a reçu un congélateur et une somme d’argent de la part de la Commission régionale de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) du Gôh en marge de sa réunion trimestrielle tenue le jeudi 18 août 2022 au bureau de la direction régionale de la solidarité et de la Lutte contre la pauvreté de la cité du Fromager.

Ce geste a été salué par le sécrétaire général 1 de la préfecture de Gagnoa, Kamaté Bêmah. «C’est notre contribution pour vous aider à aider votre famille », a-t-il déclaré. L’autorité préfectorale a encouragé Mme Keïta, veuve depuis 15 ans, mère de cinq ans, dont deux traînent comme elle, une pathologie et une paralysée, à s’engager dans un petit commerce, afin de fructifier le ‘petit’ capital reçu.

Il a salué l’action de l’OSCS du Gôh qui malgré ses faibles moyens, essaie d’apporter un début de solutions à toutes les sollicitations des personnes en situation de précarité aussi bien à Gagnoa qu’à Oumé. Les larmes aux yeux, la bénéficiaire a récupéré son congélateur, avant d’adresser plusieurs bénédictions à l’OSCS, et particulièrement à sa secrétaire permanente, la Directrice régionale de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Tio Alice, qui l’a aidée à scolariser l’un de ces deux enfants encore présents dans le système scolaire.

L’OSCS a pour missions, de contribuer à la prévention des conflits, d’animer et coordonner son Mécanisme d’alerte précoce, de faire le suivi des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, faire l’état des lieux de la solidarité et de cohésion sociale et coordonner les activités des mécanismes communautaires d’alerte précoce.

Cette structure placée sous la tutelle du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté est intervenue pour apporter assistance aux victimes des Violences basées sur le genre (VBG), des cas de viols contre mineurs, des personnes en situation de détresse du fait de blessures, maladies et autres situations dramatiques.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Ministère de la solidarité et de la Lutte contre la pauvreté

LA MINISTRE BELMONDE DOGO APPELLE À LA SOLIDARITE ENTRE LES FEMMES

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP), Myss Belmonde Dogo a reçu le 9 Août 2022, l’ensemble des femmes du ministère qu’elle dirige. Les femmes de l’OSCS qui n’ont pas voulu se faire conter cet évènement, étaient présentes au restaurant « la baie des mécènes », sis à Cocody-Blockhauss, lieu de la rencontre.

Ce fut un moment de convivialité passé entre les femmes et leur ministre de tutelle qui a mis tout en œuvre pour la réussite de ce premier rendez-vous. Tout en les félicitant pour le travail accompli, Myss Belmonde les a invitées à rester unies pour relever ensemble le défi de la solidarité. Elle a également souhaité que dans la vie quotidienne, face aux incidents, le premier réflexe doit être de venir en aide aux personnes touchées que de sortir le téléphone portable pour des prises de vues, a-t-elle conseillé.

« Il y a eu les fêtes des femmes et celle des mères. Je ne vous ai pas oubliées. Nous trouverons du temps pour nous retrouver plus souvent. Car, je souhaite que nous soyons une famille », a-t-elle souhaité.
Au menu de cette rencontre, karaoké, jeux et dîner. Par la suite, la ministre a offert un complet de pagne à chacune de ses invitées.

Madame KESSE Diane, chef de service qualité et genre par ailleurs porte-parole des récipiendaires, a exprimé sa gratitude à la ministre pour l’honneur et son attachement à la valeur humaine, surtout à la femme.
Myss Belmonde, a pour finir, invité, l’ensemble des femmes à se mobiliser pour la prochaine journée de la solidarité qui se tiendra en septembre à Aboisso.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Yamoussoukro / Dimanche de la Solidarité

SIX (6) FAMILLES EN SITUATION D’EXTREME PAUVRETE REÇOIVENT L’AIDE DU GOUVERNEMENT

Le « Dimanche de la Solidarité », un concept de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté pour porter assistance aux personnes vulnérables, a fait escale à Yamoussoukro à la faveur de la célébration du 62è anniversaire de l’indépendance. Myss Belmonde Dogo en compagnie de son collègue Souleymane Diarrassouba, a apporté l’assistance du Gouvernement à 6 familles en situation de vulnérabilité dans leurs demeures.

Au quartier Kokrénou, Koné Bakary, père de 12 enfants, sans emploi depuis plusieurs mois, a reçu des vivres et non vivres plus un appui financier pour l’aider à se prendre en charge. Deux autres ménages vivant dans la précarité à Dioulabougou, ont été assistés par les Ministres Belmonde Dogo et Souleymane Diarrassouba. Aux 220 logements, où s’est achevée la tournée, la délégation de la Ministre Belmonde DOGO a offert des dons en nature et en espèce à trois veuves qui vivent dans des conditions difficiles. « C’est la première fois que nous voyons ce genre d’actions depuis que nous traversons mes enfants et moi, des moments difficiles (…) Je n’ai pas les mots pour qualifier ce geste. Tout ce que j’ai à dire, c’est merci» , a dit une des veuves.

Le Ministre Souleymane Diarrassouba s’est réjoui du choix porté sur Yamoussoukro pour mener cette activité. « Nous remercions la Ministre Belmonde Dogo, d’avoir pensé à nos ménages économiquement faibles à Yamoussoukro. J’ai pris plaisir à ses côtés à sillonner ces quartiers afin d’apporter un peu de bonheur à ces personnes qui sont dans le besoin. Cela démontre que la politique sociale prônée par le Président de la République profite directement à cette frange de la population » , a-t-il indiqué.

Yamoussoukro est la première localité à l’intérieur du pays à bénéficier des actions du « Dimanche de la Solidarité ». Un concept qui se traduit par des visites surprises de la Ministre Belmonde Dogo suivies du soutien du Gouvernement à des familles vulnérables afin qu’elles sortent de la précarité.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Note d’Alerte Relative Aux Accidents De La Route Et Aux Conflits

Conflits et accidents mortels : l’OSCS invite les populations à la retenue et à la prudence !

C’est avec tristesse que le Mécanisme d’alerte précoce (MAP) de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a enregistré un conflit intercommunautaire entre des jeunes Malinké et Abbey le dimanche 31 Juillet 2022, à N’douci et deux graves accidents de la circulation, qui se sont produits le lundi 1er Août 2022, sur l’axe Yamoussoukro-Kononfla et à Abobo Djibi sur la route d’Alépé.

Le bilan de ces trois incidents en deux jours est alarmant. L’on déplore 3 morts, 01 blessé et des dégâts matériels en ce qui concerne le conflit. Pour les accidents, l’on enregistre 37 morts et 13 blessés. Celui survenu sur l’axe Yamoussoukro-Kononfla a fait 16 morts et 8 blessés, et celui d’Abobo Djibi, 21 morts et 5 blessés.

Guillaume AGUETTANT, directeur pays à Care International place un grand espoir en ce partenariat qui est une opportunité de mettre à échelle les AVEC conformément à leur stratégie mondiale. Il permettra de créer des conditions pour une société plus juste et égalitaire en Côte d’Ivoire où « la pauvreté est enfin éradiquée».

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, présente ses condoléances aux familles des victimes décédées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Pour la paix et la cohésion sociale dans nos communautés, l’OSCS invite les populations des différentes communautés à s’inscrire dans la dynamique de la cohésion sociale en renonçant à la violence et en faisant preuve de tolérance.

Et pour la sécurité sur nos routes, il exhorte tous les usagers et singulièrement les conducteurs à la prudence et au respect du code de la route, afin de préserver des vies.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Pour tous faits et questions relatifs à la solidarité et à la cohésion sociale,
contactez l’OSCS aux 07 88 47 46 03 / 05 65 40 76 92 / 01 01 49 52 79

Lutte contre la pauvreté

LE GOUVERNEMENT VEUT ETENDRE LE RESEAU DES « AVEC »

Les Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) sont constituées de 15 à 25 personnes qui épargnent ensemble et font de petits emprunts à partir de ces épargnes. Dans le but d’étendre le réseau de ces associations d’épargne et de crédit en milieu rural, le Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde DOGO, a signé à cet effet une convention avec l’Ong Care internationale qui dispose d’une riche expérience dans ce domaine.

Avec plus de 8 000 Associations villageoises d’épargne et de crédits installées sur l’ensemble du territoire ivoirien à travers différents projets, Care International se positionne comme l’un des acteurs clés dans la mise en œuvre de cet instrument de lutte contre les inégalités sociales. Selon la Ministre, Myss Belmonde DOGO, ce partenariat va permettre de renforcer les capacités du dispositif des Associations villageoises d’épargne et de crédits (AVEC), et ainsi contribuer à l’autonomisation des ménages vulnérables en zone rurale. Grâce aux résultats probants réalisés pendant une phase pilote lancée en 2020 par le Programme des filets sociaux productifs avec 311 « AVEC » déjà installées dans quelques région du pays, « la signature de la présente convention constitue un maillon important dans l'atteinte de l'un des objectifs fixés par le gouvernement ivoirien en matière de lutte contre la pauvreté qui est de développer environ 1 000 AVEC d'ici fin 2022 », a-t-elle indiqué. Puis d’ajouter : « Grâce à notre synergie d'action nous allons permettre progressivement à 5 750 communautés par région soit 75 000 sur l'ensemble des 13 régions concernées par la première phase, de bénéficier de cet outil d'autonomisation financier durable».

Guillaume AGUETTANT, directeur pays à Care International place un grand espoir en ce partenariat qui est une opportunité de mettre à échelle les AVEC conformément à leur stratégie mondiale. Il permettra de créer des conditions pour une société plus juste et égalitaire en Côte d’Ivoire où « la pauvreté est enfin éradiquée».

Le 21 mai 2022, une tornade avait endommagé plusieurs concessions faisant deux morts et plusieurs blessés dont deux personnes paralysées. Au moins 20 familles ont été impactées par la tornade.

CARE International est l’une des structures précurseurs des AVEC dans quelques pays d’Afrique, notamment en Côte d’Ivoire depuis 2002.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Tornade à Napié

LE GOUVERNEMENT REMET DES DONS D’UNE VALEUR DE 8 MILLIONS AUX VICTIMES

Une délégation du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté a remis ce mardi 19 juillet 2022 des dons d’une valeur de huit millions à des victimes d’une tornade à Napié. Les dons se composent de numéraires (1,5 million), de vivres (40 sacs de riz, 10 cartons d’huile, de pâte alimentaire) et de matériel de construction constitué de feuilles de toiles, de ciment et de nattes en guise de soutien aux sinistrés de la tornade.

Le Prof Roch Yao Gnabeli, directeur général de la solidarité et de l’action humanitaire, a salué la résilience des populations après la survenue de la tornade. “Je suis venu vous dire que vous n’êtes pas seuls dans cette épreuve. Le gouvernement est avec vous. Nous avons été instruits par notre ministre pour vous apporter le soutien de l’état et vous dire yako. Que Dieu vous fortifie et donne la guérison aux blessés », a-t-il déclaré.

Le porte-parole des victimes de la catastrophe naturelle, Sébirina Yéo a salué le don du gouvernement et a exprimé sa reconnaissance au président de la République, Alassane Ouattara, qui, malgré les grands projets engagés, apporte un appui de qualité aux victimes de Napié.

Le 21 mai 2022, une tornade avait endommagé plusieurs concessions faisant deux morts et plusieurs blessés dont deux personnes paralysées. Au moins 20 familles ont été impactées par la tornade.

Une tornade avait détruit plusieurs concessions en mars 2022, dans le village de Katoumoro (Korhogo). Le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Coulibaly Amadou, avait apporté des vivres et un soutien financier à 35 victimes.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Dimanche de la solidarité

MYSS BELMONDE AU CONTACT DES FAMILLES EN DIFFICULTE

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo, a initié depuis quelques mois, le « Dimanche de la Solidarité », un concept qui vise à faire des visites inopinées chez des familles en difficultés, tout en leur apportant l’assistance et le réconfort du Gouvernement.

A travers cette initiative, la ministre établit un contact direct avec les populations rendues vulnérables par les catastrophes naturelles, les accidents, les incendies, les conflits pour leur apporter assistance et réconfort du Gouvernement, tout en touchant du doigt de leur réalité quotidienne. Sa présence auprès des familles en difficulté traduit la vraie solidarité africaine qui ne repose pas que sur du matériel.

C’est dans ce cadre que Myss Belmonde Dogo, s’est rendue ce dimanche 17 juillet 2022, aux domiciles des familles Bouazo et Fofana, dans les communes de Yopougon et d’Abobo. Les Bouazo ont poussé des cris joies, dansé et même pleuré, tellement qu’ils étaient émus par la présence d’un membre du Gouvernement à leur domicile de Yopougon. La ministre a partagé le déjeuner avec la cheffe de la famille Bouazo, veuve depuis 18 ans et mère de 5 enfants. La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a profité de ces instants en partageant des moments de convivialités avec cette famille, conformément à l’esprit du concept du « Dimanche de la Solidarité ». Myss Belmonde Dogo a offert des présents composés d’un congélateur, des vivres et non vivres à la grande joie de veuve Bouazo : "Avec ce congélateur, je pourrai reprendre mon commerce de glaces, merci beaucoup. C’est une surprise heureuse à laquelle je ne m’y attendais pas’’ a-t-elle déclaré.

Myss Belmonde Dogo a fait don en vivres avec une enveloppe, comme aide au relogement, en attendant la réhabilitation de leur maison, après la saison des pluies.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Emission sur Radio Abobo

L’OSCS SENSIBILISE A L’ALERTE PRECOCE

Le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures (DCRE) de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS), M. Eugène Bilé, était ce jeudi 7 juillet 2022, l’invité de l’émission « Parlons-en » diffusée sur les antennes de la Radio Abobo.

Le DCRE a expliqué le fonctionnement le Mécanisme d’alerte précoce (MAP), un outil qui permet de guider les interventions rapides, d’évaluer les progrès dans une société affectée par un conflit, d’informer le public et de faire le plaidoyer. Ce mécanisme est animé par des moniteurs bénévoles chargés de rapporter les faits portant atteinte à la cohésion sociale. « Les faits sont classés selon les 151 indicateurs que nous avons élaborés pour mesurer l’état de la cohésion sociale et de la solidarité », a-t-il dit. Dans cette veine, les informations transmises à l’OSCS, sont recoupées, traitées et analysées puis transmises au ministre en charge de la Solidarité sous forme de rapports.

C’est sur la base des faits rapportés par les moniteurs que les acteurs de réponses entrent en jeu, a-t-il poursuivi. Ces réponses peuvent être apportées par plusieurs acteurs dont principalement le gouvernement, les partenaires techniques et financiers et les responsables locaux. Ces actions consistent à apporter des solutions aux différents problèmes soulevés. Il s’agit donc d’actions tendant à dissiper ou atténuer la menace de conflit, d’incident ou de catastrophe, a-t-il fait savoir.

Cette émission diffusée en direct sur la bande 88.9 FM, a permis de lancer un appel à toutes les populations invitées à animer le MAP. « Il y a au total 6040 sur l’ensemble du territoire. Notre ambition est de couvrir l’ensemble de tous les villages de Côte d’Ivoire. Nous lançons un appel à tous les habitants pour que nous ayons un moniteur dans tous les villages », a insisté le DCRE.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement des capacités

L’OSCS FORME LES AGENTS SUR LA REDACTION DU RAPPORT HEBDOMADAIRE

L’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) met à la disposition de sa tutelle, le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, un Rapport hebdomadaire (RH) qui permet d’avoir une vue panoramique des faits saillants qui se sont déroulés au cours de la semaine. La rédaction du RH requiert un savoir-faire qui a été partagé par Monsieur Emmanuel Kassi, chef du service Etudes et documentation, à plusieurs agents afin qu’ils soient bien outillés pour réaliser cette tâche. Tel était l’objectif de la séance de renforcement des capacités organisée ce mercredi 22 juin 2022 au siège de l’OSCS situé à Angré 7è tranche, près du pont.

Joignant la théorie à la pratique, M. Kassi a montré les grandes lignes du RH, ses articulations, le style de narration et d’analyse des faits (Analyse causale, analyse systémique, analyse holistique, analyse comparative), les différentes colonnes à renseigner avec précision etc. « Les faits doivent être présentés de façon succincte mais précise, avec les éléments nécessaires à la compréhension et aux recommandations », a-t-il insisté.

A la fin du RH, doivent apparaitre un tableau bilan, un graphique de données et le tableau de variation pour mieux apprécier l’amplitude des faits. Le RH a pour but d’informer la tutelle sur les faits importants en lien avec la solidarité et la cohésion sociale survenus au cours de la semaine en vue de la prise de décision.

Le chef du Département des études et de la prospective, le Professeur Kacou Fato, a salué cette séance de renforcement des capacités qui a donné lieu à des échanges fructueux entre le formateur et les partcipants. « Une formation n’est jamais de trop, qu’on soit ancien ou nouveau agent de l’OSCS », a-t-il conclu.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Vulgarisation des actions de l’OSCS

LE CENTRE SOCIAL ‘‘ICI ON LIT ENSUITE ON JOUE’’ REÇOIT DES PUBLICATIONS SUR LA SOLIDARITE ET LA COHESION SOCIALE

Une délégation de l'Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) conduite par M. Doumbia Mahamadou, Sous-directeur des Relations Publiques et de la Diffusion a effectué le 20 juin 2022, une visite au Centre social d’éveil à la lecture dénommé ‘‘Ici on lit ensuite on joue’’, sis à la Riviera 2. Cette visite avait pour objectif d’offrir à ce centre doté d’une librairie et d’une bibliothèque, des manuels d'informations et autres publications de l'OSCS sur des thématiques liées à la solidarité et à la cohésion sociale.

Ainsi, des exemplaires du manuel de base des notions sur la solidarité et la cohésion sociale, du Bulletin d'information "L'Observateur de la Cohésion Sociale" et des prospectus (dépliants) ont été remis à Dr Aminata Kane, la fondatrice dudit centre. Elle a remercié l’OSCS et a promis d’utiliser cette documentation à bon escient. « C’est avec beaucoup d’émotion que nous recevons l’OSCS dans nos locaux ce jour. C’est un centre qui a commencé à la maison avant d’être aujourd’hui dans cette villa. Voir une délégation de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale dans nos locaux, c’est le signe que des institutions ont eu écho de notre travail. Ça nous donne de la crédibilité de recevoir ce soutien institutionnel et moral dont nous avons besoin pour continuer à avancer et toucher le maximum de populations parce qu’un seul centre d’éveil à la lecture à Abidjan n’est pas suffisant pour atteindre notre cible. Il faut d’autres centres à Abidjan et à l’intérieur du pays», a-t-elle déclaré. Le Centre à travers sa bibliothèque et sa librairie encadre les enfants en leur apprenant à lire, forme les personnes adultes en développement personnel et leadership, à travers des enseignements sur des thématiques telles que la solidarité, l'amour, le bien-être, etc. Selon Dr Aminata Kane, par ailleurs Chirurgien-dentiste à l’Université de Cocody, ce centre a été créé pour donner le goût de la lecture aux enfants et faire d'eux des citoyens qui apprennent dans les livres.

Le Centre social d’éveil à la lecture ‘‘Ici on lit ensuite on joue’’ est une bibliothèque atypique. Les enfants ne viennent pas que pour lire. Ils viennent d’abord pour jouer, sauf que la condition pour jouer c’est de lire. Les encadreurs font de l’éveil à la lecture pour les enfants et les familiarisent avec les livres. Ils créent une sorte de lien entre les enfants de sorte que le livre fasse partie de leur univers et de leur cadre d’apprentissage. Il y a aussi des programmes de formation pour les femmes et pour les adultes. Il y a aussi des programmes de développement personnel pour les adolescents à travers des livres qui sont au programme. « Nous abordons avec des adolescents, explique Dr Aminata Kane, des questions qui les touchent. Il s’agit par exemple de la solidarité, du dialogue avec les parents, du rapport des jeunes avec l’alcool et la drogue…»

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre la pauvreté

COMMENT LES FILETS SOCIAUX ONT TRANSFORME LA VIE DES MENAGES

Les activités génératrices de revenus menées grâce aux allocations trimestrielles de 36.000FCFA octroyées dans le cadre des filets sociaux ont changé la vie de nombreux bénéficiaires. Myss Belmonde Dogo, Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, s’en est rendue compte ce jeudi 16 juin 2022 lors de sa mission d’évaluation de l’impact des filets sociaux sur les ménages bénéficiaires d’Anyama, Abobo et Adjamé. « Le bilan est positif. Les bénéficiaires viennent de nous démontrer que le gouvernement n’a pas eu tort d’introduire les filets sociaux en Côte d’Ivoire », s’est-elle réjouie. Puis d’ajouter avec une pointe de satisfaction et de réjouissance dans la voix que « ce projet n’est pas un programme vide. Il permet aux ménages vulnérables de sortir de la précarité. Cela impacte véritablement la vie des ménages ».

Cette satisfaction de la Ministre de la Solidarité et de Lutte contre la Pauvreté s’appuie sur les témoignages de nombreux bénéficiaires des filets sociaux et des Associations d'épargne et de crédit (AVEC). « Lorsque j’ai reçu l’argent, l’idée m’est venue de développer une activité de vente de pâtes d’arachide pour me rendre plus autonome sur le plan financier et d’assurer mes charges familiales. L’AVEC a changé ma vie, je m’en sors très bien et je remercie le Gouvernement », a déclaré Achi Odile, membre de l’association d’épargne et de crédit « Dynamique ». « Depuis 02 ans que je suis éligible à cette aide du Gouvernement, j’arrive à m’occuper de ma famille », a renchéri Diarrassouba Fatoumata, mère de cinq enfants, commerçantes de produits cosmétiques à Abobo PK18.

Pour rappel, ce sont 277.000 ménages qui bénéficient des filets sociaux. Chaque bénéficiaire perçoit 36.000 FCFA par trimestre pendant trois ans. "Le choix des bénéficiaires relève des autorités locales et des communautés concernées", a tenu à préciser la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prévention et gestion des conflits

L’OSCS ET LE CNJCI SIGNENT UN PARTENARIAT

Le nombre des moniteurs bénévoles chargés d’animer le Mécanisme d’Alerte précoce (MAP) de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) va s’accroitre avec l’arrivée des membres du Conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI). Les deux structures ont signé ce mercredi 15 juin 2022 une convention de partenariat au cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté situé au Plateau sous le regard bienveillant de la maitresse des lieux, Mme Myss Belmonde Dogo.

Ce partenariat, aux yeux de la Ministre Dogo, va contribuer surement à l’apaisement du climat social grâce à la participation active des jeunes dans l’animation du MAP. « A l’orée des élections locales de 2023 et de la présidentielle de 2025, il était bien que cette jeunesse s’implique dans la quête de la paix. Nous fondons beaucoup d’espoir en ce partenariat », a-t-elle fait savoir. Elle attend beaucoup de ces moniteurs sollicités pour renseigner le MAP qui permettra au Gouvernement d’agir en temps réel pour désamorcer toutes les situations de crise ou de voler au secours des populations ayant subi des sinistres. « L’OSCS est un outil important pour la Côte d’Ivoire parce que nous avons l’information en temps réel sur tout ce qui se passe même à la frontière nord grâce au MAP. Si vous y mettez de la passion, nous aurons une Côte d’Ivoire paisible comme le souhaite le président de la République », a fait savoir Mme la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté.

Le patron de l’OSCS, Coulibaly Tiohozon Ibrahima, est allé dans le même sens en mettant en valeur le rôle « extrêmement » important du MAP dans la prévention et la gestion des conflits. Ce partenariat, espère-t-il, va contribuer à instaurer un climat de paix et renforcer la cohésion sociale, conditions nécessaires pour créer des emplois pour l’insertion des jeunes. « On ne peut pas avoir d’emplois sans la paix et le MAP contribue à cela. Les jeunes peuvent servir en même temps que moniteurs et d’acteurs de réponses rapides. L’OSCS contribuera à former les jeunes à la veille sur l’extrémisme violent qui menace les régions nord », a souligné le Directeur général de l’Observatoire. Dans ce partenariat, les membres du CNJCI jouent le rôle de moniteurs en animant le MAP tandis que l’OSCS va contribuer à la formation des jeunes sur les thématiques de la cohésion sociale, la prévention et la gestion des conflits.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Filets sociaux productifs

175.000 MENAGES RECEVRONT 36.000 FCFA PAR TRIMESTRE PENDANT 3 ANS

Grâce à un financement de la Banque mondiale, 175.000 nouveaux ménages bénéficieront d’allocations trimestrielles dans le cadre des filets sociaux productifs jusqu’en 2026. L’accord entre la partie ivoirienne et l’institution de Bretton Woods a été signé ce vendredi 10 juin 2022 au cabinet du ministre de l’Economie et des Finances situé à l’immeuble SCIAM, au Plateau.

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde DOGO, n’a pas caché sa joie devant cet engagement de la Banque mondiale qui soutient le Gouvernement ivoirien dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. « C’est au nom de toutes les personnes vulnérables, de tous nos concitoyens que ce financement va permettre de soulager et dont la résilience sera renforcée à travers les initiatives de mon département ministériel, que j’exprime ma joie pour la convention signée entre le Gouvernement et le partenaire, sur l'accord de financement du Programme axé sur les résultats pour le renforcement du système national des filets sociaux», s’est réjouie Myss Belmonde DOGO. « Je pense particulièrement à tous les défis qu’il nous sera davantage possible de relever au bénéfice des femmes, nos sœurs, de nos mamans, de nos filles. Car, il est vrai que la pauvreté, tout comme les risques qu’elle charrie, a généralement un visage féminin », a-t-elle ajouté.

Même satisfaction du côté du Ministre de l’Economie et des Finances, Coulibaly Adama, qui a pris l’engagement de « créer les conditions de succès de ce programme multisectoriel d’appui au système national des filets sociaux».

Pour Coralie Gevers, Directrice des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, cet appui a pour objectif d’étendre les bénéficiaires à 300.000 ménages qui pourront recevoir les transferts monétaires de 36.000 FCFA trimestriellement sur une période de 3 ans. A cela s’ajoute, l’encadrement des bénéficiaires par les agents communautaires sur les compétences de vie, l’entrepreneuriat et sur l’utilisation des fonds pour des activités génératrices de revenu (AGR).

Le Programme multisectoriel d’appui au système national des filets sociaux est exclusivement dédié à l’inclusion sociale des couches les plus défavorisées. Il s’inscrit dans le programme de la lutte contre la pauvreté engagée par le Gouvernement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Drame à Dignago

LE GOUVERNEMENT AU CHEVET DES FAMILLES ENDEUILLEES

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, s’est rendue ce dimanche 5 juin 2022 à Dignago, pour exprimer la compassion du Gouvernement aux familles des cinq femmes qui ont perdu la vie le 26 mai dernier alors qu’elles quittaient le champ, après la forte pluie qui s’est abattue, sur cette localité du département de Gagnoa.

Encore sous le choc, c'est dans une atmosphère de tristesse que les 3 familles d’origine Burkinabè endeuillées, ont été visitée par Mme Myss Belmonde Dogo. « Nous sommes venus vous présenter le « Yako » du Gouvernement, soyez forts et surtout garder la foi», a-t-elle compati.

Pour SoroBoukary, frère de l'un des époux, la présence de la Ministre est un soulagement. Selon lui, le Gouvernement est solidaire de toutes les communautés. « Cette visite de compassion ne nous étonne pas. Une fois de plus, la Ministre Belmonde Dogo manifeste la solidarité du Gouvernement, peu importe où nous vivons sur le territoire ivoirien » justifie-t-il, au nom de son frère aîné Soro Amidou, qui a perdu ses 3 épouses dans cette tragédie.

Guiro Sayouba et Sawadogo Nobilo, les deux autres veufs, qui ont perdu pour chacun d'eux leurs épouses, ce jeudi noir en fin d’après-midi, n’ont pas été oubliés. Dans un élan de solidarité, Myss Belmonde Dogo a apporté le soutien aux familles endeuillées à environ un million de francs CFA de dons.

« Les grandes douleurs sont muettes, nous n’avons eu besoin d’entreprendre des démarches administratives afin que la situation dans laquelle nous vivons soit prise en compte par l’Etat de Côte d’Ivoire. Nous saluons cette réactivité et solidarité qui s’est toujours manifestée auprès de la communauté burkinabè », a reconnu Yaméogo Nouaga Ahmed, délégué consulaire du Burkina Faso à Dignago.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre la vie chère

LES SUBVENTIONS DE L’ETAT DANS LE MOIS D’AVRIL S’ELEVENT A PLUS DE 182 MILLIARDS

Au mois d'avril 2022, les subventions décaissées par le Gouvernement ivoirien dans le cadre de la lutte contre la vie chère s’élevaient à 182,5 milliards de FCFA. Cette information a été publiée par Dr Ranie-Didice Bah-Koné, patronne du Conseil National de Lutte contre la Vie Chère (Cnlvc), au cours d’une rencontre avec l’Union nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) organisée le mardi 31 mai 2022, à Cocody, les 2 Plateaux.

Pour contenir la flambée des prix des produits de grande consommation, le Gouvernement ivoirien a décidé la subvention partielle des prix du gasoil, le plafonnement sur une période de trois mois des prix de l’huile raffinée, du sucre, du lait, du riz, de la tomate concentrée, la viande de bœuf et des pâtes alimentaires ou encore l’appui aux acteurs du vivrier afin de favoriser l’approvisionnement des marchés.

A ces mesures, il faut ajouter la subvention additionnelle au secteur blé-farine adoptée le 30 mars 2022. Ce sont 6,4 milliards de Francs CFA qui ont été payés par le Gouvernement le 27 mai 2022 aux opérateurs de la filière blé-farine. Cette subvention a été mise en place par l’État ivoirien en plus de l’exonération de droit de douanes consentie sur l’importation de blé.

Dr Ranie-Didice Bah-Koné, a exposé sur les moyens dont dispose le Ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME pour stopper la surenchère des prix des produits de grande consommation. « Notre législation est très claire. Les commerçants, en cas de pratiques spéculatives, s’exposent à trois (3) types de sanctions : une sanction pécuniaire, c’est-à-dire une amende qui part de 100.000 f cfa à 50 millions de f cfa en fonction de la quantité de produits mis en cause », a-t-elle déclaré. Concernant les sanctions administratives, il y a la fermeture immédiate du point de vente pour une période déterminée par le contrôleur, conformément à la législation. « Ce n’est pas l’un ou l’autre. Ça peut être l’un et l’autre... Ceux qui s’adonnent à ce genre de pratiques vraiment risquent gros », a-t-elle martelé.

La campagne de sensibilisation à l'alerte précoce pour la non-violence et la paix en milieu universitaire a été organisée sous l'égide de l'OSCS, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds pour la consolidation de la paix et Interpeace. Et ce, dans le cadre du projet ‘’Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’. Ce projet vise à contribuer à la prévention et à la gestion des conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiant(e)s, un modèle de leadership positif.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Universités de Cocody, Abobo-Adjamé et Bouaké

LES CELLULES D’ALERTE PRECOCE SENSIBILISENT A LA PAIX ET A LA NON-VIOLENCE

Les trois Cellules d'alerte précoce universitaires (CAPU) de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) ont organisé du 24 au 25 mai 2022, une campagne de sensibilisation à l'alerte précoce pour la non-violence et la paix sur les campus et les cités universitaires. Cette campagne s’est tenue le 24 mai à l’Université Félix d'Houphouët Boigny de Cocody et le 25 mai, simultanément au sein des Universités Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé et Alassane Ouattara de Bouaké.

Les animateurs de ces Cellules d’alerte précoce ont investi les amphithéâtres, les cités, les campus et bien d’autres espaces publics de leur Université, pour présenter à la communauté universitaire leurs missions ; expliquer aux étudiants la nécessité de contribuer au renforcement de la cohésion sociale sur les campus ; prévenir les violences et les crises universitaires ; présenter aux étudiants les mécanismes d’alerte précoce au sein des universités et au niveau national ; et inviter les étudiants à animer les CAPU.

Pour le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures, M. Eugène Bilé, cette campagne s’est bien déroulée dans les trois Universités, malgré les intempéries liées à la saison des pluies. « La campagne s’est bien déroulée dans l’ensemble. A Abidjan, les animateurs des Cellules d'alerte précoce des Universités Félix d'Houphouët Boigny de Cocody et Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé ont bravé la pluie pour sensibiliser la communauté universitaire à l’alerte précoce pour la paix et la non-violence. C’est le lieu de saluer l’engagement des étudiants bénévoles des trois universités qui ont accueilli cette campagne de sensibilisation. Malgré leurs occupations, ils prennent de leur temps pour contribuer à la promotion de la cohésion sociale », a-t-il déclaré.

La campagne de sensibilisation à l'alerte précoce pour la non-violence et la paix en milieu universitaire a été organisée sous l'égide de l'OSCS, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds pour la consolidation de la paix et Interpeace. Et ce, dans le cadre du projet ‘’Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’. Ce projet vise à contribuer à la prévention et à la gestion des conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiant(e)s, un modèle de leadership positif.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Kabadougou, Worodougou, Kodioussou…

LE GOUVERNEMENT SOLIDAIRE DES POPULATIONS VICTIMES DES TORNADES

Les localités de Koro (Région de la Bagoué), Kenegbê-sud et Babien (Région du Worodougou), Seguelon (Région du Kabadougou), Kodioussou (Région de La Mé) touchées récemment par des tornades ayant entrainé de nombreux dégâts matériels, ont bénéficié de la compassion et de la solidarité de l’Etat.

60 familles sinistrées à Séguelon

Les victimes de la tornade qui s’est abattue dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2022 sur la ville de Séguélon, située dans le département d’Odienné (Région du Kabadougou), ont reçu des dons de vivres, non vivres et en numéraire de la part du Gouvernement. Une délégation du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté s’est rendue dans la localité le 18 mai 2022 pour offrir 80 sacs de riz de 25 kg, 20 cartons d’huile, 15 cartons de tomate concentrée, 20 cartons de pâte alimentaire et 160 sacs de sel à la soixantaine de familles sinistrées. Il faut ajouter à cela 70 nattes à coucher, 20 cartons de savon, 200 bouilloires ainsi que 10 tonnes de ciment et 200 feuilles de tôle en plus de 1.000.000 FCFA destiné à toutes les couches de la population de la commune de Séguélon.

190 réserves alimentaires détruites à Koro

Ce dimanche 15 mai, une délégation du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a fait escale à Koro où de nombreuses habitations et autres infrastructures ont été détruites par de violents vents qui se sont abattus dans la nuit du 20 au 21 mars sur le village. Pour aider les populations à retrouver leur quiétude, le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a fait des dons de 20 tonnes de ciment, 300 feuilles de tôle, 2 tonnes de riz et autres produits de première nécessité. Joël Yves Kouadio, Chef de Cabinet du Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, a salué le courage des populations et la solidarité des cadres envers les populations sinistrées. « J'ai trouvé à Koro, un peuple résilient, debout. Sachez que madame la Ministre Belmonde Dogo partage la douleur que vous avez ressentie entraînant de nombreux dégâts. Nous avons connu pareils cas à Man, Séguéla et l'Etat a toujours soutenu les victimes. C'est la volonté du Président Alassane Ouattara de mettre la Côte d'Ivoire à l'abri de tels sinistres », a-t-il précisé. Ce sont au total 9 commerces et 2 logements d’instituteurs décoiffés, 190 réserves alimentaires et 3 clôtures qui ont cédé face à la violence de la tempête.

15 millions de FCFA pour Kodioussou

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde DOGO s’est rendue le samedi 14 mai 2022 à Kodiossou, dans le département d’Alépé (Région de la Mé), pour apporter le soutien du Gouvernement aux populations victimes d’une tornade survenue le 26 mars 2022. Les sinistrés ont reçu des dons composés de 4 tonnes de riz, de 40 cartons de savon, de 25 cartons d’huile, de 20 cartons de tomate, de 80 nattes, de 15 tonnes de ciment et de 200 feuilles de tôle destinés à réhabiliter l’Eglise catholique et l’école également décoiffées par ces vents violents. Le montant de ces dons en nature et en numéraire s’élève à 15 millions de FCFA.

Avant ces trois régions, le Gouvernement avait apporté son aide aux victimes des tornades des régions du Bounkani, du Tonpki, du Gôh et du Bélier.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Campagne de sensibilisation

L’OSCS VISITE LE BUREAU DES ACTIONS SOCIALES DES ARMEES

Monsieur Eugène Bilé, chef du Département de la communication et des relations extérieures (DCRE) de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS), a conduit ce mercredi 18 mai 2022, une délégation au camp Gallieni où il a été reçu par le Colonel Moké David, chef du Bureau Actions sociales des armées. Cette visite initiée dans le cadre de la campagne de sensibilisation menée par l’OSCS, avait pour objectif de présenter l’Observatoire et d’échanger sur la mise en place d’un cadre de collaboration avec l’armée concernant la collecte des données.

M. Bilé a expliqué à son hôte que l’OSCS est un organe de veille, d’alerte et d’aide à la décision du Gouvernement qui s’intéresse à toutes les situations susceptibles de troubler la quiétude des populations. Il a élaboré 151 indicateurs pour mesurer objectivement l’état de la solidarité et de la cohésion sociale à partir des données tangibles. Dans cette veine, un Mécanisme d’alerte précoce (MAP) alimenté par les faits rapportés par des moniteurs bénévoles, permet d’établir des rapports d’incidents et un rapport hebdomadaire qui sont remis au Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

L’OSCS souhaite avoir un point focal au sein de l’armée afin qu’il contribue à la collecte des faits comme c’est le cas avec la Gendarmerie Nationale, le Groupement des Sapeurs-pompiers militaires et l’ONPC dont les données journalières ou hebdomadaires recueillies par l’OSCS alimentent le MAP.

Le Colonel Moké David s’est dit satisfait de cette séance d’échanges et s’est engagé à transmettre cette doléance à sa hiérarchie qui indiquera la démarche à suivre.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Insertion des moniteurs

L’OSCS SOLLICITE L’AGENCE EMPLOI JEUNES

Une équipe de la direction régionale de l’Agence Emploi Jeunes d’Abobo conduite par Monsieur Thierry Baïbo a été reçue ce mardi 17 mai 2022 au siège de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) à son siège d’Angré 7è Tranche par le Directeur de la Communication et des Relations publiques (DCRE), Monsieur Eugène Bilé.

Pour M.Eugène Bilé, les offres de l’Agence Emploi Jeunes sont une opportunité d’insertion pour les moniteurs de l’OSCS en quête d’emploi. Une campagne de sensibilisation va être menée à l’endroit de ces bénévoles pour qu’ils saisissent toutes les offres d’emploi, de stage, de financement de projets offerts par l’Agence. L’OSCS entend ainsi apporter sa contribution à tous ces jeunes moniteurs qui animent son Mécanisme d’alerte précoce.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Animation du mécanisme d’alerte précoce

L’OSCS VISITE LES ETUDIANTS MUSULMANS

Dans sa volonté d’étendre son réseau de moniteurs d’alerte précoce, une délégation de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), conduite par le Chef de département de la Communication et des relations extérieurs (DCRE), Monsieur Eugène Bilé, a rencontré le 12 mai 2022 le président de l’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI), à son siège sis à Cocody, Riviera 2.

Au cours de cette visite, Monsieur Eugène Bilé, a présenté l’OSCS qui relève du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, ses missions et son Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) basé sur un réseau de moniteurs bénévoles recrutés sur l’ensemble du territoire. Les alertes données par ces moniteurs permettent au Gouvernement d’anticiper sur les crises ou de régler les situations conflictuelles mais aussi d’apporter un soutien aux populations touchées par des catastrophes naturelles. C’est dire que ces moniteurs jouent un grand rôle pour le renforcement de la solidarité et la cohésion sociale, a fait savoir M.Bilé.

M. Bilé a indiqué que cette visite s’inscrit dans le cadre d’une perspective de collaboration entre l’OSCS et l’AEEMCI dans le cadre du recrutement des moniteurs dans les 8500 villages de la Côte d’Ivoire.

Le président de l’Association, l’Amir Brahima Dembélé, quant à lui, a apprécié la démarche de l’OSCS et s’est surtout réjoui de son Mécanisme d’Alerte Précoce basé sur son réseau de moniteurs. Le premier responsable de l’AEEMCI a promis de faire le nécessaire pour aider l’OSCS à couvrir les différentes localités du pays à travers ses membres résidents.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Service civique

LE GOUVERNEMENT PREND DE NOUVELLES MESURES

Le gouvernement ivoirien a décidé de modifier le la loi n° 2019-872 du 14 octobre 2019 instituant le Service Civique. Il a, lors du Conseil des ministres du mercredi 4 mai 2022, adopté un projet de loi qui vise plusieurs objectifs, notamment renforcer le cadre légal du Service Civique afin de le mettre en adéquation avec l’apparition de nouveaux défis et les aspects internationaux de certains dispositifs de cette activité ainsi qu’avec les objectifs de passage à échelle fixés par le Gouvernement.

Ce projet de loi « ouvre la participation au Service Civique à une frange beaucoup plus importante de la population avec l’abattement de l’âge minimum d’éligibilité à quatorze (14) ans et la suppression de l’âge plafond », lit-on dans le communiqué. En plus d’ouvrir de manière « exceptionnelle » du Service Civique à des non ivoiriens, cette nouvelle disposition prévoit une attestation de participation à cette activité citoyenne, qui peut être utilisée « en lieu et place du certificat de position militaire exigé pour les concours d’accès à la Fonction publique ».

Invité à une émission sur une chaîne de télé privée, le Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, M. Mamadou Touré, a rappelé que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour la prise en charge des jeunes. Pour lui, il faut un redressement moral en Côte d‘Ivoire sinon tous les efforts du gouvernement seront vains. Il a annoncé que d’ici à 2025, ce sont 60 mille jeunes qui seront formés aux valeurs citoyennes dans des centres de services civiques.

Cet encadrement se fera grâce à des dispositifs sous formes de service militaire ou de volontariat. Ils seront formés pendant 9 mois dont 3 mois de service militaire et 6 mois à un métier de la vie. En collaboration avec la ministre de l’Education nationale, les élèves de Côte d’Ivoire seront instruits sur les notions du civisme et de citoyenneté.

Dans cette veine, le Directeur général de l’Office National du Service Civique (ONSC), M.Mamadou Touré, invité à la tribune « Tout savoir » organisée par le CICCG, a annoncé la construction de 14 centres destinés à l’éducation civique des jeunes d’ici 2023. Selon lui, les premiers centres ont commencé à sortir de terre sur le site de l’ex Société omnisports de l’armée à Bouaké. Ils vont s’ajouter à ceux de Sassandra, Bimbresso, Boundiali et M’Bahiakro.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Promotion de la solidarité et de la cohésion sociale

RADIO ABOBO S’ENGAGE A ACCOMPAGNER L’OSCS

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a effectué le 11 mai 2022, une visite auprès des responsables de la Radio Abobo installée au sein de la mairie de cette commune. Et ce, dans le cadre de la tournée d'information et de sensibilisation dans les organes de presse et les organisations professionnelles des médias. Une activité initiée par l'OSCS depuis l'an dernier. La délégation, avec à sa tête le chef de Département de la Communication et des Relations Extérieures (DFRE), Monsieur Eugène Bilé a présenté la structure, ses missions ainsi que son Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) animé par un réseau de moniteurs bénévoles. Ceux-ci rapportent au quotidien des situations qui mettent à mal ou raffermissent la cohésion sociale dans les différentes localités du pays. A la fin de sa communication, il a sollicité le soutien de la radio pour étendre auprès des auditeurs la sensibilisation sur les notions de solidarité, de cohésion sociale et d'alerte précoce.

A la suite de la présentation de Monsieur Bilé, le Directeur de ce média appartenant à la commune dirigée par la Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, Mme Kandia Camara, Monsieur Yves Doumbia a indiqué que toute la radio est prête à accompagner l’Observatoire dans ses activités pour atteindre ses objectifs. « Les portes de Radio Abobo vous sont ouvertes. C’est votre radio. Nous ferons de grandes choses ensemble », a-t-il rassuré. De fructueuses échanges entre les deux directeurs notamment sur la récurrence des incendies et les inondations dans cette période de pluies ont mis fin à la rencontre.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Economie sociale et solidaire

LA COTE D’IVOIRE PREPARE SA FEUILLE DE ROUTE

Le Ministère de la Solidarité et de la lutte contre la Pauvreté veut placer l’Economie sociale et solidaire (ESS) au cœur de ses actions. Pour relever ce défi majeur, il a sollicité l’expertise du cabinet Deloitte pour mieux maitriser le périmètre et les implications de ce concept de développement en vogue. A l’ouverture de l’atelier organisé le 5 mai au Radison Blu, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo, a levé un coin du voile sur les avantages de l’ESS pour les populations. C’est un concept qui selon elle, promeut des valeurs et des principes centrés sur les besoins des individus et de leur communauté. Elle fait appel aux entreprises et aux organisations et cherche à concilier la réussite économique avec l’équité et la justice sociale. L’objectif de cette formation est de permettre à tous les acteurs concernés de disposer des outils nécessaires pour la mise en place institutionnelle et le pilotage de l’ESS en Côte d’Ivoire.

La reconnaissance de l’ESS reste l’un des plus importants challenges en Côte d’Ivoire où ce concept est très peu connu par les concepteurs de stratégies de développement, selon la Ministre Belmonde Dogo. « En Côte d’Ivoire, nous disposons de plusieurs organisations, coopératives et associations notamment les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) qui entrent dans le cadre des actions de l’ESS, mais nous n’avons pas encore l’ancrage institutionnel qui permet de mieux structurer ce concept à l’instar de certains pays de la sous-région et de l’occident », a relevé Myss Belmonde DOGO.

Elle a invité ses collaborateurs à cerner les concepts clés de l’ESS afin qu’ils soient efficaces dans sa mise en pratique. « Le choix de chacun ici présent se justifie, non seulement par votre position et la place qui est due dans l’élaboration de la stratégie future dans ce domaine spécifique, mais également par votre capacité à apporter une meilleure contribution dans sa mise en œuvre», a insisté Mme la Ministre.

La compréhension de l’ESS, la législation et réglementation, la gestion de projet, la création d’emplois et anticipation des métiers générés par ce concept sont entre autres les thématiques abordées par les participants. L’Observation de la Solidarité et de la Cohésion (OSCS) était représenté par son Directeur général, M.Coulibaly Tiohozon Ibrahima. Cette séance de travail devrait déboucher à l’élaboration d’une feuille de route de la mise en place de l’ESS en Côte d’Ivoire.

L’ESS sera débattue au cours de la 110e réunion de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) qui aura lieu du 27 mai au 11 juin prochains à Genève.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement des capacités

LES AGENTS DE L’OSCS FORMES EN MANAGEMENT DES PERFORMANCES

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion (OSCS) poursuit son programme de renforcement des capacités du personnel. Ce jeudi 7 mai 2022 à son siège de Cocody-Angré 7è tranche, les agents de l’Observatoire ont été formés en management des performances des équipes et sur les principes du développement personnel.

Le formateur du jour, Dr Drissa Koné, chercheur à l’Institut d’Ethno-Sociologie à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, a développé la notion de leadership devant les chefs de département, les sous-directeurs, les chefs de service et le responsable de l’unité du personnel. « On ne manage pas les êtres humains mais plutôt les objets. Il faut développer le leadership chez les hommes en leur communiquant des valeurs susceptibles de réveiller leur potentialité », a-t-il conseillé. Selon lui, pour diriger une équipe, il faut fixer des objectifs clairs contenus dans la vision communiquée par le leader.

Le second module a porté sur les principes du développement personnel qu’il a défini comme la maturation de soi.

Le Directeur de la Communication et des Relations extérieurs (DCRE), M. Eugène Bilé représentant le DG de l’OSCS, a salué cette formation qui vise à accroitre les performances des agents afin d’atteindre les objectifs fixés à cette structure placée sous la tutelle du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté. « Cette formation va nous permettre d’être assez outillé pour relever tous nos défis », a-t-il dit tout en remerciant le formateur pour disponibilité.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Tornades à Sangouiné et Bogouiné

MYSS BELMONDE DOGO APPORTE LE SOUTIEN DU GOUVERNEMENT AUX SINISTRES

La Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde DOGO, s’est rendue le 28 avril 2022 à Glolé 1 (Sangouiné) et à Gouékangouiné (Bogouiné) pour apporter l’aide du Gouvernement aux populations de ces deux villages victimes de tornades qui ont détruit leurs habitations. Au nom du Gouvernement, elle a offert à Glolé 110 sacs de riz, 50 cartons de tomate, 15 cartons d’huile et 70 cartons de pâtes alimentaires. La localité a également bénéficié de 10 tonnes de ciment, 40 cartons de savon, 80 nattes, 300 tôles, 50 bouilloires et des dons en numéraires qui s’élèvent à 2 700 000 FCFA. Le tout d’une valeur de plus de 10 millions.

A Gouékangouiné, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté a fait un don en vivres, en non vivres et en numéraire de plus de 21 millions de FCFA. Ce sont 344 sacs de riz, 100 cartons de tomate, 70 cartons d’huile et 230 paquets de pâtes alimentaires pour les vivres. Dans cette veine, les populations ont bénéficié de 25 tonnes de ciment, 220 nattes à coucher, 150 bouilloires et 700 tôles, et un appui financier d’une valeur de plus de 2 millions de FCFA.

Accompagnée du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le Général Vagondo DIOMANDE ainsi que des élus et des cadres, filles et fils de la région, elle a salué la solidarité des populations qui ont volé spontanément au secours de ceux des leurs touchés par le sinistre. Elle a été touchée par ces valeurs ancestrales de solidarité qui n’ont pas disparu en ces temps dits modernes où l’individualisme prend de plus en plus de place dans la société. « Comme un seul homme, vous avez manifesté à l’égard de vos frères dans la détresse, beaucoup de solidarité, d’assistance et d’amour. Des valeurs propres à nos traditions africaines », s’est réjouie Myss Belmonde DOGO. «En pareille circonstance, au regard de l’étendue des dégâts causés, il est naturel que la nation soit à vos côtés. C’est justement la raison pour laquelle j’ai tenu à effectuer ce déplacement en dépit des contraintes qui ont été les nôtres ces derniers temps », a-t-elle ajouté.

En mars dernier, les sous-préfectures de Sangouiné et Bogouiné, dans le département de Man, ont été frappées par des tornades. A Glolé 1, plusieurs habitations et le foyer des jeunes ont été endommagés par la tornade. Gouékangouiné a connu des dommages plus importants avec des ménages, des lieux de cultes et des établissements scolaires décoiffés.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Mécanisme d’alerte précoce

L’OSCS ET LE CONSEIL NATIONAL DES JEUNES DE CÔTE D’IVOIRE VEULENT MUTUALISER LEURS EFFORTS

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) veut renforcer sa collaboration avec le Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI) dans l’animation de son Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) en vue de prévenir les crises et consolider la paix. Tel était l’objet d’une rencontre qui a réuni ce mardi 26 avril 2022, au siège de l’OSCS, le président du CNJCI M. Diabaté Ibrahima et des responsables de l’OSCS dont le chef du Département de la Communication et des Relations Publiques (DCRE) de l’OSCS, M.Bilé Eugène, qui représentait le Directeur Général, M.Coulibaly Tiohozon Ibrahima.

Selon M.Bilé, l’OSCS qui ambitionne d’avoir des moniteurs dans tous les villages de Côte d’Ivoire, compte sur l’implication des leaders de jeunesse pour qu’ils soient à la fois des moniteurs et des acteurs de réponse en cas de nécessité. « Nous vous invitons à jouer votre rôle citoyen à travers l’animation du MAP. Nous souhaitons signer une convention avec le CNJCI pour acter cette collaboration », a-t-il fait savoir. M.Bilé a rappelé qu’au sein des commissions régionales de l’OSCS, le CNJCI est représenté par des leaders de jeunesse qui apportent des réponses et s’impliquent dans le règlement des conflits et autres situations.

M.Diabaté Ibrahima a souligné que l’une des 10 thématiques traitées par le CNJCI s’intéresse à la gestion et à la résolution des crises avec en son sein un système d’alerte précoce qui apporte des solutions aux alertes diffusées sur des plateformes WhatsApp. Le CNJCI est disposé à travailler de concert avec l’OSCS dans le cadre de la prévention ou de la résolution des crises qui pourraient survenir partout en Côte d’Ivoire, a-t-il promis. Dans ce partenariat, l’OSCS s’est engagé à renforcer les capacités des moniteurs du CNJCI dans l’animation du MAP.

La présentation du Système Intégré de Production d’Informations Stratégiques en matière de Solidarité et de Cohésion sociale (SIPGIS-SCS) visible à partir d’un écran installé dans la salle de situation de l’OSCS a mis fin à la rencontre.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Décorée dans l’Ordre du Mérite de la Solidarité

LA MONITRICE LOUAME GUELE CHRISTINE DEDIE SA MEDAILLE A L’OSCS

Le 6 septembre 2021 restera une date mémorable pour Mme Louamé Guélé Christine, monitrice de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), à San Pedro. Cette bénévole a été décorée au grade de Chevalier dans l’Ordre du Mérite de la Solidarité par la Madame la ministre de de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, lors de la célébration de la Journée Nationale de la Solidarité (JNS) organisée à San Pedro.

Ce mardi 26 avril 2022, l’heureuse récipiendaire a tenu à présenter sa médaille et son diplôme à l’OSCS à qui elle dédie sa distinction. « Je suis venue de San Pedro pour saluer les responsables de l’OSCS pour tout l’honneur qu’ils m’ont fait en me choisissant parmi les moniteurs. Je vous remercie pour l’intérêt que l’OSCS porte à mon égard. Cette distinction est un honneur pour moi et ma famille. », a-t-elle affirmé la voix pleine d’émotion devant le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures (DCRE), M. Bilé Eugène Bilé accompagné par les Sous-Directeurs, M. Kouakou Kouamé Mathurin et Doumbia Mahamadou.

La remise de la médaille par la ministre Myss Belmonde Dogo devant les autorités administratives et la foule, a fait d’elle « une star » aux yeux de ses camarades curieux de connaitre le secret de cette distinction. « Lors de la cérémonie, tout le monde était surpris de me voir parmi les personnalités qui allaient être décorées. Chacun se posait la question de savoir ce que je fais dans la vie pour mériter cette distinction. Une amie a répondu que je fais du « kpakpatyoyta », c’est-à-dire que je rapporte les faits », a-t-elle dit.

M. Bilé Eugène a salué la démarche de Mme Louamé qui s’est déplacée jusqu’au siège de l’OSCS pour présenter sa médaille glanée « hautement » grâce à son assiduité et au travail bien fait.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Drame des deux fillettes emportées par les eaux à la Riviera Bonoumin

LA MINISTRE BELMONDE DOGO EXPRIME LA COMPASSION DU GOUVERNEMENT AUX FAMILLES ENDEUILLEES

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo, est allée dire le « Yako » du Gouvernement le samedi 23 avril 2022, à la Riviera Bonoumin, aux familles des deux fillettes qui ont été emportées par les eaux de pluie. Elle a fait savoir qu’il était impératif de s’associer à la douleur des familles qui subissent cette dure épreuve. « Nous nous devons d’être solidaires de tous ceux qui vivent sur le territoire ivoirien, qu’ils soient nationaux ou non », a-t-elle déclaré.

La Ministre Myss Belmonde Dogo, a, au nom du gouvernement fait don de 2 millions de F Cfa aux familles Zampo et Kiéma qui ont perdu leur progéniture. Le témoin du drame, Sango Pabouré, a été récompensé pour son courage et son acte de bravoure à hauteur de 300.000 F Cfa.

Aussi a-t-elle tenu à faire une précision après une visite du point de chute des victimes et du bassin d’orage, guidée par son collègue en charge de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, M. Bouaké Fofana et des agents de l’Office National de l’Assainissement et du Drainage (ONAD), en vue de mieux comprendre la cause de la disparition des deux enfants. « La chute des deux enfants n’est pas due à un mauvais état de l’ouvrage de canalisation. Elles ont traversé ce passage interdit et ont été surprises par le courant de l’eau qui les a malheureusement emportées », a précisé la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

Les corps sans vie de deux fillettes ont été repêchés le vendredi 22 avril 2022 matin dans un bassin à la Riviera Bonoumin. Blandine et Noriatou, âgées respectivement de 8 et 10 ans, ont été en effet emportées, par les eaux de ruissellement après la forte pluie de la veille, jeudi 21 avril dernier. Elles tentaient de traverser un gros ravin pour rallier leur lieu de culte à leur domicile en compagnie d’une voisine de quartier et une autre petite fille de sept ans. Les défuntes étaient membres d’une petite communauté burkinabè installée sur des sites en construction ou dans des habitations de fortune en périphérie d’un gros ravin de canalisation séparant les quartiers Riviera Attoban et Riviera Bonoumin et qui relie plusieurs communes de la ville d’Abidjan.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Animation des cellules d'alerte précoce universitaires

L'OSCS ET L’UNFPA LANCENT UN BULLETIN D'INFORMATION

L’environnement universitaire va s’enrichir bientôt d’un nouveau support de communication.Il s’agit du Bulletin d’information des Cellules d’alerte précoce universitaires (CAPU), dénommé ‘‘Campus Alerte’’. L’information a été donnée lors d’un atelier de renforcement des capacités des rédacteurs de ce bulletin qui s’est tenu du 21 au 22 Avril 2022, à l'Hôtel Palm Club, sis au Deux Plateaux. Venus des trois Cellules d'alerte précoce des Universités Alassane Ouattara de Bouaké, Félix Houphouët Boigny de Cocody et Nangui Abrogoua d'Abobo-Adjamé, ces rédacteurs, au nombre de 15, ont été outillés en matière de ‘‘Technique d'écriture journalistique’’.

Cet atelier organisé par l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), intervient dans le cadre du projet "Contribution à la construction d'une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l'espace universitaire en vue d'une paix durable en Côte d’Ivoire". Les travaux ont été meublés par deux modules de formation, des échanges et des exercices pratiques. Le module 1 (Initiation à l'écriture journalistique) a été animé par M. Abou Adam, journaliste et Chef de Service Relations Publiques à l’OSCS. Tandis que le Module 2 (Appropriation de la ligne éditoriale et des rubriques du Bulletin d'information des CAPU a été animée par M. Doumbia Mahamadou, journaliste et Sous-Directeur des Relations Publiques et de la Diffusion à l’OSCS.

Selon M. Eugène Bilé, Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures, représentant le Directeur Général de l’OSCS, cette session de formation marque le lancement dudit bulletin qui sera un moyen de relais et de plaidoyer en matière d’informations relatives à la cohésion sociale, à la solidarité et à l’alerte précoce en milieu universitaire. Il a encouragé les participants pour leur engagement et les a exhortés à s'approprier les enseignements et les techniques de cette session de formations afin de rédiger des articles de qualité et relayer des informations vraies, objectives et crédibles. Pour M. Krizoua Léon, Chef de projet à l’UNFPA et Chef du projet "Contribution à la construction d'une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l'espace universitaires en vue d'une paix durable en Côte d’Ivoire", il était utile de rappeler l'importance du maintien d'un environnement de paix, du bon fonctionnement des CAPU dans le milieu estudiantin et du soutien indéfectible de l'UNFPA face aux violences basées sur le genre et autres pratiques néfastes auxquelles sont confrontés les étudiants et les étudiantes. Cela nécessite donc que les informations puissent être relayées par le canal d’un bulletin d’information. D’où la formation des rédacteurs de ce support de communication.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté

LE CHEF DE CABINET EN VISITE A L’OSCS

Le Chef de cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, M. Kouadio Yves Joël a effectué une visite le mardi 19 Avril 2022, à l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) situé à Angré 7ème tranche, près du pont. Il s’agissait pour lui de sacrifier à la tradition, après sa nomination il y a quelques semaines, en se présentant aux travailleurs, en vue de connaître leur structure.

L’objectif de l’hôte de l’OSCS est aussi de toucher du doigt les préoccupations des agents dans les services et mieux les adresser afin de les soumettre à Madame la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté. « Je pars avec l’idée qu’il y a des préoccupations que Monsieur le Directeur Général a bien voulu partager avec moi, pendant nos échanges. J’ai pris bonne note. Je vais les transmettre à Madame la Ministre et œuvrer à ce que des solutions idoines leur soient adressées », a-t-il promis sous les ovations de l’assistance, au cours d’une brève réunion qui a réuni les Chefs de département, les Sous-Directeurs et les Chefs de services de l’OSCS.

Le Directeur Général de l’OSCS, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima a salué cette visite. « Nous sommes toujours heureux de recevoir le cabinet, ici dans nos locaux hors du Plateau où se trouve le siège de notre ministère. La visite d’un premier responsable du cabinet nous fait plaisir et nous revigore dans nos missions. Merci Monsieur le Chef de cabinet pour avoir pris de votre temps pour venir à nous », a-t-il indiqué. Après la réunion, Monsieur le Chef de Cabinet a visité les bureaux des agents, sous la conduite de Monsieur le Directeur Général de l’OSCS assisté de ses deux chefs de départements.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement des capacités

LES AGENTS DE L’OSCS OUTILLES EN COLLECTE DES DONNEES

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) fait du renforcement des capacités de ses agents son credo. C’est dans cette optique qu’un atelier de formation en techniques et outils de collecte des données a été organisé ce jeudi 14 avril 2022 à son siège situé à Cocody-Angré, 7ème tranche non loin du pont. La tâche est revenue au Chef du Département des Etudes et de la Prospective (DEP) de l’OSCS, Pr KAKOU Fato Patrice, d’animer cette séance de formation à l’endroit des agents qui mènent des études et des recherches dans le cadre de la mission assignée à cette structure placée sous la tutelle du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté. Le professeur KAKOU a, dans le premier module, expliqué les techniques qui permettront de mieux aborder une méthodologie de collecte suivant les approches aussi bien qualitatives que quantitatives. Il a développé les techniques de collecte des données qui permettront d’élaborer les meilleures stratégies d’approche du terrain par l’enquêteur.

M. Eugène BILE, Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures (DCRE), a salué cette formation qui va accroitre l’efficacité des agents. « Cette initiative répond à nos besoins et traduit ce que nous devons être, c’est-à-dire une structure qui fait des études pour anticiper sur certaines situations de crise. Pour remplir notre mission, il nous faut être outillé », a-t-il affirmé. Et d’ajouter : « L’OSCS a mené des études mais a eu recours à des expertises hors maison. Cette formation vient corriger cette anomalie en nous formant à la collecte des données ».

Cette séance a été nourrie par des échanges qui ont enrichi tous les participants qui n’en demandaient pas mieux.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Promotion de la solidarité et de la cohésion sociale

L’OSCS rencontre les responsables de fréquence 2 et Fraternité matin

Une délégation de l'observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) avec à sa tête le chef de Département de la Communication et des relations extérieures, M. Eugène Bilé a rencontré ce 12 Avril la Directrice de Fréquence 2, Madame Mariam Coulibaly épouse Kouadio dans les locaux de la radio.

La délégation a présenté l'OSCS et ses missions puis a sollicité la radio à travers sa directrice pour étendre la sensibilisation sur les notions de solidarité, de cohésion sociale et d'alerte précoce aux auditeurs de ladite radio. M. Bilé a aussi présenté le Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS basé sur un réseau de moniteurs bénévoles.

La Directrice qui s'est réjouie de la démarche de ses hôtes a profité pour faire des observations pertinentes et fait des propositions qui pourraient permettre à l’OSCS d’atteindre ses objectifs de visibilité et de sensibilisation des populations à l’animation de son Mécanisme d’Alerte Précoce.

Notons que hier, 11 Avril, la délégation était dans les locaux du quotidien gouvernemental fraternité matin. Elle y a rencontré les journalistes en présence de la rédactrice en chef et du Directeur de publication.

Ces rencontres s'inscrivent dans le cadre de la tournée d'information et de sensibilisation dans les Organes de presse et les organisations professionnelles des médias, qu’organise l'observatoire depuis l'an dernier.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Prévention des conflits

LA COTE D’IVOIRE PARMI LES PAYS PRIORITAIRES DE LA STRATEGIE DU GOUVERNEMENT AMERICAIN

La Côte d’Ivoire fait partie des Etats prioritaires du gouvernement américain dans la mise en œuvre de sa stratégie décennale pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité dans certains pays du monde. L’information émane d’un communiqué publié conjointement par les Départements d’État, du Trésor, de la Défense des USA et de l’Agence américaine pouru le développement international (USAID), le vendredi 1er avril 2022.

Cette décision du gouvernement américain intervient quelques jours après la visite de travail qu'a effectuée le Premier Ministre, Patrick Achi, aux États-Unis, du 12 au 17 mars 2022.

Au cours de son dernier séjour américain, Patrick Achi avait évoqué avec le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, les enjeux de sécurité sous-régionale et la crise entre la Russie et l’Ukraine.

« Le gouvernement américain va de l’avant dans un esprit de partenariat avec quatre pays et un groupe régional de pays pour mettre en œuvre la stratégie décennale des États-Unis visant à prévenir les conflits et à promouvoir la stabilité », indique le communiqué.

Selon le communiqué, la consolidation de la paix et la prévention des conflits sont plus que jamais nécessaires, et les États-Unis se réjouissent de la perspective de travailler avec d’autres pays pour créer un monde plus pacifique.

A travers la mise en place de cette stratégie, les États-Unis réaffirment leur engagement à renforcer la résilience mondiale et le renouveau démocratique, et à promouvoir des nations pacifiques et autonomes qui deviennent des partenaires économiques et sécuritaires des USA.

Le succès de cette stratégie exigera un leadership fort, de la patience, de la créativité et une relation constructive avec les cinq pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Benin, Ghana, Guinée et Togo) ciblés.

Pour rappel, plus de 400 militaires de plus de 10 nations africaines partenaires et alliées ont participé à Flintlock (exercice annuel militaire et policier combiné, dirigé par l’Afrique) 2022 en Côte d’Ivoire, du 15 au 28 février 2022.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Actions de solidarité

LA MINISTRE MYSS BELMONDE DOGO SOULAGE PLUSIEURS FAMILLES EN DEUIL

‘‘Dimanche de la Solidarité’’ est un concept initié par le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté pour visiter des ménages partout en Côte d’Ivoire, dans le but de partager des moments de peine mais aussi de joie, dans la solidarité réparatrice et agissante. Cette opération a débuté le dimanche 3 avril 2022 dans les communes de Yopougon et Koumassi où la Ministre Myss Belmonde Dogo a traduit la compassion du Gouvernement à deux familles endeuillées.

A Yopougon, quartier Sapeurs-pompiers, elle a partagé la douleur de la famille Samassi qui a malheureusement perdu un de ses membres âgé de 40 ans, dans un incendie le 30 mars dernier. Au nom du Président de la République, un montant de 1 200 000 F CFA et des vivres ont été remis à la famille du défunt. Même geste de compassion à Koumassi, au quartier Sicogi 3 où la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté s’est rendue au chevet de la famille Dodoz qui a malheureusement perdu trois de ses membres les 14, 17 et 23 mars dernier des suites de courtes maladies.

Le Chef de Cabinet, Joël Yves Kouadio, a adressé des mots de réconfort à la famille frappée par ce deuil particulier avant de l’assurer du soutien du Gouvernement. « Il y a des pertes en vie humaine tellement dramatiques qu’elles ne peuvent laisser indifférentes nos autorités, d’où la présence de la Ministre à vos côtés. Perdre trois membres d’une même famille en l’espace de 10 jours constitue une épreuve très difficile», a-t-il expliqué. Au nom du Gouvernement, plus de 2 millions de F CFA et des vivres ont été remis à la famille éplorée en guise de soutien. Les porte-paroles des deux familles ont traduit leur reconnaissance à l’endroit de Madame la ministre Myss Belmonde Dogo et au Président de la République pour ce geste.

A Treichville, comme promis, elle est retournée chez Seyni Onon Diallo, âgée de 103 ans qu’elle avait visité il y a un mois pour lui remettre un appareil auditif afin qu’elle retrouve l’ouïe. La centenaire présentait depuis près de 2 ans un problème d’audition qui rendait difficile la communication avec les autres. Traduisant sa reconnaissance, tous les membres de la famille Diallo ont formulé des bénédictions à l’endroit du Gouvernement et de la Ministre afin de continuer l’œuvre de solidarité envers des personnes qui sont dans le besoin.

Pour Mme Myss Belmonde Dogo, « ces actions entrent dans le cadre du concept ‘‘Dimanche de la solidarité’’ qui se tiendra deux fois dans le mois pour visiter des familles et communautés afin de parler de solidarité préventive, participative, réparatrice et agissante». C’est une initiative qui s’inscrit dans la vision d’une Côte d’Ivoire solidaire, vœu cher au Président de la République Alassane Ouattara. « Comme le dit le Président de la République, aucun Ivoirien, où qu'il se trouve, peu importe ses opinions, quel qu'il soit, ne sera laissé pour compte », a-t-elle indiqué.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Temps des jeûnes

LE GOUVERNEMENT SOLIDAIRE DES CHRETIENS ET DES MUSULMANS

Permettre aux chrétiens et aux musulmans d’observer le jeûne dans les meilleures conditions, tel est l’objectif du Gouvernement qui a tenu à manifester sa solidarité à l’endroit des fidèles de ces deux confessions religieuses durant cette période de spiritualité. Cette solidarité se manifeste à travers des dons en vivres aux deux communautés religieuses dont les périodes de jeûne coïncident cette année. Les catholiques qui ont débuté le carême depuis le 9 mars 2022, ont été les premiers bénéficiaires de cette solidarité du gouvernement.

Ainsi le 22 mars, CARITAS, structure sociale de l’Eglise Catholique, a reçu des vivres et non-vivres (sacs de riz, cartons d’huile, pâtes alimentaires, sel, sucres, lait, chocolat en poudre, café, cartons de savon et de Javel) d’un montant évalué à 85 millions de Fcfa des mains de la Ministre Anne Désirée Ouloto au nom du Gouvernement. « Nous sommes certes les membres du Gouvernement, nous sommes aussi des hommes et des femmes politiques. Nous conduisons donc les destinées de notre pays. Cela ne doit pas nous faire oublier nos origines et nos contraintes en tant que croyants. A travers nos missions, nous vivons aussi notre foi chrétienne. Notre foi de fils et de filles de l’Eglise. C’est la raison pour laquelle, Monsieur le Premier Ministre au nom du Président de la République et de son épouse nous a instruits à l’effet de venir soutenir nos frères et sœurs qui vivent ce temps de carême » a déclaré la ministre Anne Désirée Ouloto.

Ces dons seront distribués dans les différents diocèses et séminaires catholiques du pays. Même geste de solidarité du gouvernement à l’endroit des musulmans qui ont débuté le jeûne le 2 avril 2022. Comme il l’a fait avec les chrétiens, le Ministre Gouverneur Robert Beugré Mambé a offert 2,5T de vivres d’une valeur de 10 millions Fcfa au Conseil Supérieur des Imams, des Mosquées et des Affaires Islamiques (COSIM) ce vendredi 1er avril à son siège de Bingerville-Akandjé. Le même jour, la maire d’Abobo, la Ministre Kandia Camara a offert 41T de sucre et 13T de riz aux Imams de sa commune. Dans cette veine, il faut s’attendre aux dons du chef de l’Etat et d’autres membres du gouvernement aux fidèles musulmans.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre les violences en milieu universitaire

La CELLULE D’ALERTE PRECOCE DE L’UFHB DOTEE EN MATERIEL INFORMATIQUE

La Cellule d’Alerte Précoce de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody (CAP-UFHB) a reçu ce jeudi 31 mars 2022 un ordinateur des mains du chef de département de la Communication et des Relations extérieures de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), M. Eugène Bilé et au nom du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Dr Tanoh Laura, responsable du service de la vie universitaire de l’UFHB, a réceptionné l’outil informatique et a remercié l’OSCS pour ce geste qui vient apporter un coup d’accélérateur aux activités de la Cellule d’Alerte Précoce.

Séance tenante, le matériel a été remis au coordonnateur de la Cellule, Yobouet Parfait qui s’est dit soulagé par le don. « Ce matériel nous aidera à mener à bien les missions qui nous sont assignées. Soyez en rassurés, nous en feront bon usage », a-t-il dit.

M. Eugène Bilé a quant à lui, félicité et encouragé la Cellule pour le travail « formidable » mené sur le terrain et a encouragé ses membres à œuvrer pour le maintien de la paix sur le campus.

Ce matériel remis à la CAP-UFHB s’inscrit dans le cadre du projet : «Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire». Une initiative conjointe de partenaires techniques et financiers que sont le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et l’ONG Interpeace. Ce projet est mis en œuvre au sein des trois plus grandes universités de Côte d’Ivoire confrontées à des violences qui influencent les autres universités. Il vise à contribuer, à prévenir et à mieux gérer les conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiants un modèle de leadership positif.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Vie associative

MUTUELLE LA-SOLIDARITE SALUE L’ENGAGEMENT DE L’OSCS

La participation des agents de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) à la séance de fitness organisée le 5 mars 2022, a été bien appréciée par la Mutuelle des Agents du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté dénommée « Mutuelle La-Solidarité ». M. YEO Gbamballi, Président de ladite mutuelle a, lors de sa visite ce jeudi 31 mars 2022 au siège de l’OSCS situé aux II-Plateaux 7ème tranche, dit sa reconnaissance à l’OSCS.

Accompagné par une délégation forte de six membres de son bureau, le Président a salué cette participation de l’OSCS à sa première manifestation organisée à la faveur de la Journée Internationale de la Femme (JIF). « Nous tenons à exprimer notre gratitude au Directeur Général de l’OSCS pour son soutien ferme à notre activité inaugurale. Notre mutuelle a eu du succès grâce à l’OSCS. Nous attachons une grande considération à l’OSCS », a-t-il affirmé. Eugène Bilé, Chef du Département de la Communication et des Relations extérieures de l’OSCS, s’est réjoui de cette visite de la Mutuelle qui a permis à de nombreux agents de renouer avec le sport lors de cette séance de fitness. Il a rassuré ses hôtes du soutien de l’OSCS à toutes les activités qu’organisera la Mutuelle. « Vous pouvez compter sur nous chaque fois que cela sera nécessaire », s’est engagé M. Bilé au nom du DG, Ibrahima Tiohozon Coulibaly.

La mutuelle au cours de cette visite a offert des présents aux premiers responsables de l’OSCS.

Pour sa prochaine activité, la mutuelle prévoit une sortie détente.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Amélioration du bulletin d’information de l’OSCS

LES REDACTEURS FORMES A LA TECHNIQUE D’ECRITURE JOURNALISTIQUE ET DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS

L’Observateur de la cohésion sociale, le bulletin d’information et de plaidoyer de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), veut faire un bond qualitatif en matière de redaction des articles. Pour relever ce défi, les capacités des redacteurs de ce bulltin trimestriel ont été renforcées ce jeudi 24 mars 2022 au cours d’un atelier organisé au siège de l’OSCS situé à Cocody-Angré 7ème Tranche, sous le regard de son Directeur général, M. Tiohozon Ibrahima Coulibaly.

La tâche est revenue au chef du Service des Relations Publiques, Abou Adam, d’animer cette seance de formation qui avait pour objectif de renforcer les capacités des rédacteurs de « L’Observateur de la Cohésion Sociale » afin d’améliorer leur niveau d’écriture journalistique et de traitement des informations collectées de façon professionnelle et impartiale.

CLe formateur Abou Adam a passé en revue les règles de base à suivre pour écrire des articles riches en information avec des titres attrayants adaptés à un bulletin maison. Le choix du surtitre, du titre, de l’angle, de la chute, du style a fait l’objet d’échanges enrichissants entre le formateur et les rédacteurs qui n’en demandaient pas mieux. Le second module a porté sur la réappropriation de la ligne éditoriale et des rubriques de « L’Observateur de la Cohésion Sociale ».

Cette seance de formation a été fort bien appreciée par les rédacteurs de « l’Observateur de la cohésion sociale » qui ont pris l’engagement de fournir des articles de qualité. Tout en saluant ce renforcement des capacités, le Directeur Général de l’OSCS a souhaité que chaque rédacteur se mette à la tâche afin que les prochains numéros du bulletin soit de qualité irréprochable.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Ferké : animation du Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS

35 MONITEURS INITIES A LA COLLECTE DE FAITS ET INCIDENTS

Ferkessédougou va disposer de moniteurs chargés d’animer le Mécanisme d’alerte précoce (MAP) mis en place par l’Observatoire de la Solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) pour prévenir les cas de conflit. Les 35 « sentinelles » qui vont veiller à la collecte et au rapportage des faits ainsi qu’aux incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale dans le Tchologo, ont entamé une formation de deux jours (17 et 18 mars 2022) sous la houlette du chef de Département de la Communication et des Relations Extérieures de l’OSCS, M. Eugène Bilé.

A l’ouverture de l’atelier à l’hôtel « Le château », il a exprimé sa reconnaissance aux participants qui ont accepté d’être des moniteurs de l’OSCS à Ferkessédougou pour contribuer à enrayer la violence afin de réduire les tensions sociales entre les groupements et les communautés. «Vous avez accepté volontiers de devenir des monitrices et moniteurs d’alerte précoce de l’OSCS. Nous vous en remercions. C’est un engagement que vous avez pris pour servir la cause de la paix, pour contribuer à rendre plus paisibles et plus vivables nos cités en contribuant au renforcement de la cohésion sociale par l’alerte », s’est satisfait M. Eugène Bilé. Même son de cloche chez le premier adjoint au maire de Ferkessédougou. C’est avec soulagement que sa ville accueille cet atelier de formation de ces jeunes qu’ils considèrent comme des ambassadeurs de la paix de la localité. « Je vous voudrais encourager les nouveaux moniteurs de Ferkessédougou à œuvrer dans le sens de la sauvegarde et du maintien de la cohésion sociale et de la paix (…) nous en avons besoin car sans cela, les acteurs que nous sommes auront du mal à satisfaire nos populations qui d’ailleurs attendent beaucoup de notre part », a-il souhaité.

Cette séance de renforcement des capacités s’inscrit dans le cadre du projet : « Initiative des jeunes leaders (Hommes et Femmes) engagés pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire (IJEP) initié par l’Ong Care International dont le but est de soutenir la transformation des jeunes en catalyseurs pour la paix. Les participants seront formés entre autres aux notions de solidarité, de cohésion sociale et au MAP de l’OSCS.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le Secrétaire général 2 de la préfecture de Ferkesedougou qui avait à ses côtés le directeur régional du ministère de l’Emploi et de la Protection sociale, Touré Ladji. Cet atelier fait partie d’une série de sessions de formation entamées depuis janvier par Abidjan et Daoukro.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Célébration de la Journée Internationale de la Femme

M. COULIBALY TIOHOZON IBRAHIMA AUX DAMES DE L’OSCS : « NOUS VOUS TEMOIGNONS NOTRE SOUTIEN DANS LE COMBAT POUR LA RECONNAISSANCE DE VOS DROITS »

Les femmes de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) ont été célébrées, le 8 mars 2022 au siège de la structure, sis à Angré 7ème Tranche (Cocody). Organisée dans le cadre de la Journée internationale de la femme (JIF), cette célébration vise, à en croire le Directeur Général, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, à marquer une pause, le temps de témoigner la reconnaissance de tout le personnel, et particulièrement des hommes, aux femmes de la structure. « Mesdames, nous sommes là pour vous dire combien de fois vous comptez pour nous. Nous sommes là pour vous témoigner notre soutien dans le combat de la reconnaissance de vos droits. Que Dieu fasse que la lutte pour vos droits aboutisse à l’égalité des chances», a-t-il déclaré.

Mme Marie Louise Ballo née Dan Tro, Agent Comptable, a au nom de « ses sœurs », remercié le Directeur Général pour son engagement aux côtés des femmes de l’OSCS, à travers cette célébration depuis 2017. «Merci Monsieur le Directeur Général pour tout ce que vous faites chaque année pour que cette journée soit célébrée à l’OSCS », a-t-elle indiqué.

Cette cérémonie de célébration a été meublée par la proclamation des résultats du Prix d’excellence des meilleurs travailleurs de l’année 2021. Ainsi, Mme Kossa Léontine, Chef du service Formation à été désignée meilleure agent de l’année. Tandis que le 2ème Prix a été décerné à M. Fofana Mamadou et le 3ème à M. Ferdinand Mekapeu. Alors agents au cours à l’OSCS, ils ont tous deux promus respectivement, Sous-directeur des Études Techniques et Chef du service Planification et Suivi-évaluation, en février 2022.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Daoukro / Renforcement des capacités

DE NOUVEAU MONITEURS DE L’OSCS FORMES EN COLLECTE ET RAPPORTAGE DES FAITS ET INCIDENTS

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a organisé un atelier de formation de nouveaux moniteurs et monitrices du 28 février au 1er mars 2022 dans la ville de Daoukro. Cet atelier intervient dans le cadre d’une série de sessions de formation organisée dans le cadre du projet « Initiative des Jeunes (hommes et femmes) Engagés pour la consolidation de la Paix », en partenariat avec l’ONG CARE International. Cet atelier de formation vise à renforcer les capacités des nouveaux moniteurs et monitrices en collecte et rapportage des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale.

Il s’agissait de présenter l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale ; d’expliquer aux moniteurs et aux monitrices les notions de solidarité, de cohésion sociale et leurs implications; de leur présenter le mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS ; de leur faire connaître les faits ou incidents en lien avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale; de leur apprendre les techniques de collecte et de rapportage des faits et incidents ; et de les sensibiliser à l’animation efficace du mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS.

Selon le Chef du Département de la Communication et des Relations Publiques de l’OSCS, M. Eugène Bilé, au regard de la participation massive de la jeunesse dans la commission des actes de violence pendant les différentes crises que la Côte d’ivoire a connues, l’OSCS et CARE International sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, ont décidé de mettre à contribution dans la lutte contre la violence et les tensions sociales entre les groupements et entre les communautés.

« Ces jeunes qui sont des acteurs clés de toutes les formes de violences enregistrées dans nos localités, constituent aussi une force indéniable pour la construction d’une paix durable dans nos sociétés. C’est donc à juste titre que CARE International, notre partenaire, a initié ce projet et y a associé le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, qui par son expertise, entreprend des activités de formation pour l’atteinte des objectifs du projet », a déclaré M. Eugène Bilé. Il a aussi saisi l’opportunité pour prodiguer de sages conseils aux nouveaux moniteurs.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Animation du mécanisme d’alerte précoce

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DE NOUVEAUX MONITEURS A ABIDJAN

De nouveaux moniteurs du mécanisme d’alerte précoce de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), recrutés dans les communes de Treichville, Koumassi, Port-Bouët, Yopougon et Abobo, participent depuis ce lundi 21 Février 2022, à un atelier de formation sur la collecte et le rapportage des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion, à l’hôtel La Rose Blanche, sis à Cocody.

La cérémonie d’ouverture de cette session de formation s’est tenue en présence de M. Bilé Eugène, Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures de l’OSCS, représentant le Directeur Général ; Mme Kouakou Marie-Josée, Représentant la Directrice régionale du Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, et par ailleurs, Secrétaire Technique de la Commission Régionale de l’OSCS dans le District d’Abidjan ; et M. Issiaka Ouattara, représentant l’ONG CARE International, qui en est le partenaire technique et financier.

Pendant deux jours de travaux (21 au 22 Février), les participants seront outillés par les formateurs, Mme Kossa Léontine (Chef du Service Formation à l’OSCS) et M. Mékapeu Gueu Ferdinand (Chef du Service Planification et Suivi-Evaluation à l’OSCS) sur les modules suivants : ‘‘Les notions de solidarité et de cohésion sociale’’ ; ‘‘L’alerte précoce et la prévention des conflits’’ ; ‘‘La présentation et le mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS’’ ; ‘‘Les techniques de collecte et de rapportage des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale’’.

M. Bilé Eugène a exhorté les participants à tirer le maximum de cet atelier pour être des moniteurs et monitrices efficaces dans l’animation du mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS pour le renforcement de la cohésion sociale. « Je vous invite à vous approprier cette formation afin de vous ériger en véritables artisans de la paix par un engagement ferme à l’animation du Mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS », a-t-il souhaité, non sans remercier le partenaire CARE International, pour son appui au renforcement de la paix en Côte d’Ivoire. Le représentant de l’ONG CARE International a, quant à lui, salué le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, et particulièrement, l’OSCS pour la tenue de cet atelier. Il a aussi présenté le contexte du projet et ses attentes aux participants.

Notons que cet atelier qui prend fin ce mardi 22 février, est organisé dans le cadre du projet « Initiative des jeunes leaders (Hommes et Femmes) engagés pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire - (IJEP) », dont le but est de soutenir la transformation des jeunes en catalyseurs de la paix. Des ateliers du même genre seront organisés dans les jours à venir, à Daoukro et Ferkessédougou.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Soirée de remise des Ebony 2021

ADAMA BAKAYOKO DE RADIO CÔTE D’IVOIRE REMPORTE LE PRIX SPECIAL DE LA SOLIDARITE ET DE LA COHESION SOCIALE

La 23ème édition de la Soirée de remise des Ebony 2021 s’est ténue le Samedi 18 décembre 2021, autour de la piscine de l’Hôtel Président de Yamoussoukro. Le Prix spécial Ebony de la Solidarité et de la Cohésion Sociale de cette grande cérémonie de distinction a été remporté par le journaliste Adama Bakayoko de Radio Côte d’Ivoire. Institué par l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) en partenariat avec l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, ce prix récompense la meilleure production journalistique de l’année réalisée sur les questions relatives aux thématiques de la solidarité et de la Cohésion sociale.

Le lauréat a travaillé sur le modèle de règlement de conflits éleveurs-agriculteurs dans la localité de Korhogo. Pour lui, l’idée d’initier ce prix, est d’abord une décision très importante qui mérite d’être saluée et encouragée. Et c’est ce qui a motivée son choix de réaliser une enquête sur la problématique du règlement des conflits dans nos communautés. « J’ai toujours été engagé sur les questions liées à la cohésion sociale, à travers ma collaboration avec plusieurs ONG. Donc quand j’ai appris qu’un prix a été institué pour faire la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale, j’ai décidé de travailler sur le mode de règlement des conflits entre éleveurs et agriculteurs dans les localités du nord du pays. Et Dieu merci, le jury a décelé la pertinence de mon article et m’a décerné le prix. Merci aux organisateurs et à l’Observatoire pour cette initiative qui mérite d’être soutenues à travers nos productions », a-t-il expliqué.

Il a reçu les chaleureuses félicitations du Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima. « Je suis très heureux de la remise de ce premier Prix spécial Ebony de la Solidarité et de la Cohésion Sociale que nous avons décidé d’instituer avec l’autorisation de la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté afin d’impliquer davantage les médias dans la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale sur tout le territoire national. Il s’agit pour nous de permettre aux journalistes qui très souvent ont été accusés à tort ou à raison d’être à l'origine des violences ou du moins de contribuer à les amplifier, de s’engager dans la promotion de la solidarité et de la cohésion sociale, en sensibilisant à travers leurs productions les populations à adopter les valeurs de solidarité, de rassemblement, d’union, de cohésion et de paix. Et voir ce soir, un journaliste de Radio Côte d’Ivoire, la radio national, remporter ce prix est pour nous un signal fort qui va inciter tous les journalistes à produire de plus en plus des articles sur des sujets importants relatifs à la solidarité et à la cohésion sociale», a-t-il déclaré. Il faut noter que le Prix Super Ebony de cette soirée, le grand Prix, a été raflé par le journaliste Bohoussou Kouassi d’Adjamé FM. Au total 18 prix ont été remis, dont 1 super prix ; 4 prix dans les catégories Presse écrite, Presse numérique, Radio et Télévision ; et 13 Prix spéciaux.

Source :Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre les violences en milieu universitaire

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DES MEMBRES DE SES CELLULES D’ALERTE PRECOCE

Des membres des Cellules d’alerte précoce des Universités Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Nangui-Abrogoua d’Abobo-Adjamé et Alassane Ouattara de Bouaké participent depuis lundi 6 décembre 2021, à Jacqueville, à un atelier de formation en suivi participatif des violences dans les espaces universitaires et en techniques de sensibilisation. Organisé par l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD, cet atelier vise à contribuer à la prévention et à la gestion des conflits en milieu universitaire, à travers des mécanismes participatifs. Il s’inscrit dans le cadre du projet ‘‘Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’. Ce projet est une initiative conjointe de partenaires techniques et financiers que sont le PNUD, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’ONG Interpeace.

Pendant les travaux de cet atelier qui se tient en deux sessions de formation, les 53 participants sont instruits sur les notions de solidarité et de cohésion sociale ; la prévention des conflits ; les missions des Cellules d’Alerte Précoce Universitaires (CAPU) ; les techniques de collecte des faits et des incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale ; et les techniques pour mener à bien la sensibilisation dans leur milieu d’étude respectif. Après une première session qui a réuni les membres de la Cellule d’alerte précoce de l’Universités Félix Houphouët-Boigny de Cocody du 6 au 7 décembre, l’atelier se poursuit avec une seconde session qui réunit du 9 au 10 décembre les membres des Cellules d’alerte précoce des Universités Nangui-Abrogoua d’Abobo-Adjamé et Alassane Ouattara de Bouaké.

Pour le Directeur Général de l’OSCS, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima, cet atelier donne l’opportunité d’amplifier les acquis des premières sessions de formation mais aussi de faire autant que nécessaire des ajustements dans l’animation des Cellules d’Alerte Précoce Universitaires avec leurs membres. « Au regard de la qualité des participants et de l’engagement de tous, je voudrais espérer que cet atelier atteindra ses objectifs pour une Cellule d’alerte précoce plus dynamique et plus efficace au service de la communauté universitaire », a-t-il souhaité, lors de la cérémonie d’ouverture. Quant à la représentante du PNUD, Mme Attiouman Brigitte, elle a indiqué que cet atelier vient à point nommé car il permettra aux membres des Cellules d’alertes précoces d’être mieux outillés en tant que leaders d’opinion. « Soyez tous des acteurs et animateurs des Cellules d’alerte précoce mises à votre disposition, en véhiculant des messages de cohésion et de paix », a-t-elle déclaré.

Source :Département de la Communication et des Relations Extérieures

NOTE D’INFORMATION RELATIVE A LA TOURNEE D’INFORMATION ET DE SENSIBILISATION DE L’OSCS DANS LES ENTREPRISES DE PRESSE ET LES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DES MEDIAS

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), organe de veille et d’alerte, effectue du 8 Novembre au 8 Décembre 2021 une tournée d’information et de sensibilisation dans les organes de presse et les organisations professionnels des médias.

Cette tournée vise à rencontrer les professionnels du secteur des médias, pour leur présenter l’OSCS, ses missions, ses actions et solliciter leur implication dans la promotion de la solidarité et le renforcement de la cohésion sociale. Il s’agit de voir dans quelle mesure, les médias peuvent contribuer dans le cadre d’actions synergiques avec l’OSCS, à la promotion de l’alerte précoce, de la solidarité et de la cohésion sociale, en vue d’une paix durable.

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a pour objectif de contribuer au renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale entre les composantes de la nation. Conformément à ses missions, l’OSCS développe des actions de sauvegarde et de promotion de la solidarité et de la cohésion sociale ; collecte, traite et diffuse les informations relatives aux indicateurs de la solidarité et de la cohésion sociale ; évalue l’état de la solidarité et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire, etc.

L’OSCS est donc un instrument au service du gouvernement pour l’aider à renforcer la solidarité et à sauvegarder la cohésion entre les communautés vivant sur tout le territoire national.

Source :Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre les violences en milieu universitaire

L’UNFPA équipe les Cellules d’alerte précoce de l’OSCS en matériels informatiques

L’Observatoire de la Solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) a, par le biais de son Directeur Général, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, réceptionné le 20 octobre 2021, des mains du représentant résident adjoint du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Côte d’Ivoire, M. Alain Akpadji, 60 tablettes informatiques. Il s’agit pour le donateur de renforcer les cellules d’alerte précoce des Universités Alassane Ouattara de Bouaké (UAO), Nangui-Abrogoua d’Abobo-Adjamé (UNA) et Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody (UFHB). La cérémonie de remise de cet important matériel informatique s’est tenue dans les locaux de l’OSCS en présence de plusieurs organisations internationales.

Ce don en matériel informatique s’inscrit dans le cadre du projet ‘‘Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’. Ce projet est une initiative conjointe de partenaires techniques et financiers que sont le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et l’ONG Interpeace. Il vise à contribuer, à prévenir et à mieux gérer les conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiants, un modèle de leadership positif.

Lire plus Lire moins

Action de solidarité à Téhini (Bounkani)

LE GOUVERNEMENT REMET DES DONS AUX RÉFUGIÉS BURKINABÉS

Le 30 septembre 2021, le Gouvernement ivoirien a manifesté à Téhini, dans la région du Bounkani, sa solidarité aux 3.000 réfugiés burkinabés de l’attaque djihadistes survenue le 12 septembre 2021 au village de Farakorosso (sud-est du Burkina-Faso).

C’est un stock de vivres et non-vivres d’une valeur de 50 millions de F CFA et un don en numéraire de 2.100.000 F CFA que la Ministre de Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, a offert au nom du Gouvernement. Elle était accompagnée des ministres Vagondo Diomandé, de l’Intérieur et de la Sécurité et Kaba Nialé, du Plan et du Développement.

En marge de cette remise de dons, M. Vincent Ouloto, qui représentait l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) dans la délégation du Gouvernement, a saisi l’opportunité pour rencontrer l’un des moniteurs d’Alerte Précoce de l’OSCS dans la localité de Téhini, M. Atta Edouard. Ce fut l’occasion pour lui, de lui transmettre les remerciements et les encouragements de la structure, pour son engagement bénévole dans le renforcement de la cohésion sociale.

Monitoring de la cohésion sociale et technique des causeries éducatives

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DES JEUNES ET DES TRAVAILLEURS SOCIAUX

Dans le souci de renforcer l’efficacité de son mécanisme d’alerte précoce, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a organisé trois ateliers de formation à l’intention des moniteurs de l’OSCS et des jeunes issus des plateformes mises en place par l’ONG Care International à Abidjan (dans les communes de Treichville, Koumassi et Port-Bouët), Daoukro et Ferkessédougou. Ces sessions de formation qui ont porté sur le monitoring de la cohésion sociale et la technique des causeries éducatives, se sont tenues à Abidjan du 23 au 24 Août, à Daoukro du 26 au 27 Août et à Ferké du 15 au 16 Septembre.
Cette activité, organisée avec l’appui financier de l’ONG Care International, s’inscrit dans le cadre du projet IJEP : « Initiative des Jeunes (Hommes et Femmes) Engagés pour la consolidation de la Paix ». Au cours de ces sessions, les formateurs ont instruit les participants sur cinq modules de formation. Il s’est agi des notions de solidarité et de cohésion sociale, des outils de prévention des conflits, du mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS, des techniques de collecte et de suivi des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale et de la technique des causeries éducatives.

Le représentant de l’ONG CARE International, M. Issiaka Ouattara a salué le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté (MSLP) pour la tenue de ces ateliers, puis a présenté le contexte du projet et ses attentes. « Nous sommes engagés aux côtés de l’Etat de Côte d’Ivoire à œuvrer de sorte à ce que la jeunesse ne puisse pas être utilisée comme acteur de violence mais plutôt comme partisan de paix », a-t-il indiqué.

Lire plus Lire moins

Journée Nationale de la Solidarité 2021

DEUX MONITEURS DE L’OSCS ELEVES AU RANG DE CHEVALIER DANS L’ORDRE DU MERITE DE LA SOLIDARITE

Mme Luame Guele Christine et M. Coulibaly Abou, moniteurs d’alerte précoce de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) à San-Pedro, ont été élevés au rang de Chevalier dans l’Ordre du Mérite National de la Solidarité, pour leur engagement dans le renforcement de la cohésion sociale. La cérémonie de distinction s’est tenue le 6 Septembre 2021, à l’occasion de la célébration officielle de l’édition 2021 de la Journée Nationale de la Solidarité (JNS) dans cette ville côtière. Ces deux récipiendaires, animateurs du Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) de l’OSCS ont reçu chacun des mains de Madame la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo, une médaille et un diplôme d’honneur.

Placée sous le thème ''La solidarité, valeur nationale pour une Côte d’Ivoire unie’’, les festivités de la JNS 2021 ont été meublées par une conférence inaugurale couplée d’un panel qui a réuni toutes les forces vives de la localité autour dudit thème, le 4 septembre. Il y a eu aussi un match de football auquel a pris part Madame la ministre, le 5 septembre. Aussi, l’évènement était placé sous le parrainage du Maire de San-Pedro, le ministre Anoblé Miézan Félix et le patronage du Premier ministre Patrick Achi, représenté pour la circonstance par la ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Mme Anne Désirée Ouloto.

Lire plus Lire moins

Média / Promotion de la solidarité et de la cohésion sociale

L’UNJCI et l’OSCS instituent un Prix spécial Ebony

L’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) ont signé, ce jeudi 9 Septembre 2021, une convention de partenariat instituant officiellement le Prix spécial de la solidarité et de la cohésion sociale. Annoncé depuis l’année dernière, ce prix qui fait son entrée sur la précieuse liste des Prix spéciaux décernés par l’UNJCI, à l’occasion de la Soirée des Ebony, est parrainé par l’OSCS, sous l’égide du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté.

Les deux parties étaient représentées par M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, Directeur Général de l’OSCS et M. Coulibaly Jean Claude, Président de l’UNJCI. Ils étaient accompagnés de leurs proches collaborateurs.

Selon M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, « dans le cadre de sa mission de contribuer au renforcement de la solidarité et de sauvegarder la cohésion sociale entre toutes les composantes de la nation ivoirienne, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale a constaté que les médias ont été souvent accusés, à tort ou à raison, d'être à l'origine des violences ou du moins, de contribuer à les amplifier, à travers leurs plumes et leurs micros. Leur engagement dans la promotion de la soliodarité et de la cohésion sociale s’avère donc nécessaire ».

C’est pourquoi, soutient-il, l’OSCS a décidé d’initier en partenariat avec l’UNJCI, un prix sectoriel, dans le cadre de la Nuit de la Communication (Soirée des Ebony), en vue de récompenser la meilleure production journalistique qui traite de la solidarité ou de la Cohésion Sociale.

Lire plus Lire moins

Séance de travail entre les DG de l’OSCS et de l’ONPC

Le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima a rendu le 17 Août, une visite de courtoisie et de travail au Directeur Général de l’Office National de la Protection Civile (ONPC), au siège de ladite structure. Au cours de cette visite, le DG de l’OSCS a présenté la structure (qui relève du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté), ses missions et son Mécanisme d’Alerte Précoce, basé sur un réseau de moniteurs d’alerte précoce pour le renforcement de la solidarité et la cohésion sociale. M. Coulibaly a indiqué à son homologue que cette visite s’inscrit dans le cadre d’une perspective de collaboration entre les deux structures. Il a rappelé les démarches entreprises auprès du précédent directeur général de l’ONPC, qu’il fallait poursuivre avec la nouvelle équipe dirigeante.

Le DG de l’ONPC, le Préfet hors grade, AMANKOU Kassi Gabin quant à lui a apprécié la démarche et s’est surtout réjoui du Mécanisme d’Alerte Précoce de l’OSCS avec son réseau de moniteurs, qui jouent un rôle important et pourraient servir de relais pour les sensibilisations menées par l’ONPC. Pour finir, il a promis que l’ONPC prendra toute sa place auprès de l’OSCS dans le renforcement de la solidarité et la cohésion sociale dans le cadre d’une collaboration fructueuse.

Etaient présents à cette séance le Chef de Département de la Communication et des relations extérieures de l’OSCS, M. Eugène Bilé et M. Ningan Moussa de la même structure et des Colonels Yéo Marius et COSNARD Jean Luc et Mme DEGNIFO Rachel de l’ONPC.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Définition de la valeur de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale

l’OSCS met en mission 115 agents enquêteurs sur tout le territoire national

Dans le cadre de l’étude de collecte de données relatives aux indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, auprès des ménages et des structures administratives, organisée par le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS), en collaboration avec l’Institut National de la Statistique (INS), 115 agents enquêteurs ont été déployés sur tout le territoire national, depuis le lundi 16 août 2021.

Après une formation du 5 au 11 août 2021, au Lycée Technique d’Abidjan-Cocody, ces agents ont reçu leurs kits de travail le samedi 14 août. Pendant un mois, ils sillonneront toutes les régions de la Côte d’Ivoire, pour recueillir auprès des ménages, du corps préfectoral et des chefs traditionnels, des informations nécessaires au renseignement des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale de sources ménages.

Le renseignement de ces indicateurs et ceux de sources administratives va permettre de définir la valeur de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS), au titre de l’année 2021.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Visite à la DR du ministère de la Femme, Famille et de l’Enfant d’Abidjan

Une délégation de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), avec à sa tête, M. Bilé Eugène, Chef de Département de la Communication et des Relations extérieures, s’est rendue le 18 Août dernier à la Direction régionale du ministère de la Femme, Famille et de l’Enfant d’Abidjan.

Cette visite de courtoisie a été l’occasion pour Monsieur Bilé de présenter à la nouvelle Directrice régionale (DR), Mme Diaby Alioune Mariam, l’OSCS, ses missions, son Mécanisme d’Alerte Précoce avec son réseau de moniteurs et ses commissions régionales. Il a également expliqué à la DR, sa collaboration avec l’OSCS, en tant que Secrétaire Technique de la Commission régionale de l’OSCS d’Abidjan, installée depuis le 28 juin 2018.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Valeur de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale 2021

L’OSCS forme 115 agents enquêteurs à la collecte de données

Le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) organise depuis le 5 août 2021, un atelier de formation à l’endroit de 115 agents enquêteurs, au Lycée Technique d’Abidjan-Cocody. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la définition de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) qui permettra d’apprécier objectivement l’état de la solidarité et de la cohésion sociale.

Au cours de cette session de formation qui durera 7 jours (du 5 au 11 août), 115 agents enquêteurs s’approprieront les différents questionnaires. Ils apprendront également les techniques d’administration desdits questionnaires, d’identification et de délimitation des sites d’enquête, du dénombrement des ménages et de l’organisation pratique de la collecte de données auprès des ménages et des autorités administratives. Cette formation qui se déroule avec le soutien technique de l’Institut National de la Statistique s’achèvera par une phase pratique sur terrain au cours de laquelle les enquêteurs mettront en pratique les connaissances et aptitudes acquises. A la fin de la formation, une évaluation des participants permettra de retenir les meilleurs agents pour la phase suivante.
Les agents ainsi retenus seront déployés sur le terrain dans leurs différentes localités afin de recueillir auprès des ménages, du corps préfectoral et des chefs traditionnels, les informations nécessaires au renseignement des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale de sources ménages. Le renseignement de ces indicateurs et de ceux de sources administratives devra permettre de définir la valeur de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale pour l’année 2021.

Dans son allocution d’ouverture de l’atelier de formation, le Directeur Général de l’OSCS, Monsieur COULIBALY Tiohozon Ibrahima, a exprimé sa gratitude et celle de Madame la Ministre en charge de la solidarité à l’ensemble des participants pour leur disponibilité et leur engagement. « Il faut que nous relevions le défi de doter la Côte d’Ivoire du premier indice de solidarité et de cohésion sociale. C’est un engagement patriotique que nous prenons», a-t-il déclaré. Il a, en outre, saisi l’opportunité pour saluer et féliciter les participants qui sont en majorité des moniteurs et monitrices du Mécanisme d’Alerte Précoce de l’OSCS. Pour finir, il les a exhortés à maintenir le cap de l’engagement pour l’étape de terrain qui suivra cette session de formation.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Visite des structures sous tutelle

L’OSCS reçoit Madame la ministre Myss Belmonde Dogo

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), sis aux Deux Plateaux 7ème Tranche dans la commune de Cocody, a vécu une ambiance particulière ce lundi 26 juillet 2021. Il a eu l’honneur de recevoir la visite de la patronne de son ministère de tutelle, la Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Madame Myss Belmonde Dogo. Accompagnée d’une forte délégation, elle a été accueillie dans une ambiance chaleureuse par tout le personnel de l’OSCS.

Cette visite a donné lieu à une présentation du Directeur Général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, Monsieur Coulibaly Tiohozon Ibrahima. Il a rappelé la création et les missions de sa structure et énuméré les réalisations majeures de l’OSCS. Notamment la mise en place d’un Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) avec un réseau de plus de 2500 moniteurs couvrant l’ensemble des sous-préfectures, le développement d’un Système Intégré de Production et de Gestion de l’Information Stratégique en matière de Solidarité et de Cohésion Sociale (SIPGIS-SCS), l’installation de 25 Commissions Régionales, l’enquête d’opinion sur le niveau de la solidarité et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire (2016), l’élaboration des Indicateurs de Solidarité et de Cohésion Sociale (2019), l’installation de 3 Cellules Universitaires d’Alerte Précoce (2021).

Au titre des perspectives, il a indiqué que la définition de la valeur de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) tous les 2 ans afin d’apprécier l’état de la Solidarité et de Cohésion Sociale, reste une activité importante à réaliser. A la fin de cette présentation, Madame la Ministre a félicité le Directeur Général de l’OSCS et l’a exhorté à poursuivre le renforcement du Mécanisme d’Alerte Précoce.
Cette visite de la Ministre Myss Belmonde Dogo a été également marquée par la tenue de la réunion hebdomadaire de cabinet, à la salle de situation de l’OSCS. « L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale a accueilli ce matin la réunion de cabinet, occasion pour nous de notifier à ses agents et plus généralement à nos collaborateurs directs notre attachement aux valeurs qui fondent la solidarité », a déclaré Madame la ministre sur sa page Facebook. La rencontre s’est achevée par une visite guidée du siège de l’établissement.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Animation du Mécanisme d’Alerte Précoce

L’OSCS RENFORCE LES CAPACITES DES JEUNES D’ABIDJAN, DE DAOUKRO ET DE FERKE

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a organisé du 22 au 23 juin et du 14 au 15 juillet 2021, avec l’appui financier de l’organisation CARE International, deux ateliers de formation à l’endroit des jeunes de trois communes d’Abidjan (Port-bouët, Koumassi et Treichville) et deux de l’intérieur (Daoukro et Ferkessédougou).

Ces ateliers de formation visent à renforcer les capacités techniques des moniteurs, des monitrices et des membres des plateformes issues des structures formelles et informelles, à l’animation efficace du Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) de l’OSCS. Ils se situent dans le cadre du projet Initiative des jeunes (hommes et femmes) engagés pour la consolidation de la paix (IJEP), initié par CARE International.

Au cours de ces deux sessions de formation, il s’est agi entre autres pour les formateurs, d’expliquer aux participants les notions de solidarité et de cohésion sociale, de prévention des conflits et de leur présenter le mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS. Les participants ont aussi appris les techniques de collecte et de suivi des faits et incidents en lien avec la solidarité et la cohésion sociale. Des cas pratiques ont permis aux participants de mieux comprendre le processus de collecte et de rapportage des faits.

Lire plus Lire moins

Grave Accident sur l’autoroute du nord

La ministre en charge de la solidarité aux côtés des victimes

Une délégation du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, avec à sa tête Madame la ministre Myss Belmonde Dogo s’est rendue le 15 Juillet 2021, à l’hôpital St Jean-Baptiste de Bodo (N’Douci) au chevet des blessés de l’accident survenu le 14 Juillet aux environs de 19h30, sur l’autoroute du nord, voie Pk 108.
Après s’être entretenue avec le personnel administratif et les élus locaux, Madame Myss Belmonde Dogo, a effectué une visite auprès des blessés hospitalisés. Au nom du Président de la République Alassane Ouattara et sur instruction du Premier ministre Patrick Achi, elle est allée exprimer les condoléances du Gouvernement aux familles éplorées et souhaiter prompt rétablissement aux blessées. Elle a aussi remis la somme de 150 000 F CFA à chacun des 17 blessés encore présents dans ledit centre.

Cet accident grave qui a endeuillé plusieurs familles a fait au total 57 victimes dont 23 décès et 34 blessées. Il s’agit d’une collision impliquant un autocar assurant la ligne Abidjan-Korhogo et un minicar en partance pour Yamoussoukro.

L’émissaire du Gouvernement a traduit sa reconnaissance au personnel de l’hôpital St Jean-Baptiste de Bodo pour la prise en charge rapide des victimes évacuées. Avant de prendre congé des victimes, elle a lancé un appel à la prudence et à l’observance stricte des règles de sécurité en matière de conduite.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Lutte contre les violences en milieu universitaire

L’OSCS installe des cellules d’alerte précoce dans les Universités d’Abidjan et de Bouaké

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS), organe de veille d’alerte et d’aide à la décision du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, en matière de solidarité et de cohésion sociale, a procédé, les 14 et 15, 23 et 24 puis du 30 Juin au 01 juillet dernier, à l’installation des cellules d’alerte précoce respectivement dans les Universités Alassane Ouattara de Bouaké (UAO), Nangui-Abrogoua d’Abobo-Adjamé (UNA) et Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody (UFHB). Puis à la formation des membres qui composent ces cellules. Conformément à leur cahier de charge, il s’agit pour les membres de ces trois cellules installées, d’entre autres anticiper l’éclatement de tout conflit en collectant régulièrement et de manière efficace des informations relatives à la cohésion sur les campus et de les remonter vers les autorités universitaires et l’OSCS.
Ces cérémonies s’inscrivent dans le cadre du projet ‘‘Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’. Ce projet est une initiative conjointe de partenaires techniques et financiers que sont le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), et l’ONG Interpeace. Il vise à contribuer à prévenir et à mieux gérer les conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiants, un modèle de leadership positif.

Pour chaque étape, il s’est agi au cours des deux jours, pour les formateurs, Messieurs Eugène Bilé et Mékapeu Ferdinand, respectivement Chef du Département de la communication et des relations Extérieures et agent au département des Etudes et de la prospective, de présenter aux étudiants, l’OSCS et son mécanisme d’alerte précoce, le Concept de Cohésion Sociale et ses implications, la Prévention et la gestion pacifique des conflits, les Indicateurs de violence en milieu universitaire. Monsieur Ouattara Peyegori, expert national en cohésion sociale pour le compte du PNUD a quant à lui fait une contribution sur les Fakes news.

Dans son allocution lors des différentes cérémonies d’installation des cellules, qui ont précédé les sessions de formation, le Directeur général de l’OSCS, Monsieur COULIBALY Tiohozon Ibrahima, après avoir rappelé les objectifs de ces cérémonies, a exprimé sa gratitude à l’ensemble des étudiants qui ont bien voulu accepter d’animer lesdites cellules. Les présidents des trois Universités ont à leur niveau salué l’initiative de l’OSCS et de ses partenaires techniques pour la mise en œuvre du projet. Puis, ils ont encouragé leurs étudiants à jouer à leur humble niveau leur rôle dans la consolidation d’une paix durable sur les campus. Quant au partenaire PNUD, il a indiqué que les résultats de ce projet permettront aux étudiants d’apprendre dans la tranquillité, la paix et d’être très compétitifs sur le marché du travail.

Lire plus Lire moins

Lutte contre les violences en milieu universitaire

L’OSCS EN PROSPECTION DANS LES UNIVERSITES

Dans le cadre du projet ‘‘Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion sociale (OSCS) a effectué les 18, 25 et 28 Mai 2021, des missions préparatoires, dans les Universités Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Alassane Ouattara de Bouaké et Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé.
Ces missions ont consisté en des rencontres organisées, à l’attention des autorités et des étudiants des dites Universités. Au cours de ces rencontres, le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures de l’OSCS, M. Bilé Eugène a présenté les activités de l’OSCS dans le projet aux différentes parties prenantes afin d’obtenir leur adhésion.

En effet, le projet ‘‘Contribution à la construction d’une élite politique responsable à travers la gestion pacifique des crises dans l’espace universitaire, en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire’’ est une initiative conjointe de partenaires techniques et financiers que sont le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), et l’ONG Interpeace. Il vise à contribuer, à prévenir et à mieux gérer les conflits en milieu universitaire à travers des mécanismes participatifs afin de développer chez les étudiants, un modèle de leadership positif.

Concernant sa mise en œuvre, M. Bilé a indiqué qu’il s’agira entre autres de renforcer les capacités des étudiants et de les former aux techniques de suivi participatif de la violence. Il s’agira aussi d’installer et opérationnaliser des cellules locales de moniteurs d’alerte précoce dans les universités ciblées. Les différentes rencontres ont pris fins par des échanges avec les parties prenantes afin de mieux cerner le projet.

Lire plus Lire moins

Définition de l’indice national de solidarité et de cohésion sociale

Les experts de l’OSCS et de l’INS en conclave pour une nouvelle étude.

Dans le processus de détermination de l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) dont la méthode de calcul a été validée le 06 décembre 2019, l’observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS) a initié du 27 Avril au 30 Avril, à son siège, un atelier sur les activités préparatoires relatives à l’étude sur les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale.
Cette séance qui s’est tenue sur quatre jours a été conduite par le Département des études et de la prospection de l’OSCS avec l’appui technique de l’Institut National de la Statistique. Au cours de ces journées, il s’est agi entre autres pour les participants d’identifier les problèmes liés aux questionnaires et à l'échantillonnage relatifs à l'étude et de faire des propositions de solutions.

Les activités préparatoires se feront en deux phases. En plus de celle qui vient de prendre fin, la deuxième phase consistera à actualiser l’ensemble du questionnaire, les autres outils et de produire les documents de formation des agents enquêteurs en prenant en compte les propositions de solutions. Cette phase permettra également de monter les questionnaires en versions électroniques et de les tester.

Cet atelier a permis d’identifier les problèmes liés aux questionnaires et à l’échantillonnage relatifs à l’étude sur les indicateurs de source ménage et de s’accorder sur leurs formulations.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Atelier

L’OSCS PARTICIPE A L'ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET IJEP AUX COTES DE SON PARTENAIRE CARE

Dans le cadre de son partenariat avec Care International, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) participe du 12 au 17 avril, à un atelier de capitalisation du projet MOJEC « Mobilisation des jeunes engagés pour la consolidation de la paix », et de présentation du projet "Initiatives des Jeunes Leaders Engagés pour la Consolidation de la Paix" (IJEP).

Cet atelier, qui se tient à Yamoussoukro, vise à orienter les structures partenaires de Care International au projet IJEP, sur les outils de gestion et les procédures applicables à ce projet.

Législatives du 6 mars 2021

L’OSCS INVITE TOUS LES ACTEURS A DES ELECTIONS APAISEES SANS VIOLENCE

Les campagnes des élections législatives du 6 mars 2021 ont officiellement démarré depuis le 26 février avec un message de la Commission électorale indépendante (CEI), invitant tous les candidats et les électeurs à relever le défi d’un processus électoral inclusif et apaisé.

Le Ministère de la Solidarité de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, à travers son organe de veille et d’alerte, l’Observatoire de la Solidarité et de Cohésion Sociale (OSCS), appelle tous les acteurs de ces joutes électorales à s’engager effectivement dans la bonne pratique démocratique pour la paix, la stabilité et le développement de la Côte d’Ivoire. Les violences qui ont entaché l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, il y a à peine 5 mois (morts, blessés, dégâts matériels…) sont encore vivaces dans la mémoire collective. « C’est pourquoi, tirant les leçons de cette triste étape de l’histoire de la démocratie de notre pays, les candidats, les leaders politiques, les différents partisans et sympathisants, parties prenantes à ces élections, doivent tous mener une campagne sans violence, en évitant de véhiculer des rumeurs via les réseaux sociaux, de tenir des propos virulents ou de haine», exhorte le Directeur Général de l’OSCS, Monsieur Tiohozon Ibrahima Coulibaly.

Aussi, ces élections inclusives à laquelle participe l’opposition, sont l’occasion pour les Ivoiriens, et particulièrement la classe politique, de mettre fin à cette spirale de violences qui a éprouvé ces dernières années les populations, à chaque processus électoral. Il nous faut renouer définitivement avec le vivre-ensemble, la paix, la stabilité politique et la cohésion sociale.

Lire plus Lire moins
Célébration de l’excellence

LES DEUX MONITEURS DE L’OSCS ÉLEVÉS AU RANG DE CHEVALIER PRESENTENT LEURS MEDAILLES AU DIRECETUR GENERAL

Mme Anougbré Nicole et M. Brou Marius, respectivement moniteurs d’alerte précoce de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), dans les communes de Yopougon et Abobo, ont été reçus le lundi 16 Févier 2021 avec tous les honneurs, au siège de la structure, sis à la 7ème Tranche dans la commune de Cocody.
Il s’agissait en effet pour ces deux moniteurs élevés le 15 novembre 2020, au rang de Chevalier dans l’Ordre du Mérite National de la Solidarité pour leur engagement, de remettre officiellement au Directeur général, M. Ibrahima Tiohozon COULIBALY, leur distinction et lui réaffirmer leur engagement à continuer le travail de collecte d’informations et de données pour le compte de l’Observatoire dans le cadre du Mécanisme d’Alerte Précoce. « Nous sommes venus partager avec Monsieur le Directeur Général et nos chefs de zones, notre fierté d’être élevés au rang de Chevalier dans l’ordre du mérite de la solidarité », a déclaré Brou Marius.
Heureux de les recevoir, M. Ibrahima Tiohozon COULIBALY, a félicité les deux récipiendaires et leur a prodigué de sages conseils. « Cette distinction n’est que justice pour tous nos bénévoles qui, sans rien attendre en retour, s’engagent sur tout le territoire national pour contribuer à la mission de veille et d’alerte précoces de l’OSCS, afin d’aider le gouvernement à la prise de décisions idoines, pour une meilleure politique de solidarité et de cohésion sociale. Votre engagement citoyen mérite d’être récompensé. Je voudrais aussi relever que cette décoration est une exhortation à continuer dans cet engagement citoyen, en demeurant sur le terrain pour la collecte d’informations», a indiqué le premier responsable de l’OSCS. Qui entouré de ses collaborateurs, a saisi l’opportunité pour leurs remettre des présents.
Mme Anougbré Nicole et M. Brou Marius ont été faits Chevaliers dans l’Ordre du Mérite National de la Solidarité, le 15 novembre dernier à l’occasion de la célébration de la 24ème édition de la Journée Nationale de la Paix (JNP), dans la commune de Koumassi.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale

Les Directeurs régionaux de la Solidarité reçoivent les félicitations du Directeur général

La salle de situation de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a abrité le 2 Février 2020, une importante réunion, présidée par le Directeur général, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima. Il s’agissait en effet d’une rencontre entre les responsables de l’OSCS et les dix Directeurs régionaux de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, en charge des secrétariats techniques des commissions régionales de l’OSCS de leurs circonscriptions. L’occasion était bonne pour le premier responsable de la structure, de présenter ses vœux de nouvel an à ces collaborateurs, et surtout, leur exprimer sa satisfaction pour le travail qu’ils abattent sur terrain, pour accompagner l’observatoire dans ses missions. « Je voudrais vous remercier et vous féliciter pour le travail que vous faites, malgré la rareté des ressources. Nous savons les conditions difficiles dans lesquelles vous exercez vos fonctions. Mais, en dépit de cela, vous faites ce qui est possible de faire à votre niveau. Nous n’hésiterons pas pour notre part, chaque fois que nous aurons les ressources, de les mettre à votre disposition pour que le travail puisse se faire sur le terrain. Parce qu’en vérité, Abidjan reste certes la capitale, donc le point névralgique des questions politiques et sociales, mais généralement les tensions à l’intérieur du pays sont plus prégnantes et plus visibles qu’à Abidjan. Donc vos actions dans ces régions sont d’une importance capitale pour nous» , a déclaré M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima. Et de poursuivre : « Au-delà de cela, votre présence dans ces régions, pour ce qui est des élections à venir, nous permet d’être vraiment sur le terrain, pour la remontée des informations et des données ».
Heureux de cette marque de reconnaissance de leur hiérarchie à leur égard, les Directeurs régionaux ont rassuré le Directeur général de l’OSCS de leur engagement à poursuivre leurs missions avec la même détermination qui les animent, malgré les difficultés.
Ces dix Directeurs régionaux du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, à l’instar de 15 autres Directeurs régionaux issus du Ministère de la Famille de la Femme et de l’Enfant et celui de l’Emploi et de la Protection Sociale, animent les Commissions régionales de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, en qualité de Secrétaires techniques. Ils ont donc pour missions de contribuer à la prévention des conflits en animant et coordonnant le Mécanisme d’alerte précoce (MAP) de l’OSCS. Ils sont aussi chargés de faire le suivi des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale au niveau régional et de faire l’état des lieux de la solidarité et de la cohésion sociale dans les régions.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

22ème édition du Prix Ebony

LA PROBLEMATIQUE DE LA COHESION SOCIALE AU CŒUR DES FESTIVITES

Yamoussoukro la capitale politique de la Côte d’Ivoire a abrité du 22 au 24 Janvier 2020, le week-end des Ebony, rendez-vous de distinction des meilleurs journalistes de l’année. Trois jours de festivités qui ont été meublés par un panel, un cross populaire et la Soirée des Ebony -dans la ville de Yamoussoukro- et une sortie culturelle au village des tisserands, à Bomizambo, dans le département de Tiébissou, sur l’axe Yamoussoukro-Bouaké. La question de « la cohésion sociale pour une Côte d’Ivoire rassemblée » était au cœur des festivités de cette 22ème édition de l’événement, dont la plus haute distinction -le Super Prix Ebony choisi parmi les quatre lauréats des Prix Ebony du meilleur journaliste télé, radio, presse imprimé et presse en ligne- a été raflé par la journaliste Aka Akissi Marcelle du journal L’Inter. En témoignent les différentes interventions lors du panel le 22 janvier et de la Soirée des Ebony le 23 janvier.
En effet, pour Jean Claude Coulibaly, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), le thème ‘‘Quel journalisme pour une Côte d’Ivoire rassemblée ?’’, choisi pour soutenir cette 22ème édition, est en lui-même évocateur au regard de ce que traverse la Côte d’Ivoire. Qui peine à renouer définitivement avec la paix et la cohésion sociale. « Les journalistes ivoiriens ont décidé clairement de prendre l’option du pompier. Aussi voudraient-ils apporter leur pierre à l’édification d’une paix durable en Côte d’Ivoire. Le thème de l’édition des Ebony de cette année n’a d’autres significations que l’engagement résolu des journalistes à plus de professionnalisme, au respect absolu des règles sacro-saints de l’éthique et de la déontologie de leur métier», a-t-il déclaré.

Préservation de la paix et de la cohésion sociale

Lui emboîtant le pas, le ministre Kobenan Adjoumani, en charge de l’Agriculture et du Développement rural, par ailleurs, porte-parole du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et paix (RHDP), a exhorté les journalistes à continuer de jouer leur rôle dans la préservation de la paix et de la cohésion sociale. « La paix est notre bien le plus précieux. Et nous avons tous le devoir d’y veiller comme la prunelle de nos yeux. C’est pourquoi je vous avais invité lors de votre cérémonie de lancement de la présente édition à nous censurer, nous autres animateurs de la scène politique, lorsque vous estimez conformément à l’éthique et à la déontologie de votre métier, que certains de nos propos mettent en péril la cohésion et la paix sociale. A ce propos, vous avez pris d’heureuses initiatives pour vous imposer ce filtre nécessaire. Je veux parler notamment de la charte des éditeurs de la presse pour une élection apaisée en 2020. Une initiative du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire qui a sans aucun doute permis aux journalistes d’exercer leur métier avec rigueur et professionnalisme au cours de la présidentielle passée », a-t-il indiqué.
Toutes ces interventions sensibilisant sur la solidarité et la cohésion sociale ont été saluées à juste titre par le Directeur général de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), partenaire du Prix Ebony, M. Coulibaly Thiohozon Ibrahima. Qui a cependant déploré le fait que le Prix sectoriel de la meilleure production journalistique pour la promotion de la solidarité et la cohésion sociale, annoncé à la cérémonie de lancement le 27 août 2020, n’ait pas été attribué par le jury.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

Renforcement de capacités

LES AGENTS DE L’OSCS REVISENT LA TYPOLOGIE DES FAITS

Renforcer les capacités des agents de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) sur la typologie des faits et la matrice des conflits. Tel est l’objectif de l’atelier de formation qui a réuni des agents des deux départements de la structure, les 28 et 29 janvier 2021, à la salle de situation du siège de l’OSCS. Notamment, le Département de la Communication et des Relations Extérieures (DCRE) et le Département des Etudes et de la Prospective (DEP). Il s’agissait à en croire le Directeur général de l’OSCS, M. Coulibaly Thiohozon Ibrahima, « d’outiller les agents dans leur mission de collecte de données afin qu’ils disposent d’informations et de moyens pertinents pour recueillir différents types de faits ». « A l’issue de cette formation, la collecte de données devrait désormais permettre de produire des rapports de qualité, afin de faire des recommandations pour aider à la prise de décisions », a-t-il déclaré à l’ouverture des travaux de l’atelier.
Ainsi, Pendant deux jours de réflexions et d’échanges, animées par les deux formateurs (M. Bilé Eugène, Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures et M. Kassi Emmanuel, Chef du Service Études et Documentation), les participants ont revisité la typologie des faits faisant l’objet de suivi par l’OSCS et la matrice d’analyse des conflits. L’identification correcte des différents types de faits à collecter par l’OSCS était aussi au cœur des travaux.
A l’issue des travaux, plusieurs faits ont donc été identifiés, clarifiés et classifiés. Il s’agit entre autres : des accidents (accidents de la route, craches d’avion, intoxications alimentaires, incendies, naufrages…), des infractions (agressions, homicides, tentatives de coup d’Etat, coup d’Etat, corruptions, fraudes…), des manifestations violentes, des VBG, menaces, de la cybercriminalité, des conflits, des faits relatifs à l’environnement et au cadre de vie…
Cet atelier avait en définitive pour objectif, d’améliorer la collecte des faits, leur renseignement dans le Système intégré de production de gestion d’informations stratégiques (SIPGIS) et leur utilisation finale pour l’action. Il vise donc une amélioration continue du Mécanisme d’alerte précoce (MAP).
L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, organe de veille et d’alerte, est un Etablissement Publique National (EPN) placé sous la tutelle du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte Contre la Pauvreté (MSCSLP). Conformément à ses missions, il évalue régulièrement l’état de la solidarité et de la cohésion sociale à partir de la collecte de données et la production de différents rapports.

Source : Département de la Communication et des Relations Extérieures

BONOUA / 3 ème EDITION DE LA ‘’ JOURNEE EN BLANC’’

Les populations exhortées à cultiver la solidarité, la Cohésion sociale et la paix

La 3 ème édition de la ‘‘Journée en blanc’’ s’est déroulée le mercredi 20 janvier 2021 à la place Amangoua de Bonoua. Placée sous la présidence de Mme le Préfet du département de Grand-Bassam et sous le parrainage de M. Jean Paul Amethier, maire de la commune de Bonoua, cette activité a débuté par une parade des femmes du Sud-Comoé dans les rues de la ville suivant un itinéraire préétabli.
La ‘‘Journée en blanc’’ est une initiative des femmes du Sud-Comoé, qui regroupées en association, en fédération et en confédération, revendiquent plus de 20 000 membres engagés pour leur autonomisation financière. En effet, conscientes de ce qu’aucune activité n’est possible s’il n’y a pas la paix, ces braves femmes ont depuis 2018 lancé la première édition de cet événement dont le parrain naturel est le président du Conseil régional du Sud-Comoé, le Docteur Aka Ahouélé, ministère de la Santé et de l’Hygiène publique.
L’édition 2021 de ‘‘Journée en blanc’’ a été meublée par plusieurs allocutions de personnalités qui ont lancé des appels à la solidarité, à la cohésion sociale et à la paix. Notamment, celles du représentant du président du Conseil régional du Sud-Comoé ; du représentant du parrain de la cérémonie Jean Paul Amethier ( du maire de la commune de Bonoua ; du Secrétaire général de la Commission nationale de l’Unesco ; et enfin, de M. Dako Dano, Directeur régional de la Femme de la famille et de l’enfant, par ailleurs, Secrétaire technique de la Commission régionale de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS). Ce dernier a félicité les femmes pour avoir pris l’initiative de se mettre en association pour initier cette activité, car pour lui, « seul l’on va vite, mais ensemble l’on va plus loin ». « Avec cette organisation, elles constituent une force avec laquelle il faut désormais compter dans le Sud-Comoé », a-t-il déclaré avant de les a exhorter à continuer de promouvoir la solidarité, la cohésion sociale et la paix.
PROMOTION DE LA COHESION SOCIALE

Abidjan abrite bientôt un tournoi civilo-militaire

Le réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest, section Côte d’Ivoire (RASALAO-CI) a annoncé l’organisation dans le district autonome d’Abidjan, d’un tournoi civilo-militaire pour la promotion de la cohésion sociale.
C’était samedi 23 janvier 2021, à la salle polyvalente de la mairie de Port-Bouet, à l’occasion d’une conférence publique -placée sous le thème ‘‘La violence ne passera pas par moi’’. Pour le secrétaire général du RASALAO-CI, N’taye Aka Victorien, ce tournoi a d’une part, pour objectif de renforcer les liens entre les populations et les forces de l’ordre, et d’autre part, de faire la promotion de la sécurité et de la paix.

Source : AIP (24 / 01 / 2021 à 15H 28)

FONDS DE SOUTIEN CONTRE LA COVID-19

Le gouvernement annonce des dotations budgétaires de plus de 180 milliards pour l’année 2021

Le gouvernement ivoirien ne ménage aucun effort pour accompagner les populations confrontées depuis un an à la crise sanitaire liée au coronavirus. Il vient d’annoncer au titre de l’année 2021, un appui financier, pour renforcer la capacité des Fonds de soutien, créés en 2020 pour réduire l’impact social et humanitaire de la pandémie de la Covid-19.
En effet, selon le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, Sidi Touré, des dotations budgétaires sont prévues au titre de l’année 2021, pour les différents fonds de soutien mis en place. « Pour l’année 2021, des dotations budgétaires sont prévues au titre de ces fonds pour atteindre l’objectif initial du gouvernement. On aura ainsi 110 milliards F CFA pour les grandes entreprises et PME confondues, 30 milliards  F CFA pour les acteurs du secteur informel et 40 milliards F CFA au titre de la solidarité et du soutien humanitaire », a annoncé lundi 25 janvier 2021 le ministre porte-parole du gouvernement, au cours d’une conférence de press
SOLIDARITE ET COHESION SOCIALE

Présentation de vœux de la mutuelle du MSCSLP

Le bureau de la mutuelle des agents du Ministère de la Solidarité, de la Ccohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté a présenté le 07 janvier dernier, ses vœux de nouvel an au personnel de l’OSCS. La délégation était composée du président YEO Gbamballi, son vice-président DIOMANDE Kafoumba, son porte-parole OUATTARA Adama et sa chargée de communication, Mme MAGASSA Ahoua Emmanuela.
SOLIDARITE ET COHESION SOCIALE

GESTION AXEE SUR LES RESULTATS : L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale fait son bilan annuel

Le mercredi 30 décembre 2020, l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), structure sous tutelle du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté a organisé à son siège, son traditionnel atelier bilan annuel au titre de l’année 2020. Cet atelier présidé par le Directeur général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima, avait pour objectif de faire le point des réalisations, des acquis et des difficultés, de dégager les perspectives et de présenter les résultats obtenus après la mise en œuvre des activités de 2020.
Cet atelier a permis de faire le bilan de la mise en œuvre des 16 activités prioritaires du Plan de Travail Annuel 2020, dont 12 ont été réalisées (75%) et 04 en cours de réalisation (25%). Il s’agit entre autre du parachèvement de la mise en place des organes de l’OSCS avec la nomination par arrêté ministériel des 17 membres du Comité Consultatif, l’installation de la Commission Régionale du Bounkani, le renforcement des capacités techniques des agents de l’OSCS, la Collecte de données sur les Indicateurs de Solidarité et de Cohésion Sociale auprès des administrations et des ménages, le Monitoring du processus électoral de 2020 pour la prévention des conflits électoraux, la Production de 4 numéros du bulletin « L’OBSERVATEUR de la Cohésion Sociale », la Production de 52 Rapports Hebdomadaires sur l’état de la Solidarité et de la Cohésion Sociale, le Suivi et l’évaluation des situations de crises (Abidjan, Azaguié, Anyama, Garango/Adahikro), etc.
Lire plus Lire moins
JOURNEE NATIONALE DE LA PAIX

Deux moniteurs de l’OSCS élevés au rang de Chevalier

Madame ANOUGBRE Nicole et Monsieur BROU Marius, respectivement moniteurs d’alerte précoce de l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) dans les communes de Yopougon et Abobo ont été élevés le 15 novembre dernier, au rang de Chevalier dans l’Ordre du Mérite National de la Solidarité pour leur engagement dans le renforcement de la cohésion sociale.
Cette distinction a eu lieu à l’occasion de la 24e édition de la Journée Nationale de la PAIX. Elle a été célébrée dans la commune de Koumassi autour du thème, « Ensemble, consolidons la paix et préservons nos acquis ».
Les deux récipiendaires animateurs du Mécanisme de l’Alerte Précoce (MAP) de l’OSCS ont tous reçu des mains de Madame la Ministre de la Solidarité de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, une médaille et un diplôme d’honneur.
Il est à noter que lors de cette 24e célébration de la Journée de la Paix, le parrain de la cérémonie, le Premier Ministre, Ahmed BAKAYOKO a été élevé au rang de Commandeur dans l’Ordre du Mérite National de la Solidarité.
ELECTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU 31 OCTOBRE 2020

L’OSCS présent dans 15 régions et dans le district d’Abidjan pour une observation électorale dynamique

Dans sa mission de promotion de la solidarité et de la cohésion sociale, le ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la lutte contre la Pauvreté, à travers l’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS), a conduit le 31 octobre dernier, une mission d’observation de l’élection présidentielle.
L’OSCS a déployé 150 observateurs sur le terrain dans le district d’Abidjan et dans 15 régions. Il s’agit de l’Agneby- Tiassa, de la Bagoué, du Bounkani, du Cavally, du Gbêkê, du Gôh, du Guemon, du Haut-Sassandra, de l’Iffou, du Kabadougou, de La Mé, du Lôh Djiboua, du Poro, du Sud-Comoé et du Tonpki.
Pour centraliser les données, un secrétariat a été installé à son siège. Organe d’alerte précoce et de veille pour le compte du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté (MSCSLP), l’OSCS a fait une observation dynamique, différente de celle qui est pratiquée généralement. Le secrétariat a coordonné tout le processus en recueillant les informations avec les observateurs et moniteurs déployés dans les localités ciblées mais aussi sur l’ensemble du territoire national. Ainsi tous les dysfonctionnements constatés dans les lieux et bureaux de vote par lesdits observateurs ont, à temps réel été signalés aux autorités compétentes par les superviseurs pour la circonstance. Et ce, dans le but de susciter une réponse afin de rétablir l’ordre et permettre l’amélioration du processus électoral.
Les directeurs régionaux du MSCSLP, par ailleurs secrétaires techniques des commissions régionales de l’OSCS ont dans les 15 régions assuré la supervision de cette observation dynamique.
En amont du jour du scrutin, l’OSCS a fait durant la campagne électorale, de la sensibilisation pour des élections apaisées sur les réseaux sociaux et sur les radios de proximité. Ainsi, la mission d’observation électorale du MSCSLP conduite par l’OSCS a consisté en un suivi proactif de l’organisation de l’élection du Président de la République, essentiellement axée sur les questions de cohésion sociale et de solidarité.
INSTALLATION DE COMMISSION REGIONALE A INTERIEUR DU PAYS

L’OSCS installe sa 25e Commission Régionale dans du BOUNKANI

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a installé le 24 Septembre dernier, sa 25e commission régionale, dans le Bounkani. Organisée avec l’appui financier du Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD), cette installation s’est déroulée en présence du Préfet de région et du Maire de la commune de Bouna.
A l’instar des autres commissions régionales, celle du Bounkani a pour missions de contribuer à la prévention des conflits en animant et coordonnant le mécanisme d’alerte précoce de l’OSCS. Elle est en outre chargée de faire le suivi des indicateurs de solidarité et de cohésion sociale au niveau régional et de faire l’état des lieux de la solidarité et de la cohésion sociale dans la région du Bounkani. Composée de 15 membres, elle est présidée par le Préfet de région et animée par la Directrice Régionale du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion et de la Lutte contre la Pauvreté. Le Directeur général de l’OSCS, Monsieur COULIBALY Tiohozon Ibrahima, a présidé la cérémonie au nom de Mme la Ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, Il a exprimé sa satisfaction et sa gratitude aux différentes personnalités qui ont accepté de participer à l’animation de cette commission régionale de l’OSCS du Bounkani.
Le Préfet de région du Bounkani M. Kpan Droh Joseph, également président la commission régionale, a, quant à lui relevé la nécessité de la création d’une telle structure en région pour contribuer au renforcement de la cohésion sociale et de la Paix. Kpan Droh Joseph a pris l’engagement au nom de tous les autres membres de jouer pleinement leur rôle au sein de cette commission pour le bonheur des populations de la région. « Nous pensons qu’à partir des relations que nous avons les uns et les autres, les religieux, la cour royale, les chefs, tous ensemble allons œuvrer pour que la paix qui est revenue depuis 2016 dans cette région soit une paix durable. Je compte sur chacun de vous pour jouer pleinement ce rôle » , a-t-il souhaité.
La cérémonie d’installation de la 25ème commission régionale de l’OSCS a été suivie d’une séance de communication à l’endroit des 15 membres qui la compose afin qu’ils s’imprègnent de leur rôle dans cette nouvelle entité régionale, instrument de renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale.
FORMATION ET SENSIBILISATION DES LEADERS DE JEUNESSE DE LA REGION DES GRANDS-PONTS

La jeunesse de Jacqueville sensibilisée à la Cohésion sociale

L'Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a participé le 14 septembre dernier, à Jacqueville (région des Grands-ponts), à une séance d'information et de sensibilisation sur la thématique de la Cohésion Sociale, destinée aux leaders de jeunesses du Département. Cette activité a été organisée par la Direction départementale de la Promotion de la jeunesse et de l'emploi des jeunes en prélude à l’élection présidentielle.
La sensibilisation des leaders de jeunesses a été faite par le Chef du Département de la Communication et des Relations Extérieures de l’OSCS, M. Eugène BILÉ.
Les participants ont été instruits sur la cohésion sociale et le fonctionnement du Mécanisme d’Alerte Précoce (MAP) de l’OSCS. L’importance de leur rôle dans le renforcement de la cohésion sociale, particulièrement en cette période électorale, a été mise en relief.
Au terme de la séance de sensibilisation, les leaders des jeunes ont dit percevoir le rôle dans le maintien de la paix dans leurs localités et ont donné leur accord pour être des moniteurs d’alerte précoce de l’OSCS dans le Département de Jacqueville.
DON DU MSCSLP À TROIS (03) ONG

La Ministre Mariatou KONE soulage des femmes et des enfants vulnérables

Le vendredi 4 septembre 2020, la Directrice de la Solidarité, Mme YAPO Virginie au nom de Mme la Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Professeur Mariatou KONE, a remis à trois ONG des vivres et des non-vivres au siège du programme National de Cohésion Sociale (PNCS), à Cocody.
Ces dons visent à soulager les membres de ces associations regroupant les femmes vulnérables, les Enfants et orphelins handicapés, les veuves en détresse et les personnes victimes de violences basées sur le genre, en cette période de Covid-19.
Les présidentes de ces ONG, Mme KESSE Elyse pour l'ONG Wonsseu, Mme KACOUTIE Alou Afoué Lucie pour l’Ong Behoukaye et Mme BAMBA Mariam pour l’ONG internationale des Enfants et orphelins handicapés et veuves en détresse, ont exprimé toute leur gratitude à Madame la Ministre et au Gouvernement pour cet acte de solidarité qui vient leur donner du baume au cœur et le sourire en cette période de Covid-19 où toutes les activités sont au ralenti.
DEFINITION DE L'INDICE NATIONAL DE SOLIDARITE ET DE COHESION SOCIALE

Formation des agents enquêteurs

Après l’atelier de renforcement des capacités des points focaux de l’OSCS les 27 et 28 août 2020, dans le but de collecter les données de source administrative, l’étude dédiée à la collecte des données de source ménage avec la formation des agents enquêteurs a débuté ce 1er septembre au Lycée Technique d’Abidjan-Cocody. Cette formation s'inscrit dans le cadre de la définition de l'Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale
INDICATEURS DE SOLIDARITE ET DE COHESION SOCIALE

36 points focaux de l’OSCS initiés à la collecte des données

L’Observatoire de la Solidarité et de la Cohésion Sociale (OSCS) a organisé les 27 et 28 août à Grand Bassam, un atelier à l’attention de ses points focaux dans les ministères et structures techniques. Au nombre de 36, ils ont appris à renseigner les 52 indicateurs de solidarité et de cohésion sociale de sources administratives. Cet atelier sur la collecte des données relative aux indicateurs de solidarité et de cohésion sociale a été ouvert par le Directeur de cabinet du Ministère de la solidarité de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté (MSCSLP), Monsieur Bamba Abdoulaye. Il avait à ses côtés le Directeur Général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima et M. Arsène Assandé, représentant de la représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD),
Le renseignement de ces indicateurs devra permettre de définir l’Indice National de Solidarité et de Cohésion Sociale (INSCS) dont la méthode de calcul a été validée le 06 décembre 2019 au cours d’un atelier. Et cela, suite à l’adoption en juin 2019 en Conseil des ministres des 151 indicateurs de solidarité et de cohésion sociale.
Pendant ces deux jours de formation, il s’est agi pour les 36 points focaux de l’OSCS de se familiariser avec les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, d’être outillés pour la collecte régulière des données de sources administratives. Ce qui permettra de renseigner lesdits indicateurs de solidarité et de cohésion sociale, au nombre de 52. Une phase pratique au cours de cette session de renforcement de capacités a permis aux points focaux de vérifier si les informations qu’ils ont pré-collectées permettent de renseigner correctement les indicateurs concernés. Cet atelier a été organisé avec le soutien financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Dans son mot d’ouverture, le Directeur de cabinet du Ministère de la Solidarité et de la Cohésion sociale, M. Bamba Abdoulaye a indiqué que l’engagement des points focaux contribuera, sans aucun doute, à fournir à la Côte d’Ivoire un outil objectif d’évaluation de la solidarité et de la cohésion sociale pour cette année. « Il s’agira à partir de maintenant, de permettre à tous d’apprécier avec le même instrument de mesure l’état de la solidarité et de cohésion sociale au niveau de notre pays. (…) Cela nous permettra de faire des propositions objectives et des recommandations appropriées pour renforcer davantage la solidarité et la cohésion sociale »,a-t-il indiqué.
Le Directeur général de l’OSCS, M. Coulibaly Tiohozon Ibrahima a rappelé l’importance de la tenue de cette formation, parce qu’elle permettra aux points focaux de mieux comprendre les indicateurs ainsi que l’indice national de solidarité, afin de mieux appréhender la collecte des données relative aux indicateurs de solidarité et de cohésion sociale.
Monsieur Arsène Assandé, représentant de la représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a pour sa part rappelé les récents évènements qu’a connus notre pays. Il estime que ces évènements nous interpellent sur la fragilité de la solidarité et la cohésion sociale et surtout la nécessité de renforcer les mécanismes de paix et autres outils d’aide à la décision pour consolider les importants acquis. « En s’engageant auprès du ministère de la Solidarité et de la Cohésion sociale, le PNUD espère ainsi à travers cet atelier contribuer à renforcer l’opérationnalisation de cet important outil de veille et d’alerte en matière de solidarité et de cohésion sociale ». Au terme de cet atelier, les différents points focaux de l’OSCS ont été outillés à collecter régulièrement et de manière efficace les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale relevant du domaine de compétence de leurs structures respectives.